Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 « 1 7 2 3 9 8 5, I gotta breathe to stay alive. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Lewin Rainer


Masculin
Messages : 89
Age du perso : 18 ans.
♥ Côté coeur : À gauche, sous ma cage thoracique.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3e année.
♣ Colocataires: Anastasia Heacroft, Elizabeth Carter, Ace Seikan.
♣ Relations:

MessageSujet: « 1 7 2 3 9 8 5, I gotta breathe to stay alive. »    Dim 18 Nov - 15:01

Aïe. Bravo, tu t'es encore cassé la gueule. Huitième fois. Alors, c'est quoi, ce coup-là ? Un tas de livre. Ah bah encore mieux. Après l'avoir monté, tu devrais savoir qu'il est justement ici. Tu vas encore te relever en grognant et glisser sur autre chose.

Le bordel absolu. Le bronx, le chenil, le bazar. Ou encore d'autres mots inconnus. Mais visiblement, le coin de chambre de Lewin est très mal rangé. Mais ''très'', ça veut vraiment dire ''très''. Des fringues par terre, des livres, des feuilles blanches et des feuilles importantes, des dvds, des gribouillages, des vrais dessins, même des trucs inutiles dont il avait oublié l'existence. Mais pourquoi c'est tant le bordel ? Ben parce que Lewin, qui prend énormément soin de ses affaires, a décidé de changer la housse de couette de son lit. Jusque là, ça parait plutôt simple et sans intérêt ni rapport. Et surtout, on a l'impression qu'il prend réellement ''énormément soin de ses affaires''. Mais attention, Monsieur avait laissé tout ce tas de choses sur son lit, sous son matelas ou entre la couette et sa housse. Et puis en voyant toutes ces nouvelles et anciennes choses, il a sorti les tas qu'il y avait sous son lit, aussi. Tant qu'à faire... On se demande comment ça a attéri là. Même si ses soirées étaient pas forcément toutes neutres avec quelques rares consommations derrière un bar, c'est pas tout le monde qui met ses diverses affaires sous son lit pour les oublier le lendemain. Pauvre Lewin. Il faudrait pas que tes colocataires voient ça. Alors il se met au grand tri.
Toutes les fringues, il les met dans un sac pour les apporter à la laverie. Dans un autre sac, il fourre ce qu'il doit jeter : papiers, mouchoirs, vieux cours poussiéreux, bouteilles de coca vides, fringues dont il ne connait pas le propriétaire... Et ensuite, il range tout ce qu'il a retrouvé comme livres, dvds, et autres machins qu'il garde. Ça lui prend bien une heure, de tout trier et de se poser la grande question du : « Je garde ça ou non ? » Mais une fois que c'est fini, c'est fini. Il faudra juste un coup de balai. Mais ça, c'est pour plus tard. Il faudrait quand même pas trop se fatiguer.
Une fois les sacs posés dans un coin de la chambre, notre brun peut enfin s'affairer à changer son lit. A partir de maintenant, les colocataires peuvent arriver. Ils auront une bonne image de Lewin. Sur le coup.
Et maintenant que tri et rangement sont faits, allons aux finitions. Parce qu'il restait encore quelque chose, sous son lit. Sa valise. Valise censée être vide, qu'il sort quand même, sait-on jamais. Il reste forcément quelque chose à jeter. Valise à première vue completement vide bien que plutôt pas mal poussiéreuse. Valise dans laquelle il reste quelque chose, en effet. Et c'est pas n'importe quoi.
Une console. Mais pas les jeux. Ni la manette. Même après avoir avoir fouillé dans toutes les autres poches. Alors, soit c'est quelqu'un d'autre qui l'a mise ici, soit Lewin a une mémoire vraiment mal foutue pour n'en avoir aucun souvenir.

Sérieusement, qu'est-ce que tu fous avec une console même pas complète dans ta valise ? A quoi ça te sert ? Dans un pensionnat en plus... Personne n'ammène sa console dans un pensionnat. Encore moins toi avec ta confiance grandiose en tes camarades. Si y avait la manette au moins, ç'aurait pu être plausible...

Eh oui. Il se demande bien d'où elle sort. Mais bon, tant mieux. C'est une console de gagnée. Surtout que dans la chambre, y a de quoi la brancher. Donc, tout content, Lewin referme la valise, la pousse sous son lit et se prépare pour aller chercher un magasin de jeux vidéos en ville. En voilà un beau projet.

