Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Quincy N. Turner


Masculin
Messages : 52
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Côté quoi ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2
♣ Colocataires: Harry Lorcane, Johanne Pregan & Kaitlynn Eve
♣ Relations:

MessageSujet: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Sam 10 Nov - 23:16

Une petite faim


Avec sa nouvelle petite fortune, et son énorme label derrière lui, Quincy aurait très bien pu s’acheter une villa et vivre avec son équipe. Mais ce dernier a préféré un pensionnat, il faut dire qu’il a quitté le processus scolaire « normal » très tôt et l’ambiance-école lui manquait beaucoup. C’était donc de très bonne humeur que l’adolescent foula le sol japonais. Il pouvait déjà remarquer que l’ambiance ici était bien différente qu’aux États – Unis, les passants, leurs tenues, les décorations… La seule chose qui n’avait pas changé, c’était les regards. Effectivement, Quincy et toute son équipe de production (son équipe de tournage pour les clips, ses DJs, et son manager) attiraient forcément l’attention sur eux. C’est avec un peu d’étonnements, que Quincy s’arrêta pour regarder le petit groupe de jeune qui lui bloqué maintenant la route. Il avait un seul tube pour le moment, il ne pensait pas trouver des fans ici.

« Tu me signes ça Angel Face, s’te plait ! »

Sans montrer le moindre sourire, il prit la photo et signa rapidement. Il ne voulait pas paraitre hautain, mais signer des autographes ce n’est drôle qu’au tout tout début. Au bout d’une journée, tu deviens cynique. Mais bon, ce n’était pas grave pour son image, au contraire même, contrairement a tous les autres types de musique, le rap est le seul domaine ou peu importe le degré de ton insolence, ton image restera inchangée, voire même gonflée.

Un bus les emmena tous dans un hôtel de luxe, à la fin il ne restait que Quincy et le chauffeur. Car lui il s’arrêtait un peu plus loin. Il était effectivement en route pour son nouveau pensionnat, quand il vu le magnifique insigne MacDo. C’est sans la moindre hésitation qu’il fit signe au chauffeur de le déposer a côté, il avait les crocs. Il descendit juste en face de l’entrée du fast food, ajusta nonchalamment sa casquette, puis dit au chauffeur d'une voix aussi nonchalante que ses gestes :

« Va là-bas et dépose mes affaires dans ma chambre, je me débrouille »

Quincy avait déjà vu des émissions sur les métros japonais, ces métros où tu es obligé de tripoter ton voisin tellement il y a du monde. Ce MacDo n’en était pas loin. À peine rentré, quelques regards se tournèrent vers lui, normal me diriez-vous, avec une tenue pareille : En haut une casquette posé d’un façon qui fait bien seulement sur les rappeurs, aux oreilles de gros diamants, un pull moulant en V à capuche, laissant apparaitre les tatouages de son torse, un jean gris serré, baissé laissant apparaitre son caleçon playboy et de petites tennis genre Victoria. Au poignet une grosse montre en or orné de diamant et des bagues assorties sur l’index et l’auriculaire. Il doubla deux trois personnes et finit par pouvoir commander. Une fois la nourriture en main il regarda autour de lui, à la recherche de la bonne place… Difficile. Quand soudain, là dans un coin tranquille du fast food, une jeune fille plutôt séduisante avait l’air d’être seule à une table de deux. Quincy ne se dit même pas qu’elle attendait quelqu’un, sans l’ombre d’une hésitation, il se posa en face d’elle, toujours avec sa nonchalance. Il portait avec lui l’odeur du join qu’il s’était fumé dans le bus. Il la dévisagea quelques secondes puis, sans respect, piqua du nez et ajouta :

« Bien ? »

Sans attendre la moindre réponse, il entama son burger... On pouvait très facilement distinguer quelques chuchotements autour, qu’il lui était surement destiné.


Dernière édition par Quincy N. Turner le Dim 11 Nov - 22:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzuki Daichi


Féminin
Messages : 78
Age du perso : 20 ans
♥ Côté coeur : Et si nous jouions cartes sur une table pour une fois ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: -
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Dim 11 Nov - 2:24


Tu te crois mieux que tout le monde mais pour moi, tu n'es personne.



Rien de tel après une journée de travail … enfin tout dépend de ce tu appelles « travail », si surveiller des gamins qui réclament qu’on les prennent pour des adultes responsables qui passent leur vie à prouver le contraire en séchant les cours pour fumer dans les chiottes ou baiser dans la buanderie alors oui, j’ai travaillé. Bref, je disais, rien de tel après une journée de merde, en gros, qu’un bon Mc Do. Je ne suis pas très fan des gros hamburgers bien gras que tu ne sais même pas où ils ont trainé mais j’avais une grosse flemme de me faire à manger. Ce qui m’a fait toujours rire, c’est que tu peux aller dans n’importe quelle ville, on t’indiquera toujours la direction du Mac Donald, la grosse enseigne visible à des kilomètres sans oublier les panneaux de publicité. Là, pas de problème et que ce soit dans n’importe quel pays ! Par contre, pour trouver un autre magasin tu peux y aller, tu ne le trouveras jamais. La preuve, à Matsuyama, j’ai mis des heures à trouver l’épicerie, la piscine municipale, la mairie et j’en passe par contre le Mac Do, j’ai tout de suite trouvé alors que je ne le cherchais même. Bon, il était à peine à quelques minutes de mon appartement.

