Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Kamenashi Misato


Féminin
Messages : 20
Age du perso : 16 Chocapics Sir!
♥ Côté coeur : Nothing ! Nichts ! Niet! Rien

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème Année
♣ Colocataires: - Juniel A. Tsukiyama, Kiyoshi Masamune,Asher Arsh ( Seule parmi des hommes *__*)
♣ Relations:

MessageSujet: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   Ven 7 Déc - 12:56

Je marche dans les couloirs de la pension avec une lenteur digne de Franklin la Tortue ou peut-être de Gary l'escargot, je n'ai aucune envie de rendre service à cette grognasse qui vient de me priver de mon samedi où traditionnellement je joue à GAKUEN HEAVEN en mangeant une glace à la vanille. Oh doucement une question à la fois s'il vous plaît. Commençons par le pourquoi tout mes samedis sont dédiés à jouer à un jeu de Love-Date. Comme je le répète sans arrêt les hommes sont des goujats et donc ne mérite aucunement mon intérêt et mon affection si désirée, néanmoins je suis une jeune fille et je pense que je mérite de connaître ne serais-ce que quelques temps l'amour même si celui-ci est purement et totalement virtuel. Donc je suis sujette à ce qu'on appelle des moments de faiblesse et j'insère tout les samedi, dans ma console portable, la disquette me permettant de jouer à GAKUEN HEAVEN et de rêver que je vis comme toutes les filles en fleurs de mon âge un amour entièrement fusionnel avec un des mecs de ce jeu. En plus, si jamais il me largue je peux toujours RESET et recommencer sans réitérer mes erreurs passés. En ce moment je vis une merveilleuse histoire avec le charismatique Hidéaki, un jeune homme aux cheveux mis en arrière, dont la frange uniquement a le droit de toucher à sa peau blanche et douce, son regard neutre cache un être à l'esprit sadique et dominant, il est d'une intelligence à vous en faire trembler et une calculatrice à lui seul. On est vraiment fusionnel lui et moi, pire deux opposés qui ne peuvent se passer l'un de l'autre, il est doux quand il veut quelque chose mais il est d'une violence affectueuse quand il me prend dans une des pièces.

KYAAAH !

Quoi ? Oui je sais que c'est un jeu et alors ? On a bien le droit de rêver et puis je sais que dans mon futur je trouverais une personne comme lui. Enfin bon, aujourd'hui je vais devoir négliger mon Hidéaki pour aller voir une fichue professeur de mathématique étant également la professeur principale de notre classe. Une vraie grognasse ! Ne vous imaginez pas que tout que je suis très fan d'elle, elle a un physique a vous en faire hérisser le poil. Déjà c'est une vieille, une bonne grosse vieille, ridée et avec de la moustache, une vieille de compétition comme on en voit dans les livres ou dans les films. Cette prof' c'est vraiment l'horreur avec son chignon tiré en arrière, aucun cheveux qui dépasse et une tenue avec laquelle elle n'arrive sans nul doute pas à marcher tellement elle est boudinée à l'intérieur, on dirait un saucisson... Misato il faut te calmer et vite, ce n'est pas bon d'être méchante avec ses aînées ! Inspirer, expirer... un deux trois, un deux trois... ça ne passe pas, j'ai les nerfs contre cette grognasse qui pense que parce qu'elle est vieille comme un poux à le droit de me priver de mon Hidéaki chéri ! En plus elle marche comme Quasimodo et je ne vous parle pas de sa manière de parler, on se dirait à la vieille époque, elle nous raconte sa vie de jeune fille alors qu'on est en mathématiques et pense sincèrement que ça nous intéresse. Mais où va le monde ?! Enfin bon, je dois me calmer sinon je risque d'exploser et il ne restera d'elle que de la bouillie de Pacman , moi je vous le dit !

