Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Une rencontre nocturne surprenante... {PV : Matthew}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Kyoya Katsunobu


Masculin
Messages : 25
Age du perso : 17ans.
♥ Côté coeur : Kyota <3

Carte d'identité
♣ Année scolaire: Deuxième ~
♣ Colocataires: Katsuo Tsuyoshi ~ Henri A. Von Rosenstein & Kyota Katsunobu
♣ Relations:

MessageSujet: Une rencontre nocturne surprenante... {PV : Matthew}   Mar 6 Nov - 14:18


Lorsque tu ouvris les yeux cette nuit là, tu ne reconnus pas où tu étais. Tu ne savais pas où tu étais. Tu te redressas dans ton lit, et, lorsque tu vis ton frère en train de dormir paisiblement, tu te sentis rassuré, et te rappelais soudainement d'où tu étais. Tu étais au pensionnat Rayen. Mais tu te rappelais aussi de ce qui t'avais forcé à venir en ce lieu si loin de ton Wakkanai à toi. En voyant ton jumeau dormir ainsi, tu repensais à ce moment où tu avais cru le perdre et où ton cœur avait raté plus d'un battement, lorsqu'il t'avait sauvé et dévalé l'escalier à ta place. Jamais le cri qu'il avait poussé et le bruit qu'il avait fait en heurtant la porte ne s'effacerait de ta mémoire, tu le savais. Tu mourrais d'envie d'aller le prendre dans tes bras, de le remercier. Tu l'aimais tellement, et, en frissonnant tu te dis que s'il n'était pas intervenu, tu ne ferais probablement plus partie du monde des vivants. Tu secouais la tête pour chasser tes vilaines idées noires, te disant que ce mauvais moment appartenait désormais au domaine du passé, et qu'y repenser ne changerait pas les actions déjà exécutées. Un sourire éclaira ton visage efféminé et tu t'assis sur le bord de ton lit, tenté de te lever, mais tu te dis que ça serait beaucoup trop étrange. En général, c'était ton frère l'insomniaque, c'était ton frère qui sortait de son lit pour venir dans le tien. Ou même, qui quittait la chambre pour partir en vadrouille, ce qui t'inquiétait lorsque tu te réveillais sans le voir à tes côtés. Tes cheveux ébouriffés te retombaient dans les yeux, et tu passas ta main dedans, par habitude et pour y voir quelque chose. Tu sortis de ton lit, en caleçon, et tu allas déposer un baiser sur le front de ton frère et le border. Tu le protégeais dans son sommeil, et lui te protégeait lorsque vous étiez éveillés. Tu ne savais pas quelle heure il était. Mais peu t'importait. Tu eus soudain cette impression que tu haïssais plus que tout, cette impression qui t'effrayait, qui t’oppressait. Cette impression de solitude. Oui. Tu avais peur d'être seul, de ne sentir personne près de toi, d'avoir une sensation de vide. Ce trou noir qu'était ton cœur qui n'avait jamais aimé, mais ça ne te dérangeait pas plus que ça. Tu t'éloignais du lit de ton éternel protecteur pour passer rapidement dans la salle de bain. Une douche brulante et dix minutes plus tard, tu avais déjà les idées plus claires. Tu t'es rappelé qu'en arrivant dans ce pensionnat, ton frère avait pointé du doigt le haut du bâtiment, en faisant remarquer que ce serait son endroit préféré, car pour lui, le toit était un endroit inaccessible -ou difficilement accessible-, et que donc, il pourrait y être seul. Tu enfilais des vêtements chauds. Tu savais à quel point les mois de novembre pouvaient être frais au Japon. Au nord comme au sud. Un jean sombre, une chemise blanche, un pull blanc avec des oreilles de chat noires et roses cousues sur la capuche par tes soins. Tu glisses une de tes barrettes rouges dans tes cheveux ébouriffés et un peu trop longs pour attacher cette petite mèche qui te tombait toujours devant les yeux, ce qui t’agaçait. Avant de quitter ta chambre, tu enfilais tes baskets blanches à lacets noirs. Même au milieu de la nuit tu trouvais le moyen d'être coquet, mais tu décidais de ne quand même pas pousser le vice jusqu'au bout, et donc, de ne pas te maquiller. Marchant sur la pointe des pieds, tu quittais ta chambre sans bruit. Une grimace se dessina sur ta petite tête d'ange lorsque la porte grinça quand tu l'ouvris. Tu t'échappas dans le couloir, poussant un soupir de soulagement lorsque tu n'entendis pas de bruit venant de le pièce que tu venais de quitter. Tu te faufilais, te cachant, pour éviter de te faire repérer par les surveillants, retenant ton souffle à chaque fois que tu entendais un bruit de pas. Tu deviens paranoïaque, tu sursautes au moindre mouvement sonore que ton ouïe fine perçoit. Au détour d'un couloir, tu devinais le contour d'une porte, car un rai de lumière filtre au travers de l'embrasure. Un regard à droite, un regard à gauche, tu ouvris la porte et t'engouffrais dans les escaliers menant à ton but, grimpant les marches quatre à quatre. Arrivé en haut, tu pris une grande bouffée d'air frais, respirant avec bonheur. Frileux, tu remontais la capuche sur ta tête, pour protéger tes oreilles. Et tu avançais. Doucement, vers le bord, sur lequel tu t'assis, et te laissais emporter dans le flot incessant de tes pensées.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre nocturne surprenante... {PV : Matthew}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.
» Nuage nocturne premier entrainement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ESSENTIEL :: » Archives sacrées :: RPS Archivés-