Une fois arrivée, je poussais la grande porte avant de me figer sur place. La queue, c’était une blague ? Il semblerait que je n’ai pas le choix … Je me glissais dans l’une des file en attendant mon tour. Je profitais de ce moment pour tourner ma tête de gauche à droite pour repérer une place mais rien pour le moment, toutes les tables étaient prises pour la plupart par des élèves de Rayen. J’en reconnaissais plusieurs et vice-versa mais ils firent comme s’ils ne m’avaient pas vus. Comme je m’y attendais, quel élève aimerait parler à une surveillante qui fout des heures de colles pour rien tout en affichant toujours un visage inexpressif. Enfin, un jeune homme prit enfin ma commande et je repartis avec mon plateau en main à la recherche d’une place isolée. Par je ne sais quel miracle, un couple quitta les lieux à mon arrivée et je sautais sur l’occasion pour m’y poser. Dans un coin assez éloigné, personne ne pouvait me repérer ici et le peu de personnes qui avaient, dans un premier temps l’intention de me tenir compagnie, firent vite demi-tour lorsque je leur lançais un regard noir. Tranquillement, je mangeais mon CBO avec mes frites. Il est très difficile de m’aborder en général alors quand je mange, c’est impossible. Du moins, c’est ce que je pensais.

La foule aux caisses commençaient à s’agiter pour je ne sais quelle raison mais je n’y prêtais pas attention. Le regard vide, je fixais la place vide en face moi.

* Nabuo, si seulement tu pouvais encore ici, je ne me retrouverais pas aujourd’hui dans cette ville loin de Tokyo en train de manger seule un ….. *

Mes pensées s’arrêtèrent nettes. Un type venait de se poser sur ce siège vide et ne semblait pas le moins du monde gêné. Il me dévisagea un instant avant de commencer à regarder son plateau.

« Bien ? »

Et sans hésitation, il commença à manger. J’hallucinais, sérieux, j’hallucinais. En temps normal, je me serai levée et je serai partie ou pire, je lui aurai balancé mon soda puis je serai partie mais il était hors de question que je le laisse prendre ma table sans rien dire. Je lançais un regard à la file et je reconnus quelques visages qui y attendaient encore donc j’en déduis qu’il a dû en doubler quelques un sur son passage. Vraiment le genre de personne détestable qui se croit tout permis. Je reportais mon attention sur le jeune homme au style rappeur américain. Oui, exactement ça, grosse casquette, grosses boucles d’oreilles, énormément de tatouages … Mais il avait beau être beau garçon, il m’agaçait à venir troubler mes pensées. Ne lui a-t-on jamais appris les bonnes manières ? Malgré mon énervement, je ne laissais transparaître aucune émotion sur mon visage. Tout était claire maintenant, le brouhaha de tout à l’heure était certainement de sa faute également quand il est entré dans le fast food. Il faut dire que les asiatiques étaient très typés avec leurs cheveux noirs et lisses, les yeux bridés foncés alors les étrangers étaient facilement repérables et attiraient souvent l’attention d’où le fait que je faisais tout pour me fondre dans la masse malgré mes cheveux blonds et mes yeux bleus. Lui, non, il faisait tout pour se faire remarquer par son style et son comportement. Alors oui, je me faisais remarqué aussi la plupart du temps ressemblant plus à une européenne qu’à une asiatique mais généralement avec mes tenues sombres ça passait mais là, je sentais tous les regards braquaient sur nous. Certains parlaient tellement fort que l’on pouvait les entendre et c’était franchement désagréable.

« T’as vu on dirait un couple étranger ? C’est trop rare de voir un afro ici et tu as vu son style, c’est trop cool ! Quant à la fille qui est avec lui, elle est tellement froide que ça la rend classe. »

Je n’extériorisais jamais mes sentiments. Non, jamais mais depuis la mort de Nabuo, personne ne m’avait autant irrité et là, je bouillonnais.

* Réglons une chose après l’autre * pensais-je, tandis que monsieur continuait de manger son burger.

Je me tournais entièrement vers le groupe de filles qui étaient juste à côté de nous et dont on n’arrêtait pas les commentaires à notre sujet. D'abord, je passais une main dans mes cheveux pour replacer mes longs cheveux blonds mais elles avaient toutes remarquaient que je les regardais. Je leur lançais un regard noir avant de me racler la gorge pour prendre la parole d’une voix claire, presque douce mais qui pourtant résonnait comme une menace de mort.

« Si vous n’avez pas remarqués, nous essayons de manger et vous parlez tellement fort que vous me donnez mal à la tête donc si vous pouviez la fermer … Enfin non, ce n’est pas si vous pouvez, fermez-la et mêlez-vous de vos affaires ! »

Assez choquées de ma réflexion qu’elles n’eurent pas le temps de voir arriver, elles se turent en deux secondes. Je me tournais une nouvelle fois mais cette fois-ci en direction du jeune homme qui me regardait et avait cessé de manger quelques secondes. Alors, il y avait des choses qui pouvaient attirer son attention autres que sa petite personne ? Je plongeais mes yeux bleus azur dans ses yeux noirs, tout en prenant une frite que je mangeais avant de prendre la parole exactement sur le même ton que tout à l’heure, un ton faussement amical où on sentait toute l’ironie dans chacun de mes mots.