Enfin bref pour le moment je marche d'un pas lourd vers la salle des professeurs en évitant le regard des quelques personnes restées pour le week-end et qui se demandent sûrement pourquoi un si beau visage montre une telle nervosité. Allez vous plaindre à cette connasse de Kaori Sensei >.< si vous n'êtes pas content. J'ébouriffe mes cheveux colorés tout désordonnés en grommelant puis prend mon souffle avant de toquer trois coups secs à la porte de la salle. Kaori Sensei ouvre la porte et me regarde pendant quelques secondes, fixant mon look un peu... décalée en fait. J'avais opté pour un jean noir et un chemisier blanc légèrement moulant et des boots d'une couleur rose. Des breloques à mes poignets. À première vue j'avais un look de petit garçon sortant d'un de ces groupes style VOCALOID ou KAT-TUN. Ça semblait l'agacer tout autant que sa tenue me répugnait. Elle retira ses lunettes et se frotta le nez avant de me dire avec sa voix aiguë :


«Kaori Sensei _ Nous vous attendions Mademoiselle. »

Je reste bloquée sur le «  nous  ».. Qui ça « nous » ?! Elle me laisse entrer et un jeune homme est de dos, il passe une main délicate dans ses cheveux en se tournant lentement vers moi. Mes yeux s'ouvrent de plus en plus, je n'y crois pas

HIDEAKI EXISTE ! KYAAAAAAH !

Je me mordille la lèvre inférieure et avance sans le quittant des yeux, je ressemble au moment où nous parlons à une Chibi qui vient de trouver son maître. Ouaw il est trop cut et il ressemble trait pour trait à mon Hidéaki et surtout il a un de ces charismes. Prions que cette journée soit bénéfique à ma vie, il ressemble atrocement à mon petit Hidéaki : la même façon de basculer ses cheveux en arrière avec uen mèche devant, le même regard indifférent qui ne laisse rien transparaître mais qui ont fond doit exprimer son total désir de moi ..Oh oui Love me! Je suis en train de vivre un rêve, pincez-moi je rêve !

Spoiler:
 

«Kaori Sensei _ Mademoiselle Kamenashi vous êtes avec nous là ?! »

Je sursaute, elle a une dent contre mon culte à Hidéaki, je vais finir par la tuer à force, à coup d'hélicoptère Apache. KSS. Je quitte du regardà contre-coeur le jeune homme près de moi puis pose mon regard sur la prof', croisant les bras pour bien montrer mon agacement. Elle remet ses lunette sur son pif et déclare avec une voix roque :

«Kaori Sensei _ Kaito vous donnera des cours particuliers, au vu de vos notes catastrophiques il le faut...Sinon vous allez être obligé de faire du rattrapage et j'avoue ne pas avoir envie de vous voir pendant les vacances. Ainsi Kaito, vous serez dispensé des cours au vu de votre bonne action envers cette jeune ...Cruche. »

Mon regard se transforme en deux éclairs, elle me traite de cruche là ! Mais s'adoucit en me rappelant les quelques mots qu'elle vient de dire... Hidéaki va me donner des cours particuliers ! Quel bonheur, Dieu existe ! Kaori Sensei nous fout ainsi à la porte et je ne peux m'empêcher de dévisager ce « Kaito » qui est l'homme idéal à mes yeux...Un...Rêve fantasmagorique à lui seul.
Pincez-moi ..Quoi que je n'ai pas forcèment envie de me réveiller.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

I want it all...I want to game and it's all.
Invité, play with me.
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaito Okumura


Masculin
Messages : 14
Age du perso : 16 ans
♥ Côté coeur : Frivole

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème année
♣ Colocataires: n°33 avec Hideo Suwa, Hanyuu Furude & Katsuhiko Yukito
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   Sam 8 Déc - 23:10

Ma journée avait pourtant bien commencé. Comme chaque matin, je me prépare, me coiffe, mange mon petit déjeuner, fait mon lit, prépare mon sac et direction les salles de cours. Mais voilà, moi qui pensais être tranquille, je me fais convoquer par Mme Kaori après son cours.

Notre chère madame Kaori est tout simplement mon professeur de Mathématique. Elle est acariâtre, toujours renfrogné, le visage sévère et surtout elle ne tolère pas les indiscipliné. Elle a tendance à coller aussi vite que son ombre. Toutefois, je dois être une exception. Elle me regarde toujours avec le sourire, effrayant de surcroit, parfois j’ai l’impression qu’elle me relooke de haut en bas. En même temps je peux la comprendre, moi aussi je me regarderais si je me voyais dans la rue.

Après le cours long et surtout aussi simple qu’un cours de primaire à mon sens, je vais devant son bureau. Elle remplit une fiche, je regarde sans intérêt ce qu’elle fait, attendant qu’elle daigne me dire pourquoi je suis là. Elle soupir puis lève les yeux sur moi. Son visage s’embelli d’un grand sourire satisfait. Je dois vraiment être son unique point positif dans cette école.

