Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Un livre.. un magasine. Peu importe, cette matinée est ennuyeuse. [PV Cas']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Henri A. Von Rosenstein


Masculin
Messages : 17
Age du perso : 17 ans
♥ Côté coeur : Vide intercidéral.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: Deuxième année
♣ Colocataires: no.30 avec Tsuyoshi et les frères Katsunobu.
♣ Relations:

MessageSujet: Un livre.. un magasine. Peu importe, cette matinée est ennuyeuse. [PV Cas']   Ven 30 Nov - 1:47



Cassiopea & Henri
© Never-Utopia


Poser le pied sur des terres inconnues, sans mauvais jeux de mots, ne m’a jamais plu. J’éprouvais cette sensation dont tous enfants qui étaient séparés de ses parents ressentaient. Mes parents, malgré tout, me manquaient. Leur inquiétude de merde qui me bouffait limite la vie également. Qui l’eut cru ? Franchement, je n’aimais pas cet endroit bondé de monde vous dévisageant. Ils ne devaient pas avoir l’habitude de voir des infirmes dans leur putain de vie ennuyeuse, mais ça ne voulait pas dire qu’ils devaient me fixer ainsi… Pas que cela me touche au plus profond d’un cœur qui n’est plus en fonction depuis perpète, je craignais qu’un abruti vienne me demandé ce que je m’étais fait, au risque de l’insulter ou de paraître plus méchant que je ne le suis déjà. Cela devait faire trois jour que je venais d’arrivé, certaines gentilles et jolies filles ont voulu m’adresser la parole. Mon niveau d’agressivité avait un peu augmenté. De ce fait, certain n’ont jamais voulu venir me parler. Paradoxalement, je n’aime pas tant que ça.. La solitude. Qui aime ça ? Personne… à ma connaissance du moins…

Je m’étais levé en avance et mes colocataires semblaient encore dans les bras de Morphée. Comme à chaque fois, je n’appréciais pas qu’on me parle de si bon matin. Et me sentir obliger de répondre. Assis sur mon lit, je regardais longuement par la fenêtre, encore endormit. Il faisait nuit, je sentais cette fraîcheur rien qu’en constatant le givre sur les vitres. Quelle heure était-il ? Mon portable était où ? Je tâta un peu tout autour de mon coussin avant de le trouver et l’allumer : 05 :42 AM plus un nouveau message.. Tiens cela faisait un bon moment que je n’en avais pas reçu. J’avoue que mon répertoire était bien vide au début. Je n’avais que mes parents et Yuki..

[ Ce sms est censé être écrit en abrégé xD ]

    Yo handicapé de mon cœur. Yuyu m’a filé ton num. tu l’avais changé trou du cul sans me prévenir. Bon il est tard je sais que tu ne me répondra pas.. Comme tu ne réponds jamais à ce que je t’écris. Hahaha. Enfoiré. Juste pour te dire que sans toi c’est grave à chier ces cours et qu’il est possible qu’au fond de mon cœur périmé tu me manque. Bisous sale morveux. _ Ko’


Ce type n’étais pas fichu d’écris un mot juste.. D’accord je ne suis pas un exemple dans l’orthographe, mais le sien est aussi choquant que son jargon actuel. Je ne vais pas vous cacher que ce sms m’avais fait plaisir..
Après avoir glandé pendant dix bonnes minutes, je pris les vêtements que j’avais préparés la veille. Une chemise, un pantalon noir, sobre, avant d’avoir mis mes prothèses, la douche attendra… Ce n’est pas comme si j’étais sale et transpirait de sorte à me laver tout les jours. J’approchai ensuite mon fauteuil vers moi et avant de m’installer je le bloquai pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Cela m’arrivait souvent, lorsque je n’avais plus trop besoin d’aide, de partir en avant et me manger le sol. C’est douloureux, mais on y survit. J’ai presque envie de rire face à cette remarque…Une fois dans mon fauteuil, je sortis tranquillement de la chambre numéro trente. Je crois que je n’aime pas ce nombre. Le pensionnat commençait gentiment à s’éveiller et moi je commençais à un peu accélérer la cadence pour ne pas croiser un abruti qui me fera chier dés le matin et entrer dans l’ascenseur.

Je ne savais même pas pour quelle foutue raison je m’étais levé aussi tôt, mon rendez-vous avec l’administration n’était pas encore pour ce jour-ci et je ne commençais les cours que dans une semaine. Je sortis de l’ascenseur, allant directement dehors. Mauvaise idée, on se les caillait sévère. Je ne m’étais pas préparer à ce froid qui vous arrache, voir même la tête, lorsque le vent ce pointait. Je fis alors juste un petit tour, histoire de prendre l’air avant d’aller en ville et me poser dans un café pour lire pendant deux bonnes heures pour revenir, me déchirer à nouveau le visage et finir dans la bibliothèque. J’avais finit mon livre.. Parce que oui, je m’étais mis à la lecture, avec un peu de peine cela.. Donc, j’avais finit mon livre et je devais en commencer un autre. Aux lieux de gaspiller de l’argent dans un bouquin qui ne me plairait certainement pas, pourquoi ne pas en emprunter ? C’est ce que j’avais fait… Pour au final prendre un magasin et me poser à une table..