« And 1 4 2 9 7 8, feels like I'm gonna suffocate. »
Une trentaine de minutes plus tard, Lewin se retrouve dehors. Il est 11h24 à Matsumaya. Parce que quand on regarde l'heure, l'avancement des minutes est jamais dans la table de cinq.
Pas beaucoup de monde dans les rues, on suppose qu'ils sont tous allés manger, qu'ils profitent des dernieres minutes d'ouverture des magasins ou qu'il font la grasse mat', parce que c'est un jour sans cours et sans travail aujourd'hui. Allez, en chemin, Lewin. C'est une grande première pour lui de s'aventurer ici sans vraiment savoir où est ce qu'il cherche.

Tout droit, gauche, à gauche après le magasin de jouets, tout droit, à droite après les molocks, à gauche après le bar, tout droit, à gauche, droite, droit, gdroit... Oups. Allez. Voilà, t'es perdu. T'aurais pu faire gaffe à ton chemin, ou au moins t'arrêter avant que ça soit trop tard. Mais quel con. Bravo, hein. Y avait personne avant, mais encore moins ici. T'as jamais vu cet endroit. Et tu te demandes si quelqu'un l'a déjà vu. Pas en ce moment, en tous cas, puisque la ruelle est vide. Y a même pas de magasin. Ni de dealer bien caché. Ni de mendiant roumain. Ni d'enfant perdu. Même pas d'oiseau. Mais par contre, après s'être adossé contre le mur et avoir réfléchi cinq minutes à ce qu'il devrait faire, y a quelqu'un qui est là. C'est une fille, apparemment. Comment rater des cheveux roses dans un décor gris, aussi ? Bon ben Lewin, t'as plus qu'un truc à faire, hein.
- Bonjouuur. Euh. Tu... Vous savez où on est ? ... S'il-vous-plait.
Tout ce qu'il y a de plus cliché. Mais qu'est-ce que t'aurais pu dire d'autre, t'façons ?Voilà que la fréquence des battements de ton cœur vient de se multiplier par deux. Ou même trois. Du moins, c'est l'impression que ça donne. Quand on n'en a pas l'habitude, c'est pas forcément un reflexe super facile d'aller parler à des inconnus. Alors tu te mords un peu la lèvre en attendant une réponse. Parce que peut-être que tu l'auras pas, ta réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Céleste Oxymoore


Féminin
Messages : 110
Age du perso : 17 ans.
♥ Côté coeur : Une petite étincelle..

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3eme.
♣ Colocataires:
♣ Relations:

MessageSujet: Re: « 1 7 2 3 9 8 5, I gotta breathe to stay alive. »    Sam 5 Jan - 20:10

Be alone.


Céleste avait sursauté, elle s'était réveillée en sursaut après un beau cauchemar. Ca lui prenait souvent en ce moment, faut dire qu'elle tournait de plus en plus au vinaigre cette fille, elle avait recommencé à boire l'autre fois et avait faillit finir violée si elle n'avait pas fuit à temps. Depuis un moment plus rien n'allait, elle ne dormait pas beaucoup, ne mangeait presque rien, ne parlait plus à personne et avait surtout perdu son sourire. Elle qui souriait quasiment toujours, certaines personnes s'étaient demandées si elle ne se droguait pas. Mais non, pas encore du moins. Enfin, elle tourna la tête, scrutant son réveil en essayant de déchiffrer l'heure indiquée: 11h. Elle ouvrit de grands yeux, déjà ? Elle s'assit dans son lit regardant autour d'elle, il n'y avait plus personne. Ses colocataires étaient souvent absents, aucun des quatre ne se croisaient vraiment, ou ne communiquait si ce n'était pour engueuler l'un ou l'autre pour tel ou tel bordel. Ce matin elle se sentait mal, plutôt oui. Elle avait mal au crâne, avait-elle fait quelque chose hier soir ? Elle ne savait plus elle-même. Céleste soupira, puis entreprit de se lever, aller se doucher puis s'habiller. Elle n'aimait pas les douches matinales, mais ça calmait légèrement son mal de crâne. Elle retourna dans sa chambre, observant un moment le bazar autour de son lit à elle, tous ses colocataires faisaient attention qu'il n'y ait pas grand chose à traîner, elle... c'était autre chose. Finalement elle préféra aller faire un tour à l'extérieur, restant tout d'abord dans la cour du pensionnat à marcher, sans réfléchir, sans penser à rien, à quoi bon, elle savait bien qu'en ce moment elle n'avait que de pensées négatives, elle était bien pessimiste. Contrairement à ses habitudes.