Kaori : Mr Okumura, j’ai un service à vous demander…

Je la regarde, mon intérêt n’ai toujours pas plus attiré. Toutefois je continue de la fixer sous mes lunette, espérant qu’elle me dise rapidement de quoi il consiste.

Kaori : J’ai dans une de mes autres classes, une jeune fille qui aurait grand besoin d’aide. Elle est si nulle que j’en ai envie de pleurer. Je te demande donc de lui donner un coup de main…Okumura…

Moi: Je ne suis pas intéressé Madame…Je suis vraiment désolé. Ca aurait été avec plaisir si je n’avais pas des choses importante a faire pour mon avenir.

Voilà, encore une fois on demande mon aide et comme à chaque fois on me propose rien d’intéressant. Je réponds de la façon la plus poli qu’il soit, préférant feinter l’envie de m’instruire et de m’occuper de mon cas même si c’est totalement faux. Je dois garder mon style bel intello souriant et courtois. Il vaut mieux avoir les profs à sa botte. Je tourne les talons, planque mes mains dans les poches et marche d’un pas assuré et très hautain vers la sortit de la classe. La porte ce ferme devant mon nez, la main de Mme Kaori la retenant pour éviter que je m’éclipse. Je la regarde en coin sans ciller. Elle abuse la vieille bique… Elle croit peut-être me faire peur ? Faut arrêter le délire.

Kaori : Je te dispense des prochains cours de Mathématique pour un mois…

Je lève un sourcil, je suis surprit, c’est bien la première fois qu’on me propose un tel échange. Un mois sans suivre un cours de Math. C’est plutôt alléchant et puis…je risque pas d’avoir du retard sur les cours, vu mon niveau, ça ne me changera rien du tout.

Moi : Mmmh…d’accord…dans ces conditions, je peux bien envisager d’aider cette pauvre jeune fille qui se noie dans les chiffres.

Elle me sourit avec sa dentition mal rangé puis rejoint son bureau.

Kaori : Elle ne va pas tarder, attendons la ensemble, que je vous la présente.

La vilaine madame a donc déjà calculé son coup ? Elle est plus sournoise que je l’aurais imaginé. Mais je me demande pourquoi elle va aussi loin pour une nana qui doit surement s’en taper comme de sa première dent de ses cours de math. Je me dirige vers la fenêtre et me regarde dans mon reflet. Mes cheveux sont toujours aussi parfaits, je suis remarquable en tout point. La porte est soudainement assaillit de coups violent. Mon dieu, j’espère que cette nana n’est pas du type gros bras et pas du tout sexy. Autant allié l’utile à l’agréable.

La porte s’ouvre et je peux voir dans le reflet de la vitre, l’apparence de la personne dont je vais devoir lui faire imprimer dans son petit cerveau tout mou, des tonnes de fractions, problèmes et calcul en tout genre. A en voir son look, j’ai déjà peur de l’échec. C’est quoi cette tenue ? Sérieux, elle sort de quel manga cette nana. C’est pas du tout sexy….toutefois, elle a un jolie visage et une couleur de cheveux plutôt particulière. Ca la démarque pas mal de ce qu’on peut voir dans les couloirs. Afin de mieux la voir, je me tourne lentement, passant une main dans mes cheveux comme j’aime faire devant la gente féminine. Ca a tendance à les exciter ou créer des rêves ou fantasmes dans leur tête qui serait fortement intéressant de connaitre.

On dirait bien que je lui fais effet. Ses grands yeux qui s’ouvrent tel des billes, c’est un peu flippant mais gratifiant. Elle ne doit pas voir de personne comme moi tous les jours et elle est déjà dans un autre monde la pauvre. Elle s’avance vers moi, me fixant sans ciller. On peut dire qu’elle n’a pas froid aux yeux. Je lui souris de mon air le plus gentil qui soit. Je connais son nom de famille grâce à la prof qui l’interpelle. Elle semble le prendre mal la petite, elle quitte mon regard pour venir fusiller celui de Madame Kaori. Elle explique a la jeune demoiselle ce qui va se passer puis elle nous fou littéralement a la porte. Je suis surprit, fixant la porte en remontant mes lunettes sur mon nez. Au moment où je veux poser ma main sur la poigné, elle s’ouvre pour laisser Kaori sensei nous faire face.

Kaori : Désolé, je me suis emporté, je vous laisse la classe pour étudier. Ramenez-moi la clé après Mr Okumura. Sur ce, bonne révision…et Bonne chance.

Elle me regarde avec un air désolé, je crois qu’elle compatit à mon sort. Moi je me contente de lui sourire et de certifier que je ferais mon possible pour aider. Ah que je suis un bon comédien…paraitre gentil et serviable, c’est tellement facile, les profs n’y voient que du feu. Une fois la vieille partit, je fixe la jeune Kamenashi en souriant. Je fais des plus paisible et sympa avec ce sourire parfait.

Moi : bien, allons donc voir ton niveau, je vais faire ce que je peux pour t’aider.

J’entre dans la salle de cours puis je regarde les tables. J’en attrape une et je la colle a une seconde. Je prends une chaise que je place en face de la seconde. Je peux enfin me détendre. Je me pose comme un sac sur la chaise, jambes écarté et mains dans les poches, fixant la pauvre brebis qui va tomber dans mes filets. Je baille puis je la fixe d’un air désintéressé.

Moi : Bon, parait que t’es une quiche, ouvre tes cahiers que j’vois la cata… C’est moi qui décide si t’en vaut le coup ou pas. Dans la vie rien n’ai gratis, alors si je t’aide, tu m’offre quoi ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kamenashi Misato


Féminin
Messages : 20
Age du perso : 16 Chocapics Sir!
♥ Côté coeur : Nothing ! Nichts ! Niet! Rien

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème Année
♣ Colocataires: - Juniel A. Tsukiyama, Kiyoshi Masamune,Asher Arsh ( Seule parmi des hommes *__*)
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   Sam 22 Déc - 12:52

Kaito Okumura.
Son nom résonne dans ma poitrine au même rythme que les battements de mon cœur qu'ils engendrent, je suis vulnérable face à tant de beauté contenu en un seul homme. Je n'écoute plus, plus rien n'existe à part lui devant moi, rien que lui devant mes yeux chastes et pures, me laissant en proie à nombreuses visions érotiques que seules les femmes peuvent éprouver quand elles désirent à un point incontrôlable un être du sexe opposé.

J'imaginais son corps nu et bien fait, chaque courbe bien dessinée de son torse et ses mains de mâle se poser sur ma joue, caressant du bout des doigts mes lèvres en me susurrant qu'il avait envie terriblement de mon corps encore couvert. J'imaginais son sourire amusé quand avec plein de gêne, je lui dirais que je n'avais jamais encore été touché à la peau d'un homme et que rien que le voir dans un tel apparat, je me sens dans tout mes états. Je le voyais me dévêtir lentement, me sentant frissonner à chaque contact que nous avions. Je me sentais dans un état sans nom, mais qu'était-ce que ce sentiment qui commençait à mes pieds et me hérissait les cheveux tellement c'était bon.
Avant d'en avoir la réponse, tout disparu. . . Kaito revêtit ses vêtements sans que je ne pus le voir faire, les miens également et la grognasse qu'était Kaori Sensei continuait de blablater avant de partir lentement vers la sortie, me laissant avec le fantasmagorique Kaito et cette émotion étrange qui empoigne mon cœur et qui le fait battre encore et encore, rien que par sa présence, rien que par sa voix. Peut importe ce qu'il peut me dire, je suis toute..ouverte et ensorcelée par lui. C'est une vague bien étrange qui envahit mon âme tout entière et l'emmène sur des contrées inconnues.

Nous sommes restés quelques instants à nous regarder, à nous analyser en silence. Je me suis sentie désarmée face à tant de majesté venant de lui. Il était le portrait craché de mon Hidéaki à quelques chose près car Hidéaki lui était virtuel pas Kaito & c'est ça qui était bon ! Je devrais dire quelque chose avant qu'il ne s'en aille ou qu'il ne me trouve trop cruche, je devrais sûrement dire quelque chose d'amusant pour le faire rire un peu, allez Misato, parle.

Une blague... euh il pourrait trouver marrante celle du téléphone mobile qui sait. Je m'apprête à lui parler quand de ses lèvres sort des mots légèrement rabaissant à mon égard. Il m'ordonnait de sortir mes cahiers dans le but de voir à quel point j'étais une quiche , une nuloss quoi, une...Conne -_-'.
Oh Hidéaki que tu es méchant avec moi quand même ! Je suis la femme de ta vie !
Me laissant dans mon délire, il ajoute qu'il ne m'aide pas gratuitement, que je devais lui offrir quelque chose en échange de mon aide... Et puis quoi encore, je suis pas Crésus !

Je toussote en souriant et sors mes cahiers sur la table, le fixant dans les yeux et m'asseyant délicatement, je déclare d'une voix claire :


«Misato_  Premièrement, je ne suis pas une quiche mais une fille ! Deuxièmement, … si tu veux quelque chose e échange de ton aide semblant gratifiante, demande à Kaori Sensei , c'est d'elle que vient cet ordre. Je n'ai en aucun cas demander de l'aide. »

Oh mon dieu, mais tais toi bon sang ! Tu vas le faire fuir ! Je déglutis en baissant les yeux et soupira, j'espère qu'il n'allait pas me haïr suite à ça... Oh pourquoi il n'y a pas de réponse à choix multiples dans la vraie vie !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

I want it all...I want to game and it's all.
Invité, play with me.
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaito Okumura


Masculin
Messages : 14
Age du perso : 16 ans
♥ Côté coeur : Frivole

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème année
♣ Colocataires: n°33 avec Hideo Suwa, Hanyuu Furude & Katsuhiko Yukito
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   Lun 31 Déc - 18:30

Je regarde cette demoiselle face à moi, un sourcil levé, signifiant que j’attends une réponse à ma question. Elle toussote, je me demande si elle avait l’esprit ailleurs tout ce temps. Si c’est le cas, je pense que c’est peine perdu, les rêveur sont les pire. Mais elle pourrait m’amuser un peu. Ce genre d’individu est d’ordinaire assez mauvais quand on les pousse dans leurs retranchements. Mais ai-je envie de me prendre la tête à la fin de cette journée ?


« Misato - Premièrement, je ne suis pas une quiche mais une fille ! Deuxièmement, … si tu veux quelque chose en échange de ton aide semblant gratifiante, demande à Kaori Sensei, c'est d'elle que vient cet ordre. Je n'ai en aucun cas demandé de l'aide. »


Petite futé, dans l’ensemble elle n’a pas tort. Je n’ai pas d’autre choix que de l’aider, sinon adieu ma dispense de cours. Je vais devoir m’y prendre autrement avec elle. Elle ne l’a peut-être pas remarqué mais j’analyse très facilement les situations et les gens. J’ai donc bien remarqué sa façon de me regarder il y a quelques minutes. Un peu plus et je pouvais lui mettre un seau sous la bouche. Elle doit avoir une imagination débordante…


Je me recule dans ma chaise, la regarde d’un air contrarié et agacé. C’est vrai, elle m’agace, je sais pas pourquoi mais cette fille, malgré son air de guillerette ne m’inspire pas confiance. Et puis je déteste les ignorants avec une capacité intellectuelle proche de zéro. Je fais une petite moue d’agacement en la regardant du coin de l’œil puis je souris. D’un coup sec j’attrape les pieds de la chaise de Misato et la tire d’un coup vers moi, la bloquant entre la table et le dossier de sa chaise. Elle n’a aucun moyen de bouger et surtout elle doit avoir le souffle coupé vu ou la table compresse son corps. Je relâche un pied mais je maintiens le deuxième pour l’empêcher de reculer. Je me penche vers elle, les mains sous mon menton, nos visage sont maintenant assez proche pour sentir la respiration de l’autre.


Moi : Tu es maline mais je suis plus dans les cordes de négocier que toi. Mais si tu te sens assez intelligente pour apprendre toute seule, pas de problème, je dirais à Mme Kaori que tu n’as pas envie d’aide et que tu souhaites continuer dans la voix de l’ignorance et l’absurdité totale.

Je relâche la chaise et me recule dans la mienne en la fixant de mon sourire le plus amicale possible.

Moi - Tu sais, ça m’enchante pas plus que toi d’être en ta compagnie, ni d’apprendre à une quiche qui se croit dans les droits de négocier….Bien que…la vue est pas mal selon les angles…

Je me lève et commence à ranger mes affaires dans mon sac. C’est vrai, si elle ne coopère pas dans mon sens, je n’ai plus rien à faire ici et Mme Kaorie me croira forcément. Je suis l’intello et elle la quiche. Il n’y a pas photo sur qui dit la vérité même si ce n’est pas toujours dans la vérité des choses. Etre le petit préféré et meilleure de l’école a ces atouts.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kamenashi Misato


Féminin
Messages : 20
Age du perso : 16 Chocapics Sir!
♥ Côté coeur : Nothing ! Nichts ! Niet! Rien

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème Année
♣ Colocataires: - Juniel A. Tsukiyama, Kiyoshi Masamune,Asher Arsh ( Seule parmi des hommes *__*)
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   Mer 23 Jan - 16:49

Je ne suis qu'une idiote, non mais Misato sincèrement fermer ton clapet de temps à autre ce n'est pas une mauvaise chose crois moi ! Ça fera moins de conneries à entendre ! Il n'a pas l'air du tout content de t'avoir entendu lui tenir tête, tu pense que Hidéaki est fier de toi làà …. Tes convictions fout les toi où je pense ! Si il part alors jamais, j'ai bien dit jamais tu n'auras de seconde chance, tu vas finir seule avec des chats dans un petit appartement de Tokyo où le vent rentre pour te rappeler ta solitude !!

Raaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Pourquoi ! Pourquoi! Pourquoi ! Apprendre à fermer mon clapet, apprendre à ne pas l'ouvrir pour ensuite regretter, tourner sept fois ma langue dans ma bouche et surtout ne sortir que des choses utiles … Respire, Respire, il ne dois pas t'en m'en vouloir que ça après tout. Ou peut-être qu'un tout petit peu.
Sans m'y attendre, je sens ses pieds prendre en otage ma chaise et me bloquer contre la table... Aie, ça fait un mal de chien et je manque considérablement d'air dans mes poumons compressés. Pourquoi T.T !

Tandis que je tente de reprendre une respiration plus ou moins normale après sa violente approche, pendant laquelle son souffle chaud mais tellement désagréable vu ma position chatouillait mon visage . Je le fixais en me mordant la lèvre, je n'ai pas particulièrement l'air futée là maintenant qu'il me lâchait comme une petite merde en me menaçant de dire à Kaori Sensei que je n'avais pas voulu collaborer aux cours et donc qu'il ne voulait pas perdre son temps avec une nullarde comme moi.
Enfin c'est ce que j'ai traduis pendant que j'avais la respiration coupée. Que faire pour que mon petit Hidéaki chéri ne s'en aille pas !?! Sérieux, ça m'a demandé des années d'effrt pour avoir un minimum l'air jolie même quand je ne faisais rien pour ça alors si en plus il me laisse en plan, comment suis-je supposer pouvoir le revoir hein ?!
Alors qu'il se dirige vers la porte d'entrée, je me met devant l'entrée et l'empêche de sortir, le regardant droit dans les yeux je me mordille la lèvre en m'inclinant et en déclarant :


« Moi _Gomen Sensei … ! »

Ouiiiiii je l'ai appelé Sensei. Il doit se dire que je suis une fille dès plus docile et qu'il peut finalement m'accorder un minimum de ...d'attention, voilà c'est ça. D'attention. Je souris avec un air réellement désolée et le regarde toujours droit dans les yeux en continuant de parler :

« Misato_ Je suis impulsive c'est un problème chez moi ...Aussi ...Laisse moi une seconde chance et dis moi ce que je ….dois te donner pour pouvoir me permettre d'assurer tes cours...ton prix sera le mien. »

Je rougis en le fixant droit dans les yeux, me mordillant la lèvre inférieure tant je me sens subjuguée par tant de majesté dans une personne si peu ...Aimable en fait. Je continue de rougir en me disant que c'est surement ce qui me plait au final en lui... Ce manque de respect qu'il a envers les autres et moi ,la petite Geek à laquelle il ne s’intéressera jamais vu son niveau intellectuel supérieur à 200% au mien . Raaaah pourquoi tant de haine !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

I want it all...I want to game and it's all.
Invité, play with me.
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kaito Okumura


Masculin
Messages : 14
Age du perso : 16 ans
♥ Côté coeur : Frivole

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème année
♣ Colocataires: n°33 avec Hideo Suwa, Hanyuu Furude & Katsuhiko Yukito
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   Ven 1 Fév - 19:40

Je marche lentement vers la porte, oui lentement. Je connais bien ce genre de personnage, ça réfléchit puis réagit avec impulsion. Je sais d’avance qu’elle va venir s’excuser et c’est véritablement gratifiant de manipuler les gens de la sorte. Enfin moi j’en prends véritablement plaisir. Je parais peut être cruel ou dégelasse mais c’est la seul chose que je puisse faire pour pimenter ma vie si monotone. Etre intello ‘c’est ce rendre à un examen en étant sûr qu’on ne pourra jamais avoir autre chose que la meilleure note possible. Il n’y a aucune surprise…Alors, je me dis, que peut-être avec ce genre d’énergumène autour de moi de temps en temps, je pourrais trouver une faille dans ma vie.

Comme toujours, mes calculs sont juste parfaits, la voilà devant moi, tenant al porte pour m’empêcher de sortir de la pièce. Elle me fixe sans ciller, ce mordant la lèvre inférieur. Mh…alors voilà l’effet que je te fais juste en restant devant toi, debout ? J’aimerai bien voir ce que tu ferais si je te touchais…Il faut que je trouve une solution qui nous mènerais tous les deux dans une chambre ou un lieu discret ou je pourrais tenter de la faire succomber à mes avances. Elle s’incline maintenant devant moi en m’appelant « sensei ». Alors elle voit enfin la différence entre nous deux. Il y a un canyon, non, un abysse sans fin qu’elle ne pourra jamais combler même en travaillant d’arrache-pied. Voilà toute la différence entre un génie et une abrutie.
Je la laisse ce redresser sans bouger et continuer ses excuses complètement futile puisque depuis la début, je devais de toute façon l’aider. La voilà tomber dans mon piège.

Maintenant elle rougit en me regardant, qu’est ce qu’elle s’imagine encore ? Elle est tellement facile à lire, toutes ses émotions son retranscrit par son corps, ses gestes et ses paroles. Je la laisse quelques seconde dans un silence pesant, je sais à quel point le calme peu mettre de la gêne et de l’anxiété selon les situations. Je fini apr claquer la langue en remontant mes lunette sur le nez.

Moi : Bon, t’es moins bête que prévu…

Je fais demi-tour et m’installe à nouveau à la table. Je fixe l’abrutit et lui somme de s’assoir d’un geste de tête. Je chope ses cahiers que je balance sur la table puis je regarde leurs contenue. Au vu des gribouillages sa capacité de concentration est très minime. Je soupir devant tant de nullité puis pose el cahier de math ouvert en sa direction.

Moi : Tu vas me dire que tu ne comprends pas ça ? Tu viens de quelle planète ? Je faisais ses calculs en primaire…Ce n’est que des révisions en plus pour aboutir à des calculs plus avancé. Si tu ne pige pas ça tu peux tout de suite abandonner.

Je prends un crayon puis marque la procédure à suivre sur son cahier puis lui met sous le nez.

Moi : Suis ça et tu verras, ça sera facile…

Je recule dans ma chaise en la fixant, me mettant à l’aise le temps que al décérébré fasse chauffer sa cervelle de moineau. Ça me permet aussi de réfléchir à la proposition de la demoiselle. Après plusieurs minutes, une idée me viens, et elle me semble plutôt bonne. Elle ne pourra pas refusé, ce genre d’individu adore ce genre d’endroit. Je pose mes bras sur la table pour m’approcher d’elle.

Moi : Je te propose d’aller au parc d’attraction, juste toi et moi…

Je laisse quelque temps de suspens afin qu’elle enregistre correctement ce que je viens de lui dire, et qu’elle puisse se faire les films qu’elle veut dans sa petite tête.

Moi : …le week end complet …sur place

Je la fixe en souriant puis pose mon doigt sur le cahier en montrant els exercices.

Moi : Mais tu dois d’abord réussir à résoudre ses trois problèmes. Mais normalement avec mon schéma, tu devrais t’en sortir. Ho et puis, je paye tout le séjour.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kamenashi Misato


Féminin
Messages : 20
Age du perso : 16 Chocapics Sir!
♥ Côté coeur : Nothing ! Nichts ! Niet! Rien

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème Année
♣ Colocataires: - Juniel A. Tsukiyama, Kiyoshi Masamune,Asher Arsh ( Seule parmi des hommes *__*)
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   Ven 8 Mar - 12:05

Je ne sais pas ce qu'il m'arrive, serais-ce les phéromones de cet être qui me font être toute chose ? Est-ce que ce sont eux qui me font le retenir comme si c'était mon unique objectif, que si je ne le faisais pas et bien, je serais sûrement laissée derrière avec un « GameOver » collé au cul sans aucun moyen de relancer la partie. Mon cœur bat de plus en plus vite, faisant vibrer chaque parcelle de mon corps comme si j'étais une fichue manette P.S.3 et que le joueur venait d'exécuter un putain de combo ! Oui, pour lui j'étais toute chose mais sans en savoir les raisons réelles. Peut-être que sa ressemblance avec Hidéaki m'avait ébranler plus que je ne l'imaginais et ainsi me faisait réagir comme une fille effarouchée éprise de lui... mais c'est quoi être éprise de quelqu'un ?!

Je ne le sais pas, en tout cas je n'en connais pas réellement les symptômes mais ça ne peut pas être ça. Kaito et moi sommes trop différents après tout. Beaucoup trop pour que l'on puisse éprouver l'un pour l'autre une chose qui pourrait être limite une sensation, une émotion anormale. Coucher avec moi serais pour lui l'équivalent d'un acte bestial. Il se sentirait l'égal de nos cousins les singes lorsqu'il me prendrait... Oui coucher avec moi ne serait pas pour lui une chose réellement valorisante mais plutôt quelque chose de totalement écœurante, il n'en parlerait à personne tant s'en vanter serait pathétique. C'est face à des gens comme lui , que je comprends mieux pourquoi les garçons m'appellent «Baka-chan » ou « Fish-chan » ...Une mémoire de poisson et donc inutile. Alors que Kaito possédait en lui , une intelligence impressionnante . Je pense qu'il le sait et il ne cherche pas à le cacher non plus. Rien qu'à sa personnalité vaniteuse et prétentieuse, il ne dote pas de sa supériorité et en joue à mort.

Oui nous sommes différents mais je suis complètement chamboulée par sa présence, son regard qui se pose sur moi et son sourire à la Freedent. Alors que lui semble indifférent, je suis la Fourmi et lui la Semelle qui va m'écraser, je suis la cigarette qui se consume et lui l'homme qui la fume. Je suis la souris et lui le chat … Bref vous avez compris le principe, je suis celle qu'il piétine et lui le dominateur fier de son acte.

Je le regarde toujours lorsqu'il me dit que je ne suis pas si débile que ça, avant d'aller se rasseoir pour me regarder et m'inciter à le rejoindre avant qu'il ne change d'avis. Je me rends compte que en quelques secondes je peux partir en vrille très vite. Je passe une main dans mes boucles avant de m'asseoir devant lui, toujours sur mon petit nuage de pouvoir voir tant de majesté face à moi. Nuage duquel je redescend brusquement lorsqu'il pose violemment mon livre sur la table et me dis que je suis vraiment débile de ne pas comprendre des calculs aussi simple. Je l'emmerde d'abord ! Non mais oh, moi au moins j'arrive à aligner dix combo de suite juste en additionnant les touches. Oui c'est pas des maths mais je suis sure qu'il n'y arrive même pas !
Je soupire et fixe la procédure à suivre avant de l'appliquer lentement, en essayant de comprendre. Chose pas très facile en réalité.

Alors que mon regard est concentré sur la feuille, sa voix de ténor résonne à mon oreille pour me proposer un week-end complet au parc d'attraction, à ses frais et … à l'unique condition que j'arrive à faire les problèmes de mathématiques face à moi.
Mon regard se pose dans le sien, illuminée de tant de gentillesse de sa part. Je rougis en mordillant mon crayon et sourit, heureuse. Replongeant mon nez dans mon cahier, je griffonne à fond sur ma feuille, réfléchir comme je devrais le faire en temps normal.
Me comporter en … bon Hidéaki ! Oui c'est ça !
Je souris et lui tend le cahier en espérant avoir de bons résultats mais avec sa méthode là c'était simple en fait... Aussi facile que de lasser ses chaussures, oui bon je ne les lasse pas vu qu'elles ont des scratchs mais bon ...aussi facile que manger si vous préférez !

MISSION COMPLETED ! Entendis-je dans ma tête en sifflotant.
Je nous imaginais déjà en train de nous comporter comme un couple dans ce parc et le soir, tout les deux, mains dans la main quand nous allions nous embrasser tendrement sous un feu d'artifice magnifique.
KYAAAAAAAAAAH !!!
Je souriais comme une idiote, attendant sa correction.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

I want it all...I want to game and it's all.
Invité, play with me.
[/center]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mon professeur particulier, gardien de mes..Fantasmes [ PV . Kaito ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE PENSIONNAT - PARTIE A :: » Salles de cours-