La journée s’annonçait à ce moment là ironiquement fantastique. Quel ennui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un livre.. un magasine. Peu importe, cette matinée est ennuyeuse. [PV Cas']   Dim 13 Jan - 17:54



Henri & Cassi'
© Never-Utopia

Je m’étirais grandement. Allongée sous mes draps, je peinais à ouvrir les yeux, préférant largement le noir complexe de la nuit aux matinées lumineusement nuageuses. Je soupirais en regardant le paysage à l’extérieur de ma chambre qui s’agitait doucement au rythme du vent. Les branches fléchissaient lentement sous le poids de leurs feuilles absentes en cette saison mais surtout sous la rigueur de cette matinée.
Après m’être fait violence, je me levais, enroulant ma couette autour de moi tandis que je regardais mon armoire avec désespoir. J’avais des tonnes de fringues mais il m’était impossible de choisir ce que j’allais mettre. Comme d’habitude, j’allais encore envoyer un sms à mon père en justifiant que je n’avais plus rien à me mettre et comme d’habitude, il allait me virer de l’argent sur mon compte pour que je puisse faire des emplettes. Soupirant, je pris un débardeur blanc, mon legging gris de la marque Yumi avant de prendre mes bottines Ash marron compensées à franges ainsi qu’un pull épais et long marron et de filer vers la salle de bain. Je pris rapidement ma douche, puis me sécha les cheveux avant d’enfiler mon « indian headband » en cuir. Je mis en suite un peu de mascara et une légère couche de rouge à lèvres rose pâle mat avant de repartir dans ma chambre.
Pour une fois, j’avais décidé de bosser un peu. Je pris donc mes cahiers pour réviser le japonais littéraire. Mais là où je crus prendre 10 minute0s, je passai en fait plus d’une heure à tout réviser, me rendant compte avec effarement que je n’avais encore rien revu depuis le début d’année. Soufflant au bout d’un moment, je décidais de faire une pause après ce travail intensif. Je pris une écharpe en laine grise, ma sacoche en cuir où je mis mon mp3, mes écouteurs ainsi que de quoi écrire et mon paquet de clope. Je sortis de la chambre, bien emmitouflée derrière mon écharpe.
Arrivant dehors, j’ouvris mon paquet où je pris une cigarette que j’allumais. Je tirais une taffe de fumée avant de la recracher lentement quelques secondes. J’avais mis mes écouteurs sur mes oreilles et regardaient la Nature secouée par le vent. Je chantonnais en marchant lentement, mes cheveux s’enroulant autour du vent qui les domptaient avec férocité. Fumant tranquillement, je regardais ma main libre avec désespoir. Mes doigts commençaient à devenir violets à cause du froid et je n’étais guère pressée de finir ma cigarette. Même mes ongles sous ma french manucure commençaient à prendre une teinte légèrement violacée, mais je n’en avais que faire. Une fois que j’eus fini, je rentrais dans le deuxième bâtiment, me dirigeant tranquillement vers la bibliothèque où j’allais désespérément essayer de trouver un livre assez complexe pour pouvoir progresser en guitare. Non pas que j’avais atteint les sommets, loin de là, mais j’avais besoin d’apprendre de nouvelles choses pour pouvoir faire des créations plus riches et plus amples que celles que je fais déjà.
J’enlevais mes écouteurs et éteint mon mp3 avant d’entrer dans ces lieux où le silence régnait toujours religieusement. Mais aujourd’hui je ne risquais pas d’y voir Rin puisqu’il était partit faire un tour avec Maki et Naomi. J’avançais sans faire de bruit malgré mes talons et me mis en chasse de ces livres que je peinais à trouver. Une fois mon but atteint et que je tenais entre les mains trois sésames différents, j’allais m’asseoir à une table où un jeune homme était déjà installé. Je posais mon sac sur la chaise d’à côté et sortis mon livre de notes dédié à la guitare.
Je commençais donc à déchiffrer le premier livre sans trop de peine, notant tout ce qui m’intéressait, et dont j’ignorais l’existence, avec empressement. Je fis la même chose avec le deuxième qui était bien plus conséquent. Après avoir fini celui-là, je regardais le troisième en soupirant car il était bien plus épais que les deux autres. Je m’étirais donc avant de tourner la tête vers le jeune homme brun qui était à la même table que moi. Il lisait un magazine de fille… Intriguant.
Pensant que ça pourrait me détendre un peu de faire connaissance, je me levais pour m’installer près de lui avant de regarder l’article qu’il lisait :

« Tu lis un magazine de filles et en plus un article sur le botox, bin dis donc… T’as l’air drôlement optimiste pour la gente féminine toi ! » dis-je en rigolant légèrement.

Je lui souriais gentiment avant de remarquer que celui-ci était en fauteuil roulant. C’était la première fois que je rencontrais une personne comme lui dans ce bahut. Il devait avoir pas mal de courage et une sacrée répartie pour s’en sortir avec tous les idiots qu’il y avait ici.

« Au fait, je m’appelle Cassiopea et toi ? »
lui demandais-je d’une voix douce.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Un livre.. un magasine. Peu importe, cette matinée est ennuyeuse. [PV Cas']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La cette matinée aux écuries..
» Ennuis avec une chouette bleue...
» Fête du Livre
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ESSENTIEL :: » Archives sacrées :: RPS Archivés-