« Alors comme ça, tu es cool ? Je ne l’avais pas remarqué – Je n’étais pas non plus au courant que les personnes cool avaient tous les droits, tu m’excuseras, dans mon monde aucun individu est supérieur à un autre mais je crois que tu ne sembles pas vivre sur la même planète que moi alors d’où viens-tu ? »

Je le fixais toujours, ne baissant nullement mon regard tout en prenant le soda dans une main et l’apportant vers ma bouche. J’entrouvris la bouche pour laisser passer la paille avant de la refermer et de prendre quelques gorgées de ma boisson sucrée.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Quincy N. Turner


Masculin
Messages : 52
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Côté quoi ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2
♣ Colocataires: Harry Lorcane, Johanne Pregan & Kaitlynn Eve
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Dim 11 Nov - 5:19

« T’as vu on dirait un couple étranger ? C’est trop rare de voir un afro ici et tu as vu son style, c’est trop cool ! Quant à la fille qui est avec lui, elle est tellement froide que ça la rend classe. »

Tout en mangeant son burger, Quincy regardait à tour de rôle, le petit groupe de filles et sa nouvelle partenaire de table avec un léger rictus. Quand tu deviens un personnage public, tu as l’habitude des ragots et des chuchotements alentour, tu finis même par y prendre gout, mais la jeune femme en face de lui ne semblait pas être du même avis.

« Si vous n’avez pas remarqués, nous essayons de manger et vous parlez tellement fort que vous me donnez mal à la tête donc si vous pouviez la fermer … Enfin non, ce n’est pas si vous pouvez, fermez-la et mêlez-vous de vos affaires ! »

Il eut un léger sourire, il se stoppa de manger un instant, car la réaction soudaine et directe de la mystérieuse jeune femme était surprenante. Il regarda encore une fois le groupe de demoiselles, puis elle, ceci deux trois fois, puis reprit tranquillement son burger. Il se demandait vraiment qui était cette fille, qu’il trouvait plutôt très charmante en plus. C’est vrai, il n’était pas idiot, il savait parfaitement quand il dépassait les limites et qu’il pouvait énerver certaines personnes, mais quand même, en général, les gens n’osaient pas trop exprimer leur mécontentement. Ce n’était vraiment pas le cas de notre charmante hôte :

« Alors comme ça, tu es cool ? Je ne l’avais pas remarqué – Je n’étais pas non plus au courant que les personnes cool avaient tous les droits, tu m’excuseras, dans mon monde aucun individu est supérieur à un autre mais je crois que tu ne sembles pas vivre sur la même planète que moi alors d’où viens-tu ? »

Il hallucinait, sérieux, il hallucinait. Quand il faisait son chieur, il avait dans le pire des cas, des cris ou des insultes ou vraiment quand ils allaient trop loin, une baston. Mais jamais il n’avait vu une fille, sans aucune équipe avec elle, lui parler de cette manière. Mais ça allait, pour le moment, elle n’avait pas heurté l’honneur de Quincy, il n’avait aucune raison d’être en colère, non il était simplement surpris. Les gens les regardaient du coin de l’œil, les chuchotements ne cessaient toujours pas. Il posa son burger sur son plateau, tapota ses mains afin d’enlever les miettes, puis la dévisagea encore une fois, cette fois avec un regard légèrement plus menaçant. Il laissa passer facilement cinq bonnes secondes avant de prendre la parole :

« Drôle de façon de demander mon prénom, mais okay, je prends. Je suis Quincy, sincèrement t’es super bonne, fais nous un sourire ça passera mieux. »


Un temps.

« Je viens de Chicago, mais sans déconner le CBO pu la merde, tu devrais prendre le Royal Cheese. »

Dit-il, la bouche pleine, d’une façon tout à fait normale, comme s’ils se connaissaient depuis des années. Cette demoiselle l’intriguait. Depuis un an maintenant, il était déjà rare pour lui de sortir sans être reconnus. Mais elle, semblait ne pas le reconnaitre et ne pas du tout être impressionné, c’est un petit peu arrogant de sa part de penser que c’était étonnant, mais vous l’avez compris, l’arrogance était une de ses bonnes amies. L’esprit de Quincy réfléchissait aux possibilités possibles avec une fille comme ça, il décida de la titiller encore un peu, histoire de voir ce qu’elle avait dans le ventre. Alors qu’elle s’apprêtait a répliqué, il lui piqua deux trois frite, car lui avait pris des potatoes. Et encore une fois il exécuta son action d’une façon complètement normale, comme si ces deux-là étaient belle est bien un couple. Du moins il était persuadé que tous les spectateurs extérieurs a la scène, c’est-à-dire trop loin pour entendre, comprendraient surement la situation de cette manière. Et ça l’amusait, car bien qu’il ne connaissait pas encore sa nouvelle partenaire, il avait déjà compris que ce genre de chose l’agaçait. Il avait d’ailleurs posé ses coudes de chaque côté de son plateau, et pencher sa tête légèrement vers elle, la regardant d’un air taquin, tout en mâchant la bouche ouverte, sans aucune gêne. Quelque minute plus tard, un employé du macdo, les interrompu une seconde, il déposa un sachet macdo et dit poliment :

« Voici le reste de votre commande monsieur, nous avons retiré les cornichons et mis une double portion de fromage, ainsi que toute la collection jouet Sonic du Happy Meal, merci monsieur, bon appétit. »

« Merci tavernier ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzuki Daichi


Féminin
Messages : 78
Age du perso : 20 ans
♥ Côté coeur : Et si nous jouions cartes sur une table pour une fois ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: -
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Dim 11 Nov - 14:53


Tu te crois mieux que tout le monde mais pour moi, tu n'es personne.