D'ailleurs, quand on y réfléchissait elle n'avait pas à se plaindre pourtant. Elle pouvait aller faire les boutiques dans Matsuyama, se balader à l'air pur, la forêt n'était pas loin, la plage, tout ça... Mais ça ne devait pas la réussir. Elle s'ennuyait clairement. Les premiers jours elle avait aimer rester au pensionnat et faire des va et viens entre Matsuyama et le pensionnat. Mais au fil des jours, elle s'ennuyait de plus en plus et ne se faisait pas vraiment d'amis, elle n'allait simplement pas vers les autres. C'est d'ailleurs sans doute pourquoi elle va vers les choses les plus mauvaises, buvant, fumant parfois alors qu'elle a toujours détesté la fumée des clopes, elle ne pouvait pas supporter ça. Et pourtant, si l'alcool et les clopes ne font pas bon ménage, les bon petits joints et l'alcool c'était encore pire. Elle devait avoir une sale gueule ce matin-là, certains la regardèrent avec de grands yeux, c'était si choquant que ça de voir quelqu'un se lasser de ses journées ?
Sans faire attention elle était sortie du pensionnat, marchant le long de la grande rue. Elle regardait l'horloge, le temps était passé vite pour elle et pourtant seulement quelques minutes c'étaient écoulées. Elle marchait en direction du centre-ville, puis changea de direction, elle n'avait pas envie de faire face à une agitation bruyante.

Céleste préféra s'écarter des rues menant au centre ville pour aller dans celles moins cotoyées, elle croisa un ou deux dealers habituels, elle les croisait souvent, même si elle ne prenait rien pour le moment. Plus elle s'enfonçait dans les petites ruelles de la ville moins il n'y avait de monde, elle arriva a un moment où il n'y avait vraiment plus personne et s'adossa à un mur, soupirant un moment en essayant de libérer ses pensées, elle s'apaisait elle-même, se disant que ce n'était que de passage et qu'elle avait sûrement eu un coup de blues ou quelque chose du genre, et si ce n'était vraiment pas le cas alors elle resterait dans cet état, elle ça ne la dérangeait pas, elle vivait très bien comme ça, ou presque.
Elle commença à sortir le matos de ses poches, commençant à rouler un joint, il fallait qu'elle ne pense plus à rien. Elle croyait la rue vraiment déserte, et ne vit pas approcher le garçon.

- Bonjouuur. Euh. Tu... Vous savez où on est ? ... S'il-vous-plait.

Céleste sursauta, comme une conne elle fit tout tomber par terre. Elle pesta, ramassant ce qu'elle pouvait sauver et l'enfournant dans ses poches n'importe comment.

" Merde. "

Elle redressa la tête pour voir son interlocuteur. Un garçon, il devait être dans ses âges. Elle haussa un sourcil, le détaillant rapidement de la tête aux pieds, enfin oui, très rapidement car elle ne voulait pas vraiment qu'il se sente mal à l'aise. Elle savait que se faire fixer par un inconnu devait paraître un peu malpoli, enfin elle n'allait pas s'en soucier éternellement et secoua la tête, chassant ses idées et tout le reste pour se concentrer sur autre chose: Qu'est-ce qu'il avait demandé déjà ? Elle crut se souvenir qu'il demandait où ils se trouvaient. Céleste eut un moment d'hésitation, en fait, elle ne le savait pas vraiment, qu'était-elle donc censée répondre, elle devait passer pour une belle imbécile tiens.

" Euh... assez loin du centre-ville... et a la limite de la ville. Je sais pas où exactement, je sais même pas si j'retrouverais mon chemin tu vois. "

Céleste glissa une main derrière sa nuque, un peu gênée d'être ici et de ne pas savoir où elle avait atterrit, elle était arrivée ici la tête dans les nuages pour tout dire, et n'avait pas pensé a regarder d'où elle venait.




