Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Baignade nocture. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Yumi Wa


Féminin
Messages : 59
Age du perso : Dix-sept ans.
♥ Côté coeur : À gauche.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: Sakura Ayasaka, Nora Woolf et Sanako Arima
♣ Relations:

MessageSujet: Baignade nocture. [PV]   Lun 31 Déc - 1:33

Trois heures du matin et Yumi était dans la piscine.

Bizarre comme endroit, me direz vous. Surtout qu'en ce moment, c'est l'hiver, il y a de la neige dehors et puis on est la nuit. Oui, effectivement. Mais ce n'est pas si improbable que ça puisque la piscine n'est pas vide et que Yumi se trouve à l'intérieur, même si elle est seule. Ça faisait qu'une heure que Yumi tourne dans son lit, encore et encore. Les yeux grands ouverts. Quelque chose la tenait réveillée. Probablement la peur de se rendormir puis que son cauchemar continue. Ça faisait plusieurs fois que ça se répétait et à chaque fois, c'était la même chose. D'où il venait? Aucune idée. Certaines personnes croient dur comme fer au fait que chaque rêve à une signification. Ils notent leur rêve dans un cahier chaque matin, c'est même la première chose qu'ils font en se réveillant. Mais elle, Yumi, n'était pas dans cette catégorie de personne.

Elle croyait que c'était seulement cerveau qui en faisait à sa tête (Hahaha, le jeu de mot pourri) et qu'un jour, le cauchemar allait disparaître. Mais ça faisait au moins un mois que la japonaise faisait le même cauchemar au minimum une fois par semaine. Ça commençait à lui taper sur les nerfs et limite, elle avait envie d'aller voir un de ses traducteurs de rêve, ou un truc du genre. Elle avait lu des trucs, dans les dictionnaires de rêves, mais elle s'était vite lassée : Que de la merde, du n'importe quoi. Exactement comme les horoscopes! Yumi s'était donc levée, puis avait déambuler dans les couloirs du pensionnat de longue minute avant de tomber, tout à fait par hasard, sur les vestiaires. C'est donc pour cela elle y entra, car étonnement, la porte de la piscine était déverrouillée. Sûrement un surveillant qui avait oublié de la verrouiller car ça arrive, les oublies. Mais cette nuit, elle allait en profiter pour se changer les idées.

Mais, elle n'avait pas apporté son maillot, au départ, elle ne cherchait qu'à se balader dans le pensionnat pour se changer les idées. Entrant dans les vestiaires, elle attrapa une serviette, puis se déshabilla, rangeant ses vêtements dans un casier. Elle était seule, absolument seule, il n'y avait pas de risque. De plus que c'était la nuit - et l'hiver, comme dit plus haut - c'était donc improbable ou presque que quelqu'un d'autre pense à descendre ici en pleine nuit, à la même heure, le même jour. Elle s'entoura de la serviette, juste au cas où, et sorti des vestiaires par la porte qui donnait sur la piscine. Yumi glissa un pied dans la piscine. Étonnement, l'eau était chauffée. Elle s'attendait plutôt à l'eau gelée. Elle glissa son autre pied aussi, s'assied sur le bord, puis enleva la serviette, la déposant derrière elle puis descendit à l'intérieur, se mettant à nager.

Après une vingtaine de minutes, elle entendit la porte s'ouvrir. What, wait, elle n'était plus seule ? Yumi se retourna. C'était un blond, quand même assez grand. Elle devint toute rouge, se souvenant qu'elle était nue, se figeant quelques instants.

- Hem...

Elle nagea vers le bord de la piscine, et donc vers lui, dans le but de récupérer la serviette et se cacher. Yumi voulait se cacher six pieds sous terre, mais il n’y avait aucune cachette ici, au milieu d’une eau transparente.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Dernière édition par Yumi Wa le Sam 12 Jan - 8:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jin Takayatsu


Masculin
Messages : 54
Age du perso : 17ans
♥ Côté coeur : Heu... Vous pouvez répeter la question ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2eme année
♣ Colocataires: Shimeku Nagashi /
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Mar 1 Jan - 18:11

C’était une soirée banale d’hiver. Malgré la température, j’avais décidé de sortir, histoire de fumer une ou deux clopes et boire un ou deux verres, gagner un peu d’argent au poker,… la routine quoi. Une belle soirée en perspective. J’avais hâte de retourner boire un ou deux verres dehors, l’air frais m’avait manqué. Je n’étais pas sorti le soir depuis… je ne sais plus. Un bon moment. A force, j’avais fini par prendre des horaires normaux, les journées se ressemblant… j’avais passé quelques jours en compagnie d’une élève qui maintenant était partie, malheureusement. « Bah, de toute façon, elle était bizarre. Et puis j’ai pensé à récupérer ma veste avant qu’elle parte. »

Une petite heure dehors, deux ou trois verres, deux ou trois milles yens de gagnées, aussitôt dépensée dans d’autre verres une fois la table de jeu quittée. Une bonne soirée, une ambiance sympa, puis l’heure de la fermeture approchait dangereusement. Il était donc temps de s’en aller. Malheureusement.

Depuis quelque temps, j’avais perdu l’habitude de boire en aussi grande quantité, j’avais donc la tête légèrement en vrac. Mais j’avais encore conscience de ce que je faisais. Heureusement, sinon pour rentrer au pensionnat, j’aurai eu du mal. Vu l’heure, le portail devait être fermé, malheureusement. Et puis, avant de rentrer… on va aller acheter une bouteille ! Pour les fêtes, un peu de vodka ? Ou du gin ? Va pour du Gin, ça fait un moment que j’en ai pas bu. Va pour du Gin. J’allais donc faire un tour dans une petite superette ouverte la nuit, prenait une bouteille et partait avec. Oui je sais que j’ai pas l’âge, mais bon… connaitre le vendeur, ça aide. Enfin bref.

Je sortais du magasin, puis rentrait au pensionnat cette fois, ma bouteille à la main. Je la passais entre les barreaux et commençait à passer par-dessus les grilles pour re rentrer, récupérais ma bouteille, puis me dirigeait en direction… de la piscine. Si je rentrais dans le pensionnat avec ma bouteille, ça craignait un peu. Suffit que je me fasse chopper pour bouffer encore une retenue. Et j’en ai marre de passer mes journées en retenue. Remarque, c’est les vacances, ils sont plutôt calme avec ça en ce moment. Mais même, je ne veux pas qu’on me confisque ma bouteille moi ! Je veux la boire !

D’après la pendule fixée dans les vestiaires, il devait être aux alentours de trois heures. J’étais rentré facilement, la porte était ouverte. C’est bête, moi qui pensais que ce serait plus compliqué, on me laisse le champ libre pour me cacher. J’entendais le bruit de l’eau, quelqu’un nageait ? Bon… bah on va aller voir, tant pis. Je poussais la porte, faisant un léger bruit, afin de faire remarquer ma présence. Je tanguais un peu, mais bon… rien de grave. Ma bouteille à la main, toujours fermée, je regardais en direction de l’eau. Il y avait… une fille nue ? Euh… ok d’accord. J’ai trop bu. Pourtant, au fur et à mesure qu’elle approchait, aucun doute, on voyait bien qu’elle n’avait pas pris de maillot. « Super, j’en profiterai pour mater un peu ! »

Je restai devant la porte à la fixer. Elle avait l’air très gênée. Bon, en même temps, elle ne devait pas s’attendre à ce que quelqu’un la surprenne dans cet endroit, ni dans cette tenue. Ce qui, en temps normal, aurai été le cas. Dommage pour elle que je cherchais un coin ou boire tranquille.

Sans la quitter des yeux, histoire de continuer à la gêner, je sortais mon paquet de clope, et en allumait une. Niveau fumée aucun soucis à avoir, j’ai l’habitude de venir dans le coin j’ai jamais vu de détecteur de fumée. Puis dans une piscine… a la limite dans les vestiaires ok, mais dans une piscine je ne voyais pas la logique d’en placer un. Sans lâcher mon regard d’elle, j’avançais vers le bord et m’asseyait juste en face de cette demoiselle, avant de lâcher un :

- Salut. Sympa le maillot, j’aime beaucoup.


Le tout avec un petit sourire en coin. Je m’étais assis en plein sur la serviette, afin qu’elle n’ait aucun moyen de se cacher et la gêner encore plus. Puis j’ouvrais la bouteille et en buvais une gorgée, avant de sortir une autre petite phrase :

- Moi qui m’attendais à être seul… j’aurai enfin un peu de compagnie, ça changera de d’habitude. Une gorgée afin de te détendre ? T’es toute rouge
. Dis-je en riant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yumi Wa


Féminin
Messages : 59
Age du perso : Dix-sept ans.
♥ Côté coeur : À gauche.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: Sakura Ayasaka, Nora Woolf et Sanako Arima
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Lun 7 Jan - 7:42


L’eau était claire et transparente. Si elle pouvait être opaque, Yumi serait beaucoup moins gênée en ce moment. Il verrait pas, ou sinon moins de trucs. En ce moment, elle devait se trouver à un ou deux mètres du bord de la piscine. Elle le fixait, figée. Il la fixait aussi, avec un air curieux sur le visage. Il avait l’air de se demander ce qu’une fille nue faisait dans une piscine à environ trois heures du matin, en hiver. Ce n’était, une fois de plus, pas si improbable que ça. Il était là, une bouteille de Gin à la main, dans la piscine, à trois heures du matin. Il tanguait légèrement, donc Yumi se dit qu’il devait forcément avoir bu... Les joues rouges, elle le regarda s’approcher d’elle, jusqu’à s’asseoir au bord de la piscine. Brusquement, Yumi voulu s’approcher avant qu’il s’asseoit dessus. Mais trop tard, il était déjà assis.

- Salut. Sympa le maillot, j’aime beaucoup. [...] Moi qui m’attendais à être seul... J’aurais enfin un peu compagnie, ça changera de d’habitude. Une gorgée enfin de te détendre? T’es toute rouge.

Il sourit en coin avant de se mettre à rire, suite à sa deuxième réplique. C’était à croire qu’il faisait exprès afin de la rendre encore plus mal à l’aise qu’elle l’était déjà et franchement en ce moment, Yumi n’avait pas du tout besoin de ça, elle pouvait le faire toute seule! Son regard descendit sur la serviette qui était sous les fesses de l’inconnu. Deux possibilités : soit il n’avait pas vu la serviette, soit il faisait exprès. Elle penchait pour sa deuxième hypothèse, la plus possible des deux vu la situation. C’était également aussi à cause de son sourire en coin qui était.. légèrement moqueur. Yumi s’approcha un peu plus du bord, se collant contre le mur pour cacher quelques... parties de son corps. Elle ne voulait pas du tout que le garçon voit ce genre de truc, et c’était quand même normal... Non ? Mais maintenant, elle était juste devant elle. Elle regardait le garçon, puis la serviette. La serviette, puis le garçon. Elle fit ça pendant quelques secondes sans trop savoir quoi lui dire pour qu’il se lève et lui donne la serviette. La japonaise leva lentement le bras, agrippant un petit bout de la serviette qui dépassait.

- Euh... Oui, d’accord.

Oui, Yumi avait répondu oui. À voix basse et d’une voix gênée, mais elle avait répondu positif. Étonnant de sa part, mais si elle était ici, à Rayen, ce n’était pas pour rien. Elle voulait changer et vaincre sa timidité, mais pour le moment ce n’était pas gagné! Il avait ouvert la bouteille et bu une gorgée. Elle, elle prendrait une toute petite gorgée. Elle n’avait jamais goûté à ça, détesterait probablement, mais ne voulait quand même pas le lui recracher en pleine face... L’étudiante leva les yeux vers les siens. Les siens étaient bleus, et il était blond. Le cliché typique de plusieurs filles de son âge. Enfin, sûrement avec la bouteille en moins et elle pas dans les parages, et ça devait l’être. Yumi se mordit la lèvre, bougeant légèrement la tête pour envoyer ses cheveux en arrière. Si elle avait de la chance, ils allongeraient soudainement et cacheraient ses fesses, mais non, ceux-si s’arrêtait juste avant ses fesses : comme pour faire chier.

- Hem... Tu peux... me rendre ma serviette?

Yumi avait prit son courage à deux mains, d'un ton timide, comme toujours, mais un peu plus fort que quelques secondes auparavant. mais elle doutait de la réponse. Ça pouvait être aussi bien non que oui. La Japonaise le regardait, attendant une réponse, toujours rouge, avant de détourner son regard.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Dernière édition par Yumi Wa le Sam 12 Jan - 8:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jin Takayatsu


Masculin
Messages : 54
Age du perso : 17ans
♥ Côté coeur : Heu... Vous pouvez répeter la question ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2eme année
♣ Colocataires: Shimeku Nagashi /
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Mar 8 Jan - 5:49

L’eau était claire et belle ce soir… enfin qu’est-ce que je raconte ? C’est une piscine, c’est normal. Mais ce soir, le hasard avait fait que je n’étais pas seul. Et, que cette personne avait laissé tomber l’idée de mettre un maillot de bain. C’est bête, me connaissant, si je n’avais pas trop bu, je l’aurai bien rejoint dans l’eau. Mais bon. Ce n’est pas la soirée pour, et j’ai pas envie de me mouiller. Surtout pas. Je ne croisais pas son regard, fixant un point dans le vide au centre du bassin, puis détournant le regard, levant la tête au plafond, les yeux fermés, en tirant une bouffée sur ma cigarette fraichement allumée. Elle était gênée, et cette situation m’amusait énormément. Il y a bien longtemps que j’espérais croiser quelqu’un au cour d’une soirée en solitaire.

Mais pas dans ces conditions, c’est trop beau pour être vrai ! La personne est une fille, nue, en train de se baigner. Et la seule chose pouvant la couvrir se trouve sous moi ou dans les vestiaires. D’une toute petite voix, elle avait accepté ma proposition.

- Euh... Oui, d’accord.

Aaaah… elle est très gênée, effectivement. Enfin, je dois avouer que dans cette situation, je serai sûrement dans le même cas. Je reportais mon regard à nouveau sur elle, et la détaillait hâtivement : des cheveux longs et roses, la plupart flottant à la surface même si elle espérait cacher ses courbes généreuses avec ces derniers, et des yeux bleus… ce ne sont pas des lentilles, elle aurait dû les enlever sous l’eau, non ? Donc elle ne vient pas d’ici… du moins un de ses parents n’est pas japonais, d’après moi. Comme pour mon père. Elle venait d’agripper un bout de la serviette, elle voulait donc se cacher ? Si tôt ? Allons… j’ai à peine pu observer quelques minutes, ce n’est pas juste, non ?

- Hem... Tu peux... me rendre ma serviette?


Elle était déjà un peu plus convaincante dans sa voix. Ce qui eut pour effet de me faire rire. Je regardais sous moi, feint la surprise, puis éclatais d’un rire franc, avant de répondre :

-Ah, c’était ta serviette ? Pardon, je ne l’avais pas vue dans cette obscurité… attend, je me lève…. WAAAAH ! *PLOUUUF !*

Je m’étais levé, et, dans un élan de maladresse, je venais de glisser du bord de la piscine. Un petit tour sur moi-même, un plat, et me voilà dans l’eau. Une sensation bien étrange, sous l’eau… je remontais à la surface, secouait la tête, essayant tant bien que mal de retirer les quelques mèches de cheveux mouillés s’étant placée devant mes yeux, puis lâchait quelques injures. Je fouillais mes poches, mais quelque chose me dit que je n’avais pas besoin de le faire… je regardais devant moi, et voyait un as de pique remonter à la surface. Suivi de ses compères le roi, le carreau, et le trèfle. Mes cartes venait de finir à l’eau… cependant, par chance, mon briquet et mes cigarettes, eux, avaient glissé de ma poche et était allé se poser docilement sur le rebord de la piscine.

-Bon, et bien… on pourra dire que j’ai pris mon deuxième bain de la soirée, dans un sens ce n’est pas trop grave. Et puis, vu que je suis trempé, autant faire preuve de clémence envers toi.

Je m’approchais d’elle au bord, retirai ma veste, et la posait sur ses épaules avant de remonter sur le bord, bouillant de rage intérieurement pour mes cartes. La seule ayant survécu était le joker, ayant l’apparence d’une faucheuse, et calée à l’intérieur de mon étui à cigarette. « Bah, au moins, il me reste la carte la plus utile, pensais-je. » J’avais fini trempé, en tee-shirt, et j’avais perdu un paquet de carte. Ma maigre consolation était cette bouteille de Gin, posée près de ma main gauche. Je la saisis et but une autre gorgée de son contenu, regardant mes cartes flotter à la surface de l’eau claire, cette eau claire et belle… dans laquelle j’avais fini par inadvertance. J’irai me chercher une serviette plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yumi Wa


Féminin
Messages : 59
Age du perso : Dix-sept ans.
♥ Côté coeur : À gauche.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: Sakura Ayasaka, Nora Woolf et Sanako Arima
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Mar 8 Jan - 8:30

Yumi sentit le regard du garçon descendre, la détailler. Elle soupira, se détournant un peu. Ce n’était pas la première fois et elle détestait quand les gens faisaient ça. Ce n’était ni la deuxième fois. En fait vous savez, dès qu’il y a des poitrines bien fournies, les yeux des mecs y sont malheureusement – ou heureusement, mais pas pour elle – attirés. Lorsqu’elle agrippa la serviette, il fit semblant d’être étonné, surpris, puis il éclata de rire. Un rire franc.

- Ah, c’était ta serviette? Pardon, je ne l’avais pas vu dans cette obscurité... Attend, je me lève...
- WAAAAH!

Et... PLOUF!

Lorsqu’il se leva, ou du moins tenta de se lever, c’est la tête en première dans l’eau qu’il se retrouva, le reste du corps et les pieds suivant naturellement. Voilà, il était tout mouillé. Et elle, elle se fit éclabousser par la chute du garçon dans l’eau. Yumi sursauta par le bruit, ne s’y attendant pas, puis se retourna brusquement dans sa direction sans faire attention à son propre euhm... état, disons. Un petit sourire apparu sur son visage. Ce même sourire s’agrandit lentement, se transformant finalement en éclats de rire. Un vrai rire, un rire sincère. Après tout, voir quelqu’un se péter la gueule était presque tout le temps drôle. En fin, quand il n’avait rien, et c’était son cas, heureusement, il aurait bien pu se péter la gueule sur le bord de la piscine en tombant et là ça aurait été nettement moins drôle... Du genre, elle aurait arrêté de rire d’un coup et aurait probablement dû jouer à Super Woman et le sauver.

Apparemment lui, ne trouvait pas ça drôle en entendant les mauvais mots. Il avait les cheveux mouillés, des mèches plaqués dans son visage. Ses yeux bleus étaient presque de la même couleur de l’eau. C’était... magique ? Bon, le mot est légèrement (notez le sarcasme) exagéré, mais elle ne trouvait pas d’autres mots qui convenait, ça devait peut-être être une panne de cerveau. Il commençait sûrement à se fatiguer mais se lever et le laisser en plan là ne ferait pas bonne impression. D’un côté il se fâcherait peut-être, il avait bu après tout et ne savait pas comment, ou bien ne remarquerait même pas son absence. Elle était peut-être timide, mais Yumi n’aimait quand même pas, comme sûrement tout le monde, passer comme totalement inaperçue : ne pas se rendre compte qu’elle est partie, alors qu’ils n’étaient que deux dans la pièce et non une vingtaine. Elle souriait, jusqu’à voir les cartes, qui avaient tous ou presque coulées au fond de l’eau, lentement remonter à la surface comme un poisson qui était