Son but était-il de me faire peur ? Car franchement, j’en avais strictement rien à foutre de me faire frapper ou de mourir bien que voir un type tabassait une femme serait vraiment lâche. Mais je savais qu’il n’allait rien faire, du moins, pas ici avec autant de monde. Et je crois que ça, il avait bien compris que je n’étais pas l’une de ses fans ou encore de celles qui se la ferment. Alors il avait beau me regarder d’un air quelque peu menaçant qui aurait déjà fait fuir plus d’un, je ne bougerai pas d’un pouce, continuant de le regarder droit dans les yeux.

« Drôle de façon de demander mon prénom, mais okay, je prends. Je suis Quincy, sincèrement t’es super bonne, fais nous un sourire ça passera mieux. »

Il croyait vraiment que j’allais sourire pour lui alors que dans la même phrase il employa le mot « bonne » pour me décrire ? Il avait franchement de la chance qu’il y avait à tous les recoins du Mac Do des élèves de Rayen et que leurs yeux étaient rivés sur nous sinon j’aurai déjà créée un scandale. Oui, pour le moment, j’arrivais encore à me contenir. A l’établissement, j’avais pour surnom « fille sans cœur » alors je ne voudrais pas ruiner mon image pour un petit gamin sans intérêt et exposer ma colère ici. Il n’en valait définitivement pas la peine. Enfin, il reprit la parole à peine quelques secondes après :

« Je viens de Chicago, mais sans déconner le CBO pu la merde, tu devrais prendre le Royal Cheese. » articula-t-il la bouche pleine.

Moi qui croyais que c’était fini. Je continuais à le dévisager. Les bonnes manières, ça n’existait pas à Chicago ? Bon, zen. Je pris une grande inspiration pour ne pas exploser. Comme je m’y attendais de sa part, il n’a pas demandé mon prénom en retour. Ça devait être trop dure pour lui de s’intéresse à quelqu’un d’autre que lui, c’est évident. Ce n’est pas comme si j’avais l’intention de lui révéler mon prénom mais le principe. Enfin quel principe avait-il ? Alors comme ça, il voulait que je prenne un Royal Cheese ? Bien. Mais avant même que je puisse réagir à sa vanne, il en rajouta en me piquant quelques frites ouvertement tandis que les regards étaient de plus en plus centrés sur nous. On était vraiment le centre de toutes les attentions et surtout dans les discussions des étudiants que je devrais voir le lendemain. Qu’ils continuent seulement à me soûler eux et ils savent très bien ce que je vais leur réserver demain : 4 heures de colle. Passons, pour le moment, il voulait jouer à tester mes nerfs et je l’avais bien compris mais il ne me connaissait pas encore pour savoir de quoi j’étais capable et son comportement était inacceptable. Nous faire passer pour un couple … Et puis quoi encore ? Mais je sais mieux que quiconque que la vengeance est un plat qui se mange froid. C’est donc avec cette philosophie que je le laissais faire, sans afficher aucun signe d’énervement bien que mon regard voulait en dire long. Il posa donc un coude après l’autre sur le bord de son plateau et pencha la tête vers moi tout en mâchant le reste de son hamburger la bouche grande ouverte. Dégueulasse, mais si c’est ce qu’il avait de mieux à faire, il n’allait pas être déçu quand un serveur du Mac do nous interrompit, un plateau à la main.

« Voici le reste de votre commande monsieur, nous avons retiré les cornichons et mis une double portion de fromage, ainsi que toute la collection jouet Sonic du Happy Meal, merci monsieur, bon appétit. »

« Merci tavernier ! »

Et il croyait que j’allais prendre au sérieux au gamin qui jouait encore avec Sonic ? Je ne pus m’empêcher de cacher un rictus. Je savais exactement ce que j’allais faire et lui donner une bonne leçon : ne jamais sous-estimer une femme. Avant que l’employé ne s’en aille, je l’interpellai d’un signe de la main pour le faire revenir.

« Excusez-le, il ne connait pas encore très bien les expressions d’ici mais vous pourriez ajouter à son nom environ 5 Royal Cheese et un grand verre de coca s’il-vous-plait ? Merci ! »

Il préférait les Royal Cheese ? Soit, notre petit Quincy serait servi. Mais qui a dit que je m’arrêtais là ? Je pris de son plateau le nouveau sachet Mac Donald que j’ouvris rapidement, sortant le burger qu’il avait commandé. Bon, ce n’était vraiment pas mes préférés mais ça ferait l’affaire. Je pris une première bouchée puis une seconde. Il voulait jouer au couple ? Quel copain ne partagerait pas avec sa copine ? Il m’avait bien prit des frites plutôt non ? Je repris une bouchée avant de reposer le burger sur le plateau et de prendre les jouets en main.

« Non mais franchement, que ton hamburger soit dégueulasse ne m’étonne pas mais que tu joues encore à ça ? C’est ridicule alors je vais te rendre un service pour que tes fans ne voient pas ça. Je sauve ton image là ! »

A peine avais-je prononcé ces mots que je retirai le couvercle de mon coca, ouvris les jouets les uns après et les autres avant de les plonger dans mon soda et de mélanger le tout. Il voulait un sourire, il l’avait. J’affichais un grand sourire, presque sincère, en lui tendant ma boisson.