HRP : J'm'excuse pour le temps de réponse, c'était le temps de reprendre le rp, j'devrais répondre plus vite au prochain post, normalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lewin Rainer


Masculin
Messages : 89
Age du perso : 18 ans.
♥ Côté coeur : À gauche, sous ma cage thoracique.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3e année.
♣ Colocataires: Anastasia Heacroft, Elizabeth Carter, Ace Seikan.
♣ Relations:

MessageSujet: Re: « 1 7 2 3 9 8 5, I gotta breathe to stay alive. »    Sam 9 Mar - 13:03

A vrai dire, t'as pas trop l'habitude de te retrouver dans des endroits étranges, des ruelles inconnues qui empestent toutes sortes de choses. T'es plutôt le genre de personne à te méfier des choses et des personnes sur lesquelles tu vas tomber. Mais là, dans un moment d'euphorie, t'avais la tête ailleurs. Il est bien connu que tous les mecs aiment les jeux vidéos et passent leurs journées dessus.
En fait, t'as toujours trouvé ça ridicule comme préjugé, sûrement parce que ça t'a jamais concerné. Mais peut-être que quand t'aura enfin une console à disposition, tu manquera pas de te jeter dessus. C'est sans doute pour ça que t'es parti à la recherche de quoi utiliser ta console sans vraiment penser à autre chose. T'aura enfin une occupation autre que gribouiller sur des papiers, bouffer toute la journée ou la passer à dormir, et surtout, t'arrêtera peut-être un peu d'aller emmerder le monde.

Tu t'étais balladé sans faire gaffe à c'qui se passait autour de toi, t'avançais en bon attardé, en attendant de voir quelque chose qui t'intéresserait, comme si le magasin allait lui-même se présenter à toi. Et t'es arrivé ici. C'est pas vraiment ce à quoi tu t'attendais, même si on t'avais déjà dit qu'il était possible que tu t'égares un peu dans Matsumaya. Toi, t'imaginais quelque chose d'un peu plus peuplé, on va dire. Il faut avouer que te retrouver tout seul ici, ça t'a un peu foutu les jetons. C'est vrai quoi, il peut y avoir n'importe quoi et n'importe qui dans une rue plutôt étroite comme celle-ci. Et finalement, heureusement que tu l'a vue, cette fille-là, parce que sinon t'aurais sûrement couru un peu dans tous les sens en espérant trouver une sortie qui mènerait à la ville. Elle est peut-être un peu plus censée que toi.
Bon, là, sur le coup, même si t'avais vraiment pas envie, il a fallu parler à cette inconnue qui, en plus d'avoir des cheveux roses, de l'herbe sous la main et une expression un peu défaite, t'a apprit qu'elle aussi était perdue dans ce nouveau trou. Et maintenant tu vas devoir entretenir la discussion si tu veux te barrer d'ici et en fin aller acheter tes précieux jeux.
Alors, avouons-le, pauvre Lewin, t'y es allé de la façon la plus banale qui soit avec une question bête et des hésitations qui ont dû te rendre bien ridicule devant cette fille qui - elle, au moins - avait la dignité d'avoir l'air de s'y connaître un peu. Alors que toi, nada.

"Euh... assez loin du centre-ville... et a la limite de la ville. Je sais pas où exactement, je sais même pas si j'retrouverais mon chemin tu vois."


On est bien barrés. Vous allez quand même pas rester coincés ici pour toute votre vie, faut être positif un peu. Même si tu t'inventes beaucoup d'histoires, pose toi une limite à un endroit raisonnable.
Tout en fourrant tes mains dans tes poches, tu t'approches un peu de la fille, ignorant ses activités douteuses mais que t'as pourtant bien reconnues. C'est pas comme si t'y avais jamais touché.

''Je m'en doute bien. J'suppose que t'as marché sans vraiment regarder autour. Je retournerais bien en arrière, mais je connais pas ici... Y a des ruelles partout.''


T'es mieux à l'aise maintenant que t'as vu qu'on était dans la même situation que toi, et tu peux enfin faire des phrases correctes. Et puis elle a pas l'air méchante, t'as au moins de la chance de pas t'être retrouvé avec un gars de deux mètre qui aurait été là pour te vider les poches.
Tu secoues un peu la tête autour de toi, pour regarder si une sortie illuminée n'apparaîtrait pas par magie au milieu de ce trou perdu. Mais toujours rien, c'est balot. Il va falloir chercher. Mais au moins t'es pas tout seul. Et t'as une motivation. Tu les veux, ces foutus jeux vidéos.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « 1 7 2 3 9 8 5, I gotta breathe to stay alive. »    

Revenir en haut Aller en bas
 

« 1 7 2 3 9 8 5, I gotta breathe to stay alive. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MATSUYAMA :: » Rues & Ruelles-