Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Mes affaires ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Acedia Kuro
The gardening fanatic.

Masculin
Messages : 138
Age du perso : 19 ans.
♥ Côté coeur : Alekseï, vas-t-en de mes plantes chéries ! Elles ne t'on rien fait !

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème.
♣ Colocataires: Alekseï
♣ Relations:

MessageSujet: Mes affaires ?   Sam 8 Déc - 0:14

Six heures trente, comme tous les matins, le réveille qui sonne.
J'ouvre les yeux, sans pour autant me lever, et arrête l'appareil qui me hurle de me lever. Je ne bouge plus.
Plus tard, je tourne la tête.
".. Déjà sept heures. "
Ce coup-ci, j'ai encore réussi a ne pas voir le temps passer ! Et les cours qui commencent à huit heures... C'est bien partit ! Je suis prêt à parier que la cafétéria sera encore pleine, ce matin...
Résolu à devoir se dépêcher, je sors rapidement de mon lit et me dirige vers mon armoire, sans allumer la lumière. Mes colocataires commencent plus tard, quels chanceux ! Je bute contre des affaires ou des objets trainants par terre, sans vraiment réfléchir à ce que cela pourrait être..
J'ouvre grand mon armoire, attrape un tee-shirt, un pantalon et deux pulls. Oui, je suis assez frileux ... Même si j'ai l'habitude de passer du temps dehors. J'enfile tout ça, et sors de la chambre, après avoir mis mes baskets.

Comme je m'y attendais.. La cafeteria est bondée, j'en ai pour un moment ! D'ordinaire, je suis toujours dans les premiers... Cette journée ne commence pas vraiment bien. Beaucoup de gens me bousculent, mais j'arrive tout de même à attraper un plateau et à le remplir, avec tout de même certaines difficultés. Je pars m'installer à une table avec des connaissances, assez sympathiques d'ailleurs. Je vide tranquillement mon plateau avant d'aller débarrasser le tout.

De retour dans la chambre, ce coup-ci, j'allume la lumière. J'en entend grogner... Tant pis pour eux, je suis en retard ! Je me dépêche de faire mon sac, le met sur mon dos, et re-sort de la chambre, en éteignant la lumière au passage. Direction les salles de cours, c'est partit pour quartes heures d'ennui...

Premier cours, informatique. Je n'ai jamais été su-doué avec les machines, mais je m'en sors à peu près, disons... Ce n'est tout de même pas ma matière favorite, en tous cas.
Deuxième cours, pareil que le premier ; l'histoire, matière que je trouve plutôt attrayante.
Troisième heure, mathématiques. Je haïs ça, je n'y comprend rien, et je dors pendant le cours, à ma place, bien au fond, à côté du radiateur...
Et pour finir, art plastiques. Enfin une matière plutôt "cool". J'ai pas vraiment travaillé, mais bon. Quand la sonnerie retentit, je suis plutôt content d'être enfin libre.. Enfin, si on peux dire ça comme ça. J'ai du travail pour cet après-midi ... De toutes façons, quand je n'ai pas cours, je suis aux jardins, donc je suis toujours occupé. Mais ça ne me dérange pas plus que ça.

Allez, direction, encore une fois, la cafétéria. Au menu, des pâtes carbonara. C'est pas mauvais, même délicieux ! Je finis toute mon assiette, et repars, en direction des jardins, ce coup-ci. Je file dans la cabane à outil (que je surnomme caverne d'Ali Baba), et réfléchis quelques secondes avant d'empoigner la bonne vielle cisaille, histoire de tailler un peu les haies, ce que je n'avais pas fait depuis un moment maintenant...

Me voilà à présent dehors, sous la neige qui tombe, et pas qu'un peu. Par terre, tout est blanc, il y a bien une quinzaine de centimètres. j'aperçois à peine la haie, alors qu'elle n'est qu'à vingt mètres de moi.

"Tiens... "

Mais quel crétin !! Du haut niveau ! Tailler des haies quand il neige ? Mais qu'est-ce qui m'est passé par la tête ?! Je soupire un bon coup, m'insultant moi même de mec con au point de zapper qu'il n'y a presque pas de boulot en hiver... Je crois que je suis définitivement fini, ou juste fatigué. Une bonne douche me réveillera peut-être...

Je repars vers le bâtiment A après avoir rangé la cisaille. Je passe dans la chambre, il n'y a personne. Je prend une grande serviette et ma trousse de toilette, avant de partir vers le bâtiment B.

Oh, personne.... Bonheur ! En même temps, à environ treize heures, ce n'est pas -en général- l'heure de la douche. Mais moi, je suis trempé, la neige à fondue. Je pose mes affaires, me déshabille et je me glisse dans l'une des douches. Je laisse couler l'eau, bien chaude, au début, puis froide pour me réveiller un bon coup. Je reste une bonne dizaine de minutes sous l'eau froide, avant de sortir, trempé de haut en bas.
J'attrape ma serviette et l'attache à ma taille, avant de me frotter les cheveux pour tenter -je dis bien tenter- de faire partir un peu d'eau.

"... Tiens ?"

M..Mais ? Mes affaires ? Où sont-elles passées ? Je les avaient posées là ... J'en suis sûr..


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Dernière édition par Acedia Kuro le Mar 15 Jan - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alekseï Ivan Kovalevski
Vivre pour s'amuser!

Masculin
Messages : 135
Age du perso : 19 piercings
♥ Côté coeur : Oh! Ce sont tes fleurs, Acedia d'amour? Désolé, ça ne leur ressemblait pas!

Carte d'identité
♣ Année scolaire: D'euh?? J'ai fini l'école, moi.
♣ Colocataires: ACEDIA!!!!! ♥
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Sam 5 Jan - 19:22

Je me réveillai ce matin aux alentours de onze heures. Avec une gueule de bois. Bon, rien qui ne peut pas passer avec un ou deux cafés. Je me levai péniblement, les yeux encore bouffis de fatigue. Je m’étirai et, puisque j’étais en position verticale et debout, je fus aux prises avec un léger étourdissement où quelques étoiles se faisaient entrevoir. Je me stabilisai le temps que ça passe et me dirigeai vers la cafetière. La cafetière… Ma meilleure amie. Je préparai le tout et attendis patiemment que mon café soit prêt. Pendant ce temps, vêtu seulement de mon boxeur, j’inspectai mon appartement. Personne dans ma chambre ni dans le salon, la cuisine, encore moins. Personne dans la salle de bain, non plus. Conclusion : je suis seul dans mon appartement. Après une soirée de débauche totale. J’étais surpris. D’ordinaire, je ramène toujours quelqu’un chez moi. Mecs ou meufs. Mais pour le moment, je suis plutôt mecs. Enfin, un mec en particulier. Bon, je sais, ce n’est pas bien de tomber dans les filets d’un mec dont je ne connais pas grand-chose. Je sais juste qu’il est jardinier pour le pensionnat du coin. J’en pince littéralement pour ce mec. Le hic, c’est que je ne sais pas ce qu’il peut bien penser de moi et ça me déprime. Mais bon! Il ne faut surtout pas se laisser abattre par une telle chose!

Fredonnant l’air de ma chanson du moment, je retournai dans la cuisine, mais fis demi-tour en constatant que mon café n’était toujours pas prêt. C’est que ça prend une éternité à préparer. Pour mon plus grand déplaisir. J’allai dans ma chambre et ouvrit les portes de mon garde-robe. Un pantalon, un chandail, une veste chaude, ma tuque et tout le tralala. Je mis tout cela sur mon lit et allai vérifier dans la salle de bains. Depuis un petit moment, j’ai de la difficulté avec l’eau chaude. Je n’en ai pas. Moi qui prends mes douches brûlantes. Cela faisait quatre jours que je me frigorifiais à prendre une douche glaciale. J’ouvris l’eau chaude, mais ce ne fus que de l’eau froide qui en sortit. Je soupirai et cherchai une solution à court terme. Je pourrais très bien aller au pensionnat pour prendre ma douche… Mais pourquoi n’y ai-je jamais pensé avant? Je me trouve nul, parfois. Vraiment nul. Je retournai à ma chambre pour m’habiller et préparai toutes mes choses pour pouvoir me doucher au pensionnat. Pendant ce temps, mon café fut enfin prêt et j’en bus une grande tasse bien chaude. Je ne mettais rien dans mon café. Ni crème ni lait ni sucre ou quoi que ce soit d’autre. Je l’aime noir. C’est ce qui me réveille le plus et c’est ce qui est le plus efficace contre les gueules de bois.

Je regardai l’heure sur ma seule horloge. Midi et demi. Le temps de me rendre au pensionnat et je serai sous la douche vers treize heures. Bonheur! Je sortis de mon appartement en n’oubliant pas de verrouiller la porte. Je mis mon sac sur mon épaule et me dirigeai vers la sortie. Dehors, il faisait froid. Mais pas un froid mordant. Juste agréable pour moi. Je souris et marchai pendant une bonne dizaine de minutes avant d’arriver devant les portes du pensionnat Rayen. J’y fis mon entrée et demandai mon chemin vers les douches à tous les élèves – ou presque – que je croisais. Après cinq à dix bonnes minutes, j’étais sous la douche. Une douche brûlante. J’étais à la douche la plus isolée et quand je fermai les robinets, j’entendis la porte s’ouvrir puis se refermer. Tiens… Qui peut bien venir prendre sa douche à cette heure? Je sais, je ne suis pas mieux, mais quand même. Les élèves ont des cours à cette heure, non? Le temps de me sécher partiellement et d’enrouler ma serviette autour de ma taille, le bruit de l’eau sur le carrelage se fit entendre. Je m’approchai discrètement, laissant mes affaires à leur place. D’où j’étais, je pouvais quel mec prenait sa douche sans que lui me voit. Et j’étais figé, mon cœur battant la chamade. J’ignorais ce que cette réaction en voyant Acedia voulait dire, mais je n’y fis pas plus attention que cela. Je m’approchai doucement de ses choses et les pris toutes. Je souris et retournai à ma douche. Je déposai ses choses près des miennes et m’installai à un endroit où il ne pourrait pas me voir et l’observai.

Je n’aurais pas dû, car je m’en mordis les lèvres. Il était encore sous l’eau et je pouvais voir les muscles de son dos saillir tandis qu’il se lavait ou se rinçait. J’étais absorbé dans ma contemplation de ses fesses musclées que je remarquai à peine qu’il avait arrêté l’eau. Ce ne fut que lorsque je faillis voir autre chose que ses fesses que je relevai mes yeux vers son magnifique visage. Ses cheveux gorgés d’eau dégageaient son beau visage. Il enroula la serviette autour de sa taille et essaya tant bien que mal d’enlever le plus d’eau possible dans ses cheveux.

« … Tiens? »

Je souris en l’entendant dire ce seul mot qui signifiais qu’il avait enfin remarqué que ses affaires n’étaient plus où elles étaient. Je le vis chercher et souris encore plus devant sa face ébahie à cette constatation. Je le laissai chercher pendant quelques minutes, puis quand je vis l’impatience et le découragement commencer à s’installer sur son visage, je me dirigeai vers lui. Je ne pris pas ses choses. Bah quoi? J’avais le droit de secrètement vouloir qu’il reste comme ça. Il était dos à moi, alors lorsque j’arrivai à sa hauteur je m’arrêtai et ne fis rien. Je ne sais pas pourquoi il décida de faire ça, mais il recula. À ma plus grande surprise. J’étais trop près de lui pour pouvoir éviter. Alors que je basculais vers l’arrière, je l’empoignai par réflexe et l’entraînai dans ma chute. Mon dos heurta solidement le sol, mais pas ma tête. Au moins, j’avais le brillant réflexe de lever la tête pour éviter à celle-ci des dommages. Je ne sais absolument pas comment nous nous étions retrouvés dans cette position, mais j’étais sur le dos avec Acedia allongé sur moi face à moi. Nos visages étaient respectivement très près l’un de l’autre. Je plongeai mes yeux dans les siens avec une certaine fascination pour leur couleur. Puis après quelques secondes ainsi allongés, je bougeai et il se releva. Je pris exemple sur lui. Une fois debout, je replaçai ma serviette et le regardai en souriant.

« Sorry, darling. Didn’t want to hurt you. »

Encore et toujours anglais. Mais j’avais commencé à apprendre un peu plus le japonais. Certes, je me sentais beaucoup plus confortable avec l’anglais ou le russe, mais je me débrouillais plutôt bien en japonais maintenant. Pour le prouver à je ne sais qui, je continuai le reste en cette langue très difficile à apprendre. Mn accent était terrible par contre.

« Je ne savais pas que tu allais reculer contre moi. Tu avais l’air découragé, alors je m’étais approché. »

Ouais, j’étais même meilleur que ce que je pensais. Ce qui faisait mon bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Acedia Kuro
The gardening fanatic.

Masculin
Messages : 138
Age du perso : 19 ans.
♥ Côté coeur : Alekseï, vas-t-en de mes plantes chéries ! Elles ne t'on rien fait !

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème.
♣ Colocataires: Alekseï
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Mar 15 Jan - 18:11

Je fût figé pendant quelques secondes. Elles ne s'étaient pas envolées... Où pouvaient-elles bien êtres ? J'étais sûr et certain de les avoir mises là.
Je me mit à chercher du regard, mais rien. Je ne les voyait pas. Je me mit à bouger un peu pour voir si quelqu'un s'était amusé à les déplacer, mais rien, toujours rien. J'étais complétement affolé dans ma tête. Mais je pense que mon visage exprimait plutôt un pauvre crétin qui se demandait ce qui se passait actuellement dans les douches de ce pensionnat. Je m'arrêta sur mes pieds, et me mit à réfléchir. Qui pouvait faire des blagues pareilles ? À moins que mes affaires se soient réellement enfuies..

« Crétin... Les affaires n'ont pas de jambes, elles ne peuvent pas s'envoler toutes seules... »

Il fallait que je me dise-ça dans ma tête pour que je le comprenne. Bizard, peut-être, mais sinon j'aurai été capable de croire ça. Bref... Où étaient-elles, maintenant ? C'était ça qui comptait, le reste, maintenant, ce n'était pas vraiment important.. Parce que sortir dehors avec un temps pareil, c'est complètement stupide. C'est même un coup à tomber malade. Et puis même, se balader à poil dans le pensionnat, c'est vraiment une mauvaise idée..
Je me mit à reculer un peu, pour voir la salle d'ensemble, peut-être étaient-elles dans un coin ou sous un banc, ces fichues fringues. Je sentit quelque chose dans mon dos. Non, quelqu'un plutôt. D'un coup, je sentit une main, un bras s'enrouler autour de ma taille et de me tirer vers l'arrière. Je chutais en arrière, tombant sur un inconnu, le dos contre son torse. J'entendis son dos se claquer par terre, mais pas le sourd son qu'aurait dû faire sa tête, étrange.

Mais tout cela alla si vite... Je n'ai pas vraiment compris tout ce qui se passa, étant donné que ça ne se déroula en a peine deux secondes. La suite, en revanche, me parrût bien plus longue que la suite.

Ce visage, je l'avais déjà vu. Mais où ? Pas moyen de me le rappeller... Et j'étais en face de lui, proche, trop proche peut-être... Son regard se fixa, et le miens tomba dans ses yeux. Des yeux d'un jaune foncé qui me fîrent perdre la face pendant quelques secondes ; en effet, je pense que j'ai dû rougir un peu, ne serait-ce qu'à cause du fait que je sois sur lui en serviette... En serviette ?! Et lui aussi en plus !
Ayant réalisé cela, je me relevais, d'autant plus gêné. Il replaça correctement sa serviette, et je fis de même.

« Sorry, darling. Didn’t want to hurt you. »


Un ... Anglais ? Ou un américain ? Je n'étais pas le meilleur qui soit en anglais, mais je compris quand même ce qu'il m'avait dit.. En revanche, je lui répondis en japonais. Je n'étais pas assez bon dans cette langue pour lui répondre. Reste à voir s'il comprendra ou pas...

« Ah, euh... C'est rien.. »

Je fixais son visage, malgré que je soit encore un peu gêné et secoué par la scène qui venait de se dérouler. Mais ce visage.. Il me disait vraiment quelque chose. Ah, ça me revient maintenant ! Dans un bar... Dans une soirée ? Mais maintenant, je me rappelle clairement de lui ... Alekseï, s'appellait-il, il me semble. Oui, ça devait être ça. Mais que faisait-il ici ? Et en prime, il a fallut que ce soit pile poil l'heure où je vienne me doucher ? Une coïncidence, j'imagine... Oui, ça ne peux être que ça de toutes façons.

« Je ne savais pas que tu allais reculer contre moi. Tu avais l’air découragé, alors je m’étais approché. »

Je me doute bien qu'il ne s'y attendais pas... Je ne m'attendais pas, moi non plus, à ce qu'il se trouve ici, et derrière moi en prime ! Mais j'avais l'air découragé ? Oui, possible... En même temps, cette histoire m'embête un peu.

« Euh ... Ouais, je ne retrouve plus mes affaires... »

J'avais dû avoir l'air d'un parfait imbécile en disant ça. À moins que ce soit lui qui me les ai prises ? Peut-être, qui sait... Mais quel intêrét ? Mais actuellement, je me posais deux questions, et je ne savais pas par la quelle commencer ! Soit je lui demandais où étaient mes affaires, où sinon ...

« Mais ... Qu'est ce que tu fais là ? »

Je me demande pourquoi je demande ça parce que... Ca ne me déplaisait pas tant que ça.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alekseï Ivan Kovalevski
Vivre pour s'amuser!

Masculin
Messages : 135
Age du perso : 19 piercings
♥ Côté coeur : Oh! Ce sont tes fleurs, Acedia d'amour? Désolé, ça ne leur ressemblait pas!

Carte d'identité
♣ Année scolaire: D'euh?? J'ai fini l'école, moi.
♣ Colocataires: ACEDIA!!!!! ♥
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Sam 2 Fév - 4:34

« Euh...Ouais, je ne retrouve plus mes affaires... »

C'était ce qu'il venait de me répondre. Une chose était sûre, c'est que je ne me lasserai jamais d'entendre sa voix. Il a une belle voix, ce japonais. Contrairement à moi. Ouais, j'ai une belle voix et un bel accent quand je parle en russe, mais en une autre langue, on oublie ça, hein. En anglais, c'est tout simplement affreux et on oublie le japonais. J'étais même surpris qu'il ait compris ce que j'avais dis. Il est dure d'apprendre les accents d'une autre langue, surtout quand la langue d'origine est le russe. Mais bref, tout ça pour dire que j'aime la voix d'Acedia. Je ne sais même pas s'il se rappelle totalement de moi. Quoique... Je ne suis pas certain. Il me semble avoir vu dans son regard un certain déclic à un moment ou un autre. Disons que je ne suis pas bien difficile à reconnaître avec mes verres de contact qui donnent une couleur jaune à mes yeux et tous mes piercings.

C'était assez évident que j'avais piqué ses affaires, sinon comment auraient-elles pu disparaître? Je le voyais dans ses yeux qu'il voulait me le demander. Il le voulait tellement que son regard reflétait sa pensée. Au lieu de ça, il me posa une autre question qui me prit une peu au dépourvu.

« Mais... Qu'est-ce que tu fais là? »

Ça me semblait évident, non? Je souris à sa question. Nous étions aux douches, une serviette enroulée autour de la taille avec les cheveux mouillés. Habituellement, on va aux douches pour se laver, non? Bon, c'est vrai qu'il y a plusieurs autres choses à faire, mais cela implique généralement deux personnes. Mais bon. Cela doit faire des semaines que je n'ai couché avec personne, j'aurais très bien pu faire autre chose en plus de prendre ma douche pour combler ce manque. Mais ce n'est pas aussi plaisant qu'à deux. C'était comme si plus personne ne m'attirait depuis ma rencontre avec Acedia. Cela ne faisait pas beaucoup de temps que l'on se connaissait, mais peut-être ai-je eu un coup de foudre... Je ne suis pas tombé en amour depuis des années. Si bien, que je ne savais plus ce que ça faisait et que je ne reconnaissais plus les signes. Pour moi, tout n'avait été qu'une question d'attirance physique et de sexe. Pourtant, cette attirance sexuelle, je ne la ressentais plus quand je sortais en boîte ou dans les bars. Certes, je continuais de fêter, seulement, ma vie sexuelle était passée d'extrêmement active à morte en une journée. Ce qui faisait que j'étais en ce moment même en manque de cul. Chose qu'Acedia n'allait pas savoir. Pas pour l'instant.

« Je suis venu prendre ma douche. C'est fait pour ça, cet endroit, non? »

J'avais le sourire aux lèvres. J'aimais le taquiner. Plus qu'aucune autre personne. Il n'y avait que lui qui m'intéressait vraiment en ce moment. En pensant cela, sans faire trop attention, mon regard glissa jusqu'à ses lèvres de façon très peu subtile. J'avais envie de m'approcher et de poser ma bouche contre la sienne en un baiser furtif. Je voulais savoir ce que cela faisait comme sensation d'embrasser ses lèvres plus qu'attirantes. Après un court instant, je relevai les yeux vers les siens et constatai que son visage avait une légère teinte rosée. Je souris de plus belle. Il était tellement mignon. Je passai ma main dans mes cheveux et les ébouriffai un peu.

« Tu sais, pour tes affaires, tu crois vraiment qu'elles auraient pu disparaître seules? Surtout que je suis dans la pièce... Sinon, il n'y pas grand monde qui vient prendre sa douche à une heure pareille. À part les gens qui, comme moi, se lèvent terriblement tard à cause qu'il a trop fêté la veille. J'imagine que tu es allé dehors, beau petit jardinier. J'ai tord? »

Le mode drague était finalement engagé. Cela faisait un moment que je n'avais pas dragué, Acedia occupant la majeure partie de mes pensées. Ce qui faisait que j'étais rouillé. Bon, bon! D'accord! Je n'ai jamais été bon ni subtile dans mes techniques pourries de drague! Ça va! Pas besoin de me rappeler à quel point je suis nul pour plaire! Pourtant, ça fonctionne à tous les coups. Restait à savoir si ça allait être le cas avec l'homme en face de moi. Homme séduisant et en serviette, soit dit en passant. Trop de tentations! C'est trop! Mais j'allais résister à mon envie de lui sauter dessus et de le violer. Bon, peut-être pas, mais bon. Vous voyez le genre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Acedia Kuro
The gardening fanatic.

Masculin
Messages : 138
Age du perso : 19 ans.
♥ Côté coeur : Alekseï, vas-t-en de mes plantes chéries ! Elles ne t'on rien fait !

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème.
♣ Colocataires: Alekseï
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Sam 2 Fév - 22:21



« Je suis venu prendre ma douche. C'est fait pour ça, cet endroit, non? »

Je m'en doutais, de ça ... Des douches, c'est fait pour se laver, c'est à ça que ça sert... Ou ... Non, rien. Il ne serait pas venu juste pour ça .. Mais plutôt, quand je disais "qu'est ce que tu fais là", c'était plutôt la question, "que fais tu ici, dans le pensionnat"... Il n'était pas un pensionnaire, étant donné qu'il avait un appartement pas très loin, si je me souviens bien ce qu'il avait pu me dire la fois où je l'avais rencontré. Et je suis sûr qu'il n'as peut-être même pas pensé à prendre la question dans ce sens.. Enfin bon, au pire, ce n'était pas vraiment le plus important.

« Je m'en doute, de ça ... Je voulais dire, pourquoi tu es ici, dans le pensionnat ? »

Mais pourquoi je continuais à demander ça ? Je m'en fichais, et de toutes façons, ça ne me déplaisait pas tant que ça ! Mais mon cerveau était bien trop curieux, c'était là l'un de mes moindres défauts, comme dirait La Fontaine. J'ai toujours été comme ça, à demander des trucs dont je ne me soucie pas vraiment... Enfin bon, je n'y peux rien, j'imagine.

« Enfin bon, laisse tomber.. »

Poser une question sans même laisser le temps à mon interlocuteur de répondre ? Mais c'était tout moi ça, un imbécile de première. J'essayais de me rattrapper, mais bon, j'imagine que ça devait plus être laborieux qu'autre chose.

« Tu sais, pour tes affaires, tu crois vraiment qu'elles auraient pu disparaître seules? Surtout que je suis dans la pièce... Sinon, il n'y pas grand monde qui vient prendre sa douche à une heure pareille. À part les gens qui, comme moi, se lèvent terriblement tard à cause qu'il a trop fêté la veille. J'imagine que tu es allé dehors, beau petit jardinier. J'ai tord? »

Et je ne réagis que maintenant. Il a fallut qu'il me le dise implicitement - à la limite de l'explicite, à ce stade là - pour que je tilte ... Où est-ce qu'ils les avaient mises ? Avec les siennes, je suppose, mais là, je ne voyais aucun tas de fringues, que ce soit les miennes ou les siennes ...

« Si tu pouvais me les rendres, ça serait sympa de ta part.. ».

Mais la suite me perturba un peu. Certes, il n'y a jamais grand monde à des horraires pareilles, mais ce qui me frappa, c'est le « beau petit jardinier ». Je ne le connaissais pas beaucoup, mais assez pour savoir qu'il embarquait et draguais régulièrement des gens ... Et il essayait avec moi ? Je ne sais pas vraiment comment réagir .. Et quand il disait aller dehors, je me demande s'il pensait à sortir dans des bars comme il le faisait, ou plutôt sortir pour travailler..

« Ouais, je suis allé aux jardins, mais j'ai mis un moment à tilter qu'on était en hiver.. »

Je venais de m'auto-déclarer ouvertement le plus idiot du pensionnat. Quand même, en être au stade de le dire sois-même, ça devenait un poil bizarre. Mais c'était sortit tout seul de ma bouche, et je le regrettais un peu par la suite. Il allait me prendre pour le premier des imbéciles, et à vrai dire, je n'avais pas forcément envie qu'il me prenne pour un idiot.. Bah, oui, je l'aimais bien, quand même. Il était sympathique, et de toutes façons, même en général, je n'aime pas qu'on me prenne pour un crétin.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alekseï Ivan Kovalevski
Vivre pour s'amuser!

Masculin
Messages : 135
Age du perso : 19 piercings
♥ Côté coeur : Oh! Ce sont tes fleurs, Acedia d'amour? Désolé, ça ne leur ressemblait pas!

Carte d'identité
♣ Année scolaire: D'euh?? J'ai fini l'école, moi.
♣ Colocataires: ACEDIA!!!!! ♥
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Sam 16 Fév - 22:53

Même s’il m’avait clarifié sa question à savoir ce que je faisais au pensionnat, je n’y répondis pas. De toute façon, il ne m’en laissa pas le temps. C’est pourquoi j’avais continué sans faire attention à celle-ci. Il n’avait pas besoin de savoir que je n’avais plus d’eau chaude, parce que je l’avais brisé en… En fait, je ne sais plus trop comment ça s’est passé. Je devais certainement être bien saoul. Bah oui, pour réussir à bousiller ton eau chaude. J’avais bien appelé le plombier, mais je n’avais encore vu personne venir chez moi. Mais pour une fois, j’étais bien content de ne pas en avoir. Regardez le beau mec en face de moi. Croyez-moi, ça en vaut laaaaaaargement la peine. Je souris à cette pensée. Je ne pouvais pas affirmer que je ne pensais jamais à lui dans ce sens-là. Vous voyez ce que je veux dire? Enfin, bref!

Dès que je lui ai dit de façon implicite que c’était moi qui avais pris ses fringues, son visage changea. Bien. Il avait compris mon message qui ne se voulait pas tellement subtile. Vous savez, moi, la subtilité… Disons que je ne sais pas très bien ce que c’est. Surtout quand vient le temps de draguer. Pourtant, cette partie-là ne s’appliquait plus vraiment en ce moment, puisque c’était la première fois en… Beaucoup de temps, que je draguais quelqu’un. Maintenant, au bar, c’était moi qui se faisais draguer. Bien que cela soit très étrange, je les envoyais tous et toutes promener. Je ne voulais plus rien savoir des autres. Et je crois bien que je ne m’y habituerais pas bientôt. Je m’efforçai de sortir de mes pensées et de reporter mon attention sur la situation actuelle et sur le beau gars en face de moi. Je le vis regarder autour de nous, mais sa recherche due être infructueuse puisqu’il me répliqua.

« Si tu pouvais me les rendres, ça serait sympa de ta part… »

Ouais, je sais. Mais je trouvais la situation plutôt sympa. Mater le mec le plus séduisant que j’ai vu en simple serviette était la chose la plus agréable de ma journée. Et puis voir la perturbation – très probablement due à son petit surnom en fin de phrase - sur son visage m’amusait. Il était tellement mignon et je ne pouvais pas faire en sorte que cela s’arrête si tôt. Non? Mais je n’attendais plus vraiment sa réponse, car elle était quelque peu évidente. Enfin, à mes yeux, bon! Mais j’eus quand même droit à une confirmation de sa part.

« Ouais, je suis allé aux jardins, mais j'ai mis un moment à tilter qu'on était en hiver… »

Je souris grandement à sa réponse. Il était marrant, en plus. J’aimais bien ça. Je vis sur son visage qu’il pensait qu’il aurait dû se la fermer. Bah ouais, il venait quand même d’affirmer haut et fort qu’il était idiot. Mais ça ne me dérangeait pas vraiment. C’est que, voyez-vous, je suis sûr que je suis pas mal plus idiot que lui. Vous voulez un exemple? Facile. Briser ma pompe à eau chaude. Un autre? Draguer un mec hétéro. Ouais... Je sais ce que vous pensez. Mais je vous l’avais dit que j’étais plus idiot que ce cher monsieur ici présent.

« Tu me fais rire. Mais je suis sûr que je suis plus… euh… stupid? Moi, j’ai brisé ma pompe à eau chaude. And je trouve ça mignon que tu veuilles prendre soin de tes fleurs même en winter. »

Oh là là! J’ai carrément manqué de vocabulaire dans ces phrases! C’est incroyable! Mélanger l’anglais au japonais n’est pas une très bonne idée. Surtout que j’étais maintenant certain qu’Acedia ne comprenait pas très bien l’anglais. Il serait intéressant de savoir s’il est capable de parler une autre langue que le foutu japonais trop compliqué pour rien. Bon, le russe n’est pas tellement mieux, mais bon.

« Parles-tu une autre langue que le japonais, jardinier de mes rêves? »

Je ne doutais pas un instant qu’il allait être tiqué sur le nouveau surnom que je venais de lui donner. Je vous l’ai dit : la subtilité et moi, ça fait deux. Et, ouais, c’était étrange d’en apprendre plus sur quelqu’un dans les douches en serviette, mais bon. Je suis comme ça, que voulez-vous? La vie serait pas mal plus ennuyante si je n’étais pas aussi étrange et stupide. Surtout que je ne connais aucune gêne. De l’embarras, peut-être, mais pas de la gêne à proprement parler. J’aime bien trop déconner pour m’abaisser à ça. Et j’ai bien trop confiance en moi. Ce n’est pas ça qui manque chez moi, vous pouvez me croire sur parole.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Acedia Kuro
The gardening fanatic.

Masculin
Messages : 138
Age du perso : 19 ans.
♥ Côté coeur : Alekseï, vas-t-en de mes plantes chéries ! Elles ne t'on rien fait !

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème.
♣ Colocataires: Alekseï
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Lun 18 Fév - 20:13


« Tu me fais rire. Mais je suis sûr que je suis plus… euh… stupid? Moi, j’ai brisé ma pompe à eau chaude. And je trouve ça mignon que tu veuilles prendre soin de tes fleurs même en winter. »

... Décidément, il n'as pas l'air de bien parler le japonais, ce bonhomme.. Je pense déceler un accent russe, mais il mélange de l'anglais, donc je suppose que je me trompe, enfin bon ... J'ai quand même eût un peu de mal à comprendre sur le coup. Je suis pas vraiment doué en langue, exepté le japonais. C'est vraiment l'une de mes difficultés que j'ai pendant les cours.. ah, il a brisé sa pompe à eau chaude ? Ce qui répond à présent à ma question du pourquoi il était là. Mais ce n'est pas plus stupide que ce que j'avais fait...

« Tu parles.. »

S'occuper de ses fleurs en hiver, parraître mignon ? Je n'était pas convaincu, pas du tout même .. Surement parce que m'occuper de mes fleurs me parraît naturel, à moi. Ca ne l'est pas pour tout le monde, je le sais, mais moi ça ne me semble même plus étrange.

« Parles-tu une autre langue que le japonais, jardinier de mes rêves? »

Encore un de ses surnoms ? Je fût quand même un peu moins surpris que la première fois, là. Même si ça me semblait bizarre, je commençais à comprendre ce qu'il avait derrière la tête. S'il essayait de me draguer, il n'était pas très doué, ça c'était sûr..

« Pas assez bien pour te répondre oui, malheureusement. »

Pas assez bien ? Le pas du tout aurai été bien plus adapté. Je pouvais comprendre quelques mots, mais parler l'anglais ou une autre langue, 'vaut mieux même pas essayer. Ca risquait juste d'être une catastrophe.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alekseï Ivan Kovalevski
Vivre pour s'amuser!

Masculin
Messages : 135
Age du perso : 19 piercings
♥ Côté coeur : Oh! Ce sont tes fleurs, Acedia d'amour? Désolé, ça ne leur ressemblait pas!

Carte d'identité
♣ Année scolaire: D'euh?? J'ai fini l'école, moi.
♣ Colocataires: ACEDIA!!!!! ♥
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Jeu 7 Mar - 17:25

J’étais à peu près sûr et certain qu’il avait déjà deviné que j’étais en train de le draguer. Ce n’était pas si difficile que ça. Sincèrement. Subtilité zéro. Juste avec les petits surnoms que je lui donnais, il était extrêmement facile de le savoir. Enfin, bon. Il y en a qui l’on et d’autre non. Eh bien, moi, je ne l’ai pas du tout. Au moins, je savais qu’il ne parlait pas d’autre langue que le japonais. Il avait dit « pas assez bien », mais j’avais cru déceler un « pas du tout ». C’était peut-être juste moi qui m’imaginais des choses. Ce qui ne ferait pas changement de d’habitude. Il semblait quelque peu… mal à l’aise? Est-ce que le fait de ne pas avoir de vêtements et d’être en serviette devant moi le gênerait? Peut-être bien. Je le regardai dans les yeux et souris. Je me retournai et me dirigeai vers le coin « caché ». Je pris ses vêtements et revint vers lui. Je ne sais pas exactement ce qui se passa sur le chemin du retour, mais tout se passa très vite. Je mis le pied dans une flaque d’eau, glissai et allai heurter le mur. Je m’effondrai ensuite au sol. Hum… Sans serviette. Bah, moi, ça ne me dérangeais pas vraiment, puisque je n’avais pas de pudeur. Mais j’en connaissais un qui allait sûrement être mal à l’aise encore plus. Ensuite, en tombant, je m’étais durement heurté contre le mur, comme dis précédemment. Mais le problème était qu’il y avait un barreau et que je l’avais frappé de plein fouet de mes côtes. Cela ne m’étonnerais pas que j’en aie de cassées ou que j’aie une ecchymose.

Je ne pus m’empêcher de gémir de douleur. Je me recroquevillai sur moi-même, laissant les vêtements où ils étaient. Je me tenais les côtes en serrant les dents de douleur. Ça faisait un mal de chien! Tellement que j’en avais les larmes aux yeux. Mais pas parce que je voulais pleurer, simplement sous l’effet de la douleur. J’eus vaguement conscience de la présence d’Acedia qui s’était rapproché. Je ne savais pas pourquoi, mais sous le choc, je ne comprenais plus le japonais. Ou je ne voulais plus me forcer pour le comprendre. Je me mis à jurer en russe tous les jurons que je connaissais. Seule cette langue importait. Ma langue de naissance. Je laissai tomber le japonais et l’anglais et me mis à parler en russe. En gros, je disais que j’étais un imbécile et que je ne faisais jamais attention à ce que je faisais, mais une chance qu’Acedia était là, au moins, je ne serais pas seul pour me rendre à l’infirmerie.

Je repris mon souffle et grimaçai en m’assoyant. J’enlevai mes mains de mes côtes et baissai la tête pour constater les dégâts. Si on pouvait les voir. C’était affreux. J’étais bleu et rouge. Je devais faire une petite hémorragie interne. Putain! Dire que j’étais tombé assez fort pour me faire tout ce mal! J’effleurai à peine des doigts ma blessure et un éclair de douleur me traversa. Je criai presque de douleur en tombant sur le dos. J’inspirai profondément. Je me mis à parler en russe à mon ami, ici présent. Puis, me rendant compte que je parlais la mauvaise langue, j’essayai de parler japonais.

« Acedia… »

En vain. Hm. Ça ne me surprenait pas vraiment, en fait. Je fermai les yeux et senti de l’eau couler sur mes tempes. Bon, de l’eau salée. Des larmes! Si vous aimez mieux! C’est que ça faisait un mal de chien! Saleté de douches! Maudite flaque d’eau! Je déteste ce pensionnat! Bon, ce que je n’avais pas encore compris, c’est que je disais cela haut et fort en russe. Acedia devait tellement se demander ce que je disais, le pauvre. Je me giflai intérieurement. L’important n’était pas Acedia en ce moment, c’était moi avec ma blessure de la mort qui tue! Je me mis à ricaner. Mais ce ricanement se transforma bien vite en gémissement de douleur. Je regardai Acedia à travers mes larmes. Du moins, j’essayai. Il était plus embrouillé qu’autre chose, mais ce n’était qu’un détail. Il fallait que je me rende à l’infirmerie au plus vite. Sauf que je me demandais sérieusement comment nous ferions pour nous rendre là-bas. Je n’étais certainement pas capable de marcher. Merde! Que faire?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Acedia Kuro
The gardening fanatic.

Masculin
Messages : 138
Age du perso : 19 ans.
♥ Côté coeur : Alekseï, vas-t-en de mes plantes chéries ! Elles ne t'on rien fait !

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème.
♣ Colocataires: Alekseï
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Mar 12 Mar - 18:27

Il me regarde encore. Et il sourit, en plus. Il se moque de moi ? Non, je n'en avais pas l'impression. Alekseï me fixait pendant un petit moment, avant de tourner les talons et de partir vers un autre côté des douches. Moi, je ne bougeais pas, mais le vit partir. Il revint a peine quelques secondes après avec mes affaires.
Un soucis de moins.
Je soupirai légèrement. Je ne savais pas pourquoi, ce n'était pas vraiment important, au final. Ce n'était que des affaires.

Mais la suite était un peu moins sympathique. Je le vis poser son pied dans cette flaque, je le vis tomber et je le vit s'éxploser les côtes contre une barre de métal.
Un frisson me parcourit. Un soucis de moins, mais un en plus. Et celui là était bien plus grave que celui des affaires. Je m'accourus vers lui, qui gémissait de douleur. Ce qui n'était pas vraiment étonnant, vu la vitesse de la chute et de l'impact. Je ne pensais même plus à mes affaires, là, c'était le cadet de mes soucis. Je m'accroupis près de lui et regardait rapidement ses côtes. Bleu, rouge.

« Merde... Merde ! »

Je parlais à voix haute sans m'en rendre compte. Je voulais l'aider. J'aurai voulu faire quoi que ce soit pour qu'il arrête de gémir comme ça, mais je n'y connaissait rien en médecine. Les premiers secours je connaissais, mais ça ne m'était d'absolument aucune utilité dans le cas présent. Je le vis porter sa main à sa blessure, et dès qu'il l'effleura, il se mit à hurler comme un fou ...

« N'y touches pas, imbécile ! »

Il souffrait, ça se voyait. Il ne parlait même plus japonais, il était repartit à une langue que je ne comprenait pas. Du russe, surement.
Mais on s'en fous de la langue qu'il parle ! C'est pas le plus important !
L'infirmerie... Il faut aller à l'in...

« Acedia… »

Je me rendis compte que je perdais tout mes moyens. Je n'avais jamais vraiment vu ce genre de situation de mes propres yeux. Je ne savais pas quoi faire, j'étais totalement incapable.
Un incapable.
Je me sentais mal. Il souffrait le martyr et je ne pouvais strictement rien faire. Rien.

Il se mit à rire. Mais il changea rapidement de ton, et se remit à gémir, tout en laissant ses larmes couler à flots. Je ne savais pas quoi lui dire, ni quoi faire. Je me mettais à trembler. Je ne voulais pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. Pas à lui.

« Alekseï ! Tu m'entends ? Calme toi un peu .. »

Je disais ça, mais j'avais complètement les pétoches. Je ne savais pas ce qu'il fallait faire. J'aurai du appeller quelqu'un, mais je ne pouvais pas le laisser comme ça. Non, je ne voulais pas, plutôt. J'allais l'emener là bas moi même. Mais il n'avait pas l'air d'être en état de marcher.

Je l'aidais à se redresser un peu. J'essayais de me calmer, même s'il ne m'arrivait absolument rien.

« Tu peux te lever ? »

Je me doutais de sa réponse. Son "non" était tellement prévisible ... Mais je lui demandais quand même.

« Si tu y arrives, monte sur mon dos, je vais te porter jusqu'à l'infirmerie. »

Et s'il n'y arrivait pas ? Je suis perdu, perdu ... Et est-ce que j'arriverai à le porter ? Il est quand même plus costaud que moi ... Comment je vais faire...


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alekseï Ivan Kovalevski
Vivre pour s'amuser!

Masculin
Messages : 135
Age du perso : 19 piercings
♥ Côté coeur : Oh! Ce sont tes fleurs, Acedia d'amour? Désolé, ça ne leur ressemblait pas!

Carte d'identité
♣ Année scolaire: D'euh?? J'ai fini l'école, moi.
♣ Colocataires: ACEDIA!!!!! ♥
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Lun 29 Avr - 23:17

Acedia est en train de me parler en japonais, mais je ne capte pas un seul mot de ce qu’il dit. Mon cerveau se concentre trop sur mon intense douleur aux côtes et ne se soucie plus de me traduire les paroles du charmant jeune homme en train de paniquer à côté de moi. C’est moi qui s’éclate les côtes et c’est lui qui panique. Je trouvai la force de sourire. Il est vraiment touchant à s’inquiéter pour moi. Quoique je devrais peut-être suivre son exemple et penser à comment je pourrais bien m’en sortir. Il prononça encore une phrase et je crus comprendre qu’il voulait me porter… Quoi? Me porter? M-mais… Je veux dire, regardez-nous! Je suis beaucoup plus costaud qu’Acedia. Il ne réussira jamais à me porter sur son dos jusqu’à l’infirmerie. Je secouai la tête. J’allais faire mon têtu et mon orgueilleux. Essuyant les larmes qui coulent sur mes joues, j’inspirai profondément et grimaçai, car cela fit mal. J’empoignai le bras d’Acedia et plantai mon regard dans le sien. Je pris un moment pour me concentrer et réussi à dire en japonais :

« Acedia, calme-toi, bordel! Tu ne peux pas me porter. Je vais marcher. Soutiens-moi, c’est tout. »

Pas mal pour un type blessé et nul en japonais. Il faut croire que l’adrénaline fait effet. Avec l’aide du japonais près de moi, je réussis à me mettre à genoux. Ça n’a pas fait tant mal, mais une fois immobile, la douleur me poignarda le ventre. Tout mon air s’échappa de mes poumons. Le souffle coupé, je resserre mon poing sur le bras d’Acedia. J’essaie de respirer de nouveau. Après un moment interminable, l’air se fraie un chemin jusqu’à mes poumons et je prends de grandes goulées d’oxygène. Une fois calmé je tourne la tête vers Ace’ et je constate qu’il me regarde avec les yeux écarquillés. Je le contemple pendant quelques secondes en pensant que je le veux si fort que ça me fait mal. Puis je lui fais mon plus beau sourire pour le rassurer. Et, évidemment, je desserre un peu mon poing. Prochaine étape. Se lever et marcher. Je prends une grande inspiration en ignorant la douleur et je me lève sans pouvoir contenir un gémissement. Je laisse quelques instants pour me stabiliser et je passe lentement mon bras autour du cou d’Acedia. Je prends bien soin que ce soit du côté de mes côtes fracassées, ainsi il pourra passer son bras autour de ma taille et poser sa main sur mes côtes s’il le veut. Je fais un pas en avant et passe près de trébucher sur Acedia. Mais je réussi à ne pas tomber en posant ma main sur son torse et avec son aide. Même si ma situation est grave, je trouve le moyen d’apprécier ce contact et mon pouls s’accélère. Je ne sais pas pourquoi ça me fait cela et ça me frustre. Je n’ai jamais ressenti de désir aussi fort pour qui que ce soit et il faut que ça m’arrive pendant que je suis en mauvais état. Je ne comprends vraiment pas le corps humain. Sauf pour ce qui est du plaisir, mais ça n’a pas vraiment d’intérêts en ce moment.

Avec l’aide du beau japonais tout à fait désirable, je réussi à faire quelques pas. Avec douleur, certes, mais j’avance. Nous sortons de la pièce et nous dirigeons vers l’infirmerie. Je ne sais pas trop dans quel état d’esprit Acedia est en ce moment, mais pour ma part, je suis confus par ce que je ressens en ce moment totalement inopportun.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alekseï Ivan Kovalevski
Vivre pour s'amuser!

Masculin
Messages : 135
Age du perso : 19 piercings
♥ Côté coeur : Oh! Ce sont tes fleurs, Acedia d'amour? Désolé, ça ne leur ressemblait pas!

Carte d'identité
♣ Année scolaire: D'euh?? J'ai fini l'école, moi.
♣ Colocataires: ACEDIA!!!!! ♥
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Mes affaires ?   Jeu 2 Mai - 16:22

Eh bien! Ce bout de Rp est terminé, la suite est ici!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mes affaires ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mes affaires ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Le chargé d’Affaires haïtien à la Jamaïque rappelé pour consultation
» Récupère ses affaires (après la prison) [PV NINON]
» Clôture du 1er Forum d'Affaires Québec-Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE PENSIONNAT - PARTIE B :: » Douches & Toilettes-