« Tiens cadeau, tu m’as en recommandé un autre alors je te laisse celui-là ! »

C’est lui qui voulait que je sourie non ? Je profitais de ce moment pour également lui piquer quelques potatoes bien que je n’appréciais pas spécialement ça. Attirant toujours l’attention, je me demandais bien quelle image avait les autres de nous. Ce n’était plus une si mauvaise journée que ça bien qu’il m’irritait, je pouvais enfin me défouler sur quelqu’un. Toujours en affichant cet air innocent, je lui lançais un regard reflétant la défiance et l’entêtement dont je faisais preuve.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Quincy N. Turner


Masculin
Messages : 52
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Côté quoi ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2
♣ Colocataires: Harry Lorcane, Johanne Pregan & Kaitlynn Eve
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Dim 11 Nov - 17:08

Il y a six ans, lorsque Quincy en avait 12, les jours MacDo était merveilleux. Il devait y aller maximum deux fois par an, pour cause financière, mais ses jours étaient merveilleux. Il se souvenait d’absolument tout, la porte d’entrée, la tenue rouge des employés, la statut de Ronald Macdonald, les burgers, mais surtout… Les jeux, ces fameuses petites attractions, ou les enfants pouvaient aller s’amuser un temps. Tout ceci, il y avait droit pendant les jours Macdo, mais pas au Happy Meal, ça mère prenait plusieurs Cheese Burger simples, mais jamais de happy meal. Il se souvenait des autres enfants jouer avec leur nouveau jouet, il se souvenait aussi des pubs, parlant du nouveau thème du Happy Meal, et même quand ce fut la période Sonic, Quincy resta les mains vides. Et aujourd’hui au States, cette fameuse période Sonic est terminée depuis longtemps, mais ici à Matsumaya, il était bel et bien là. Quincy ne jouait pas avec bien évidemment, il avait prévu de les entreposer dans sa chambre, pour un peu de déco, mais…

« Excusez-le, il ne connait pas encore très bien les expressions d’ici, mais vous pourriez ajouter à son nom environ 5 Royal Cheese et un grand verre de coca s’il-vous-plait ? Merci ! »

Cette charmante blonde ne comptait pas se laisser faire apparemment, elle ouvrit le paquet sans aucune gêne non plus et prit le sandwich qu'il avait commandé. Elle croqua un morceau, puis un autre, elle semblait très contente d’elle et cela amusait Quincy, il la regardait faire silencieux, à la fois étonné et intéressé.

« Non, mais franchement, que ton hamburger soit dégueulasse ne m’étonne pas, mais que tu joues encore à ça ? C’est ridicule alors je vais te rendre un service pour que tes fans ne voient pas ça. Je sauve ton image là ! »

Il sourit légèrement puis comprit une chose. Cette fille l’avait donc reconnu ? Elle savait donc qui il était et pourtant n’était pas impressionné ? Ou alors avait-elle simplement remarqué que des gens s’intéresser a lui ? Ce n’était pas important pour le moment, pour le moment il se concentrait plus sur ce que cette fille était entrain de faire. Elle ouvrait les jouets de Quincy un après l’autre avec un léger rictus qui ne prévoyait rien de bon. Mais ce dernier ne s’interposa pas, il l’avait titillé pour voir jusqu’où elle irait, et il comptait bien rester spectateur, pour le moment. Et puis d’une façon tout à fait naturelle, elle mit les jouets dans son coca, les yeux de Quincy s’arrondirent, la bouche légèrement entrouverte. Après quelque seconde de réflexion sur ce qu’il venait de se passer, Quincy senti une petite colère monter, mais juste avant qu’elle n’explose au visage de la jeune femme, maintenant presque aussi insolente que Quincy, il vus qu’elle souriait. Ce n’était pas comme ci il n’avait jamais vus une femme sourire, mais pour elle cela changé vraiment son visage, depuis le début du repas, il était habitué a son air glacial, mais là c’était comme si, en une fraction de seconde, on était passé de l’hiver a l’été. Et étrangement son sourire était communicatif, il se mit à rire aussi puis tendit la main pour récupérer la boisson, il effleura la main de la demoiselle, action qu’il laissa durer plus longtemps, que d’habitude. Puis une fois que l’hiver refit surface, que son visage ressemblait de nouveau à un mur blanc, il reprit légèrement ses esprits. Et avec la boisson coca jouet en main, il dit de son ton habituel :

« Putain j’avais raison, ton sourire et mmmmmmh OUI ! »

Dit-il en partant dans les suraiguës sur la fin.

« Ta toujours eu ce balai dans le cul ou ?.... »

Se moqua-t-il a sirotant le coca. Il était inconcevable pour certaine personne, de boire a la paille derrière quelqu’un d'autre, même si c’était un ami proche, alors un inconnu. Mais Quincy était tellement loin de ces gens, il s’en foutait complètement, puis même si cette fille était comme ces gens, il aurait gagné un Coca. Quand tu grandis dans la rue tu apprends plusieurs choses, déjà a intimidé, ensuite a courir et pour finir a vanné. Les combats de vannes que ce soit dans le rap ou avec sa bande, il connaissait. Mais il ne voulait pas en arriver là avec elle, du mois, pas maintenant, pour le moment il voulait savoir une chose étrangement :

« Oh et enfaite c’est quoi ton prénom ? J’en ai marre de t’appeler la frigide »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Ce sentiment d'avoir tout... Et ... rien à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzuki Daichi


Féminin
Messages : 78
Age du perso : 20 ans
♥ Côté coeur : Et si nous jouions cartes sur une table pour une fois ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: -
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Dim 11 Nov - 19:29


Tu te crois mieux que tout le monde mais pour moi, tu n'es personne.



À ma grande surprise, il se mit à rire. Normalement il aurait dû se mettre en colère ! Un instant, j’ai cru qu’il allait péter un câble lorsqu’il entrouvrit la bouche mais non. Je me demandais bien pourquoi il avait changé d’avis puis il me prit le coca des mains lors que je le luis tendis. Je ne le remarquais pas tout de suite mais sa main était restée quelques secondes par-dessus la mienne … Et ses mains étaient vraiment chaudes contrairement aux miennes mais ça, c’était normal, je n’ai quasiment jamais les mains chaudes !

« Putain j’avais raison, ton sourire et mmmmmmh OUI ! »

Ou c’est moi ou c’est lui qui est dingue mais il y a un problème ! Ce type devait être maso … Je ne voyais plus que ça mais sans même m’en rendre compte, je laissais échapper un rictus amusé sur mon visage habituellement terne. La raison de mon sourire ? Le son aigu à la fin de sa phrase, je ne pouvais pas l’imaginer pouvant imiter une telle voie surtout vu l’image qu’il veut donner d’un type fort.

« Ta toujours eu ce balai dans le cul ou ?.... »

Me demanda-t-il en sirotant le coca mélangé aux jouets. Décidemment, tout chez lui était hors norme et ça m’amusait plutôt pas mal. J’étais bien curieuse de savoir la fin de sa phrase s’il ne s’était pas arrêté mas j’avais trop la flemme de lui demander. Je sais que j’étais folle de penser comme ça, surtout d’un type comme lui qui n’a rien de comparable avec Nabuo et pourtant, je leur trouvais des points communs tels que les tatouages ou encore leur manière de parler mais la grosse différence était que l’un était mort et l’autre se tenait devant moi. Bon, tout à l’heure, il marquait un point, il est vrai que je n’étais pas la fille la plus marrante du monde ni la plus sociable mais c’est lui qui est venu s’asseoir là. J’avais bien envie de lui dire que le balai dans le cul était transmissible après le décès d’une personne chère mais ça ne le regardais pas alors je préférais ne pas aborder le sujet et esquiver sa question.

« Tu jouis toujours avec le même son que t’as lâché tout à l’heure ou … ? »

Question conne, réponse conne. Il ne s’attendait pas franchement à une réponse de ma part par rapport à sa question de tout à l’heure mais je ne pus m’empêcher de lui retourner la plaisanterie. Ce n’est pas comme s’il ne le cherchait pas, il ne faisait que ça !

« Oh et enfaite c’est quoi ton prénom ? J’en ai marre de t’appeler la frigide »

Tiens, il voulait connaître mon prénom maintenant. Monsieur Quincy s’intéresse aussi aux autres, parfois. J’hésitais quelques instants car je m’étais plus tôt que je ne le lui dirai pas mais finalement je n’ai rien à perdre. En fait, j’étais vraiment étonnée que cela puisse l’intéresser. Je passais une main dans mes longs cheveux blonds pour remettre les quelques mèches qui m’arrivaient dans le visage en arrière puis je pointais du doigt plusieurs tables d’étudiants les unes après les autres mais il ne semblait pas comprendre. Minute papillon, pensais-je.

« Oh, ça t'arrives de penser aux autres ? Tu m'étonnes ! Tu n’as qu’à leur demander, ils ne font que nous regarder depuis tout à l’heure. En général, ils ne m’appellent pas la frigide mais la fille sans cœur ou la gardienne de prison ou encore la pionne mais si tu veux m’appelles par mon prénom, tu n’as qu’à m’appeler Suzuki »

Et là, j’étais spectatrice de son visage le temps que l’information monte au cerveau, un sourire amusé illuminé mon visage, ce qui était rare. Avait-il comprit mes insinuations ? Avait-il comprit qui j’étais pour eux ? L’information était-elle montée correctement au cerveau ? Ce n’est pas comme si j’allais répéter mais de toute manière, à la base, il ne voulait que mon prénom alors c’était suffisant s’il avait retenu Suzuki, comme la marque de voiture. Et étrangement, je m’attendais à une vanne sur mon prénom, je ne sais pas pourquoi mais je la voyais venir.

Au même moment, le même employé que tout à l’heure revint avec les 5 Royal Cheese que j’avais commandé et le nouveau coca.

« Voilà pour vous, bon appétit »

« Merci, 5 burgers sont biens à son nom mais vous pouvez revenir encore une fois avec à nouveau tous les jouets, les précédents ont malencontreusement glissés dans le coca ! Et ce sera à mon nom cette fois, merci. »

« Bien, un instant »

Le salarié repartit en direction des cuisines avec de gros yeux comme si nous étions des aliens. Y a pas à dire, je passais vraiment pour une folle. Surtout avec le coup des jouets mais je n’étais pas comme ça, s’il y avait commandé c’est qu’il y a une raison alors j’assumerai mes conneries. Après tout, je n’étais pas une gamine et apparemment, notre petit américain semblait assez étonné.

« Tu ne manges pas ? Ils sont à ton nom tu sais alors mange tant qu’ils sont chauds ! »

Cela ressemblait plus comme un ordre qu’à une question mais des hamburgers froids ce n’était pas terrible. Il est vrai que ceux qui me connaissent seraient surpris que je me soucis d’un inconnu ou même lui semble surpris que je puisse être aussi comme ça. Dans ce moment-là, moi-même je ne savais pas pourquoi j’agissais aussi sympathiquement tout un coup mais c’était certainement parce qu’il me faisait penser à lui car je l’avais également rencontré lorsque je mangeais seule. En fait, c’était assez bizarre maintenant que j’y pense, il y avait plus de similitudes que je ne le pensais …

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Quincy N. Turner


Masculin
Messages : 52
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Côté quoi ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2
♣ Colocataires: Harry Lorcane, Johanne Pregan & Kaitlynn Eve
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Dim 11 Nov - 22:48

La colère était complètement partie à présent, et c’était rare. Effectivement il était très rare que Quincy arrive à contenir sa colère, peu importe la raison. Mais pour cette fois, il ne l’avait pas complètement contenu, nan, c’était comme si on lui avait fait oublier. Enfaite, ce n’était pas comme si, c’était tout à fait ça, il avait même presque oublié les jouets dans sa boisson, qu’il prenait pour des glaçons à présent. Toujours en sirotant son coca personnalisé, il regardait la jeune fille un peu plus attentivement maintenant. Bien qu’il était toujours un peu défoncé à cause du join pris dans le bus, Quincy trouvait cette Suzuki de plus en plus cool, si tout le monde était comme elle à Matsumaya, il risque de bien s’amuser.

« Tu jouis toujours avec le même son que t’as lâché tout à l’heure ou … ? »

Éclat de rire, il n’essaya même pas de se retenir. Il commençait légèrement à cerner le caractère de la belle blonde, et il n’avait pas ressenti ce sentiment depuis… Non enfaite c’était la première fois qu’il ressentait l’envie de creuser encore un peu plus loin, pour voir ce qu’il se cachait derrière cette carapace. Donc oui, je vous assure, Quincy n’avait en tête que les secrets de la personnalité de Suzuki :

*Waouh, cette fille est trop bonne !! Ce bon p’tit cul !! Je gère pour le moment, si je me débrouille bien…*

Oui bon d’accord, et quelques autres choses, que je ne trouvais pas utile de partager avec vous… Enfin, passons. Quincy était donc toujours légèrement penché vers la demoiselle, toujours à boire sa boisson, et dans sa tête, la session personnalité était passé, cette fille l’intéressé, maintenant, la session physique prenait le contrôle. Son regard passait des yeux de la jeune fille, en passant rapidement sur la poitrine, essayant d’être le plus discret possible. Après avoir bien ri, il fit même semblant de faire tomber quelque chose pour regarder « en dessous la table ». Sincèrement, il n’était pas discret…

« Oh, ça t'arrives de penser aux autres ? Tu m'étonnes ! Tu n’as qu’à leur demander, ils ne font que nous regarder depuis tout à l’heure. En général, ils ne m’appellent pas la frigide mais la fille sans cœur ou la gardienne de prison ou encore la pionne, mais si tu veux m’appelles par mon prénom, tu n’as qu’à m’appeler Suzuki »

La bouche entrouverte, il regarda un à un les différents groupes de jeunes. En effet, c’est derniers semblaient très intéressé par leur table, comme s’il connaissait tous un des deux. Jusqu’à maintenant, Quincy pensait que c’était lui qui attiré l’attention, de façon très humble. Il avait compris, cette fameuse Suzuki était donc une surveillante dans une école. Un jeune lambda aurait trouvait sa classe de passer pour un mec qui traine avec une surveillante en dehors des cours, mais Quincy avait tellement l’habitude d’être ou de coucher avec des filles plus vielles que lui, pour lui c’était normal. Il ne disait rien pour le moment, la session physique avait pris fin et maintenant la session visage pouvait commencer. Les yeux de Quincy, passait maintenant des yeux de Suzuki a sa bouche de façon rapide, il répéta ceci plusieurs fois avant de prendre la parole :

« J’ai envie de to… te dire un truc… ton taf est trop nuuuul !! »

« Merci, 5 burgers sont bien à son nom, mais vous pouvez revenir encore une fois avec à nouveau tous les jouets, les précédents ont malencontreusement glissés dans le coca ! Et ce sera à mon nom cette fois, merci. »

C’est encore une fois avec des yeux tout ronds qu’il la regardait, décidément, au moment où il pensait enfin la cerner un petit peu, elle le surprit encore une fois. C’était comme si leur discussion avait franchi une étape, vous savais, lorsque l’on brise la glace. Des deux côtés on pouvait sentir qu’il était bien plus à l’aise qu’au début. Mais Quincy savait qu’il n’avait rien fait de différent dans son attitude, cela venait donc de Suzuki, c’était elle habitué à sa présence ? Ou jouait-elle la comédie pour pouvoir mieux l’avoir, il pensait intensivement à tout ceci :

* Je crois qu’elle me kiff !! héhéhé j’assure !! *

« Tu ne manges pas ? Ils sont à ton nom tu sais alors mange tant qu’ils sont chauds ! »

Après quelques secondes à dévisager la belle, il ajouta, d’une voix beaucoup plus sérieuse que d’habitude :

« Dit moi Susuki, on se reverra surement jamais et je ne suis personne pour toi, alors dit moi… Pourquoi tu as peur d’être heureuse ? »

Quincy a toujours était bon pour cerner les personnes rapidement, puis maintenant que la glace était brisée, il pouvait se permettre ce genre d’excentricité.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Ce sentiment d'avoir tout... Et ... rien à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzuki Daichi


Féminin
Messages : 78
Age du perso : 20 ans
♥ Côté coeur : Et si nous jouions cartes sur une table pour une fois ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: -
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Dim 11 Nov - 23:45


Tu te crois mieux que tout le monde mais pour moi, tu n'es personne.



Je pensais à ce qu’il avait plus tôt. Mon taf était nul ? En y repensant, je ne pus m’empêcher de sourire. Ca, le savais déjà. Il a vraiment cru que mon rêve était d’être surveillante ? Je n’avais pas vraiment le choix, si toute cette histoire n’était pas arrivée … Je ne serai pas ici en train de manger dans le fast food du coin avec un parfait inconnu qui apparemment aime bien fumer vu l’odeur qu’il dégage enfin à force d’être ici avec lui, j’ai commencé à m’y habituer. Je repris une gorgée de mon nouveau coca quand Quincy me dévisagea. Je me demandais bien à quoi pouvait-il bien penser ou jouer depuis plusieurs minutes …

« Dit moi Susuki, on se reverra surement jamais et je ne suis personne pour toi, alors dit moi… Pourquoi tu as peur d’être heureuse ? »

Quoi ? Qu’est-ce qu’il racontait au juste ? Je reposais le gobelet sur la table, un peu choquée de ce qu’il venait de dire … ou plutôt de me demander. J'avais presque oubliée la réalité. Comment est-il arrivé à cette question et pire encore, que lui faisait dire que j’ai peur d’être heureuse ? Il ne sait rien de moi, rien et pourtant il croit me connaître assez pour savoir que je ne profite pas de la vie … Est-ci si évident que ça ? Cela saute donc tant aux yeux ? Pourquoi devrais-je lui dire quoi que ce soit … J’étais suis sûre que ce n’était qu’une blague douteuse de sa part pour me déstabiliser. Cela semblait avoir fonctionné … Je ne savais plus quoi faire. Tous les regards étaient braqués sur nous. Je me sentais épiée et je savais que j’allais craquer d’un instant à l’autre. Cela ne m’était encore jamais arrivé d’être aussi ébranlée … comment un inconnu peut-il lire en moins en si peu de temps ? Je ne pouvais pas parler de Nabuo … Pas à lui, ni à personne ici. Je suis partie de Tokyo pour oublier je n’ai pas le droit de montrer mes faiblesses ! Et pourtant … Dieu sait que j’en ai.

Sentant mes larmes montant aux yeux, je lançais un dernier regard vers le rappeur. Je ne pouvais pas m’afficher ainsi dans un lieu public ni devant qui que ce soit. Personne ne doit me faire pleurer. Tous les élèves pensent que je n’ai pas de cœur et que je ne ressens rien. Mon visage, habituellement si terne et inexpressif, commençait à révéler mes points faibles et je me devais de partir. Sans même lui répondre, j’agrippai rapidement mon sac à côté de moi avant de quitter la table rapidement, tête baissée pour que personne ne puisse voir mon visage avec mes joues rouges et mes yeux remplis de larmes. Je marchais d’un pas rapide vers la première sortie possible, poussant la grosse porte. Suffoquée, c’était comme si je me noyais … Il me fallait de l’air. Pire que me noyer, j’avais l’impression de revivre cet accident avec le bruit des voitures qui défilaient à côté de moi. Non …

Paniquée, j’allais me cacher derrière le Mac Do, là où personne ne pouvait me trouver. Minable … Alors que je commençais enfin m’habituer à ne plus pleurer mais à garder avoir cette expression fade et inanimée comme si rien ne m’atteignait. Pouvoir a-t-il fallu que je rencontre ce type ? Qu’est-ce qu’il en avait à foutre de mon existence alors pourquoi se mêle-t-il des affaires des autres ? Je ne pouvais plus me contenir.

Je me collais contre le mur du fast food, derrière une grosse benne à ordure et me laissais glisser jusqu’à au sol où je me recrovillais en boule sur moi. Sanglots. Larmes. Je ne pouvais plus rien retenir … Voilà où était ma place depuis le départ, dans la benne.

* Fais chier ! * pensais-je.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Quincy N. Turner


Masculin
Messages : 52
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Côté quoi ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2
♣ Colocataires: Harry Lorcane, Johanne Pregan & Kaitlynn Eve
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   Lun 12 Nov - 15:09


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Ce sentiment d'avoir tout... Et ... rien à la fois.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une petite faim... [PV:Suzuki Daichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite Faim? ?ft. Ambroise.
» Une petite faim ?
» Petite faim pendant la nuit [Libre]
» Une petite faim ? (On partage ? *musique kinder*)
» Insomnie et petite faim (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ESSENTIEL :: » Archives sacrées :: RPS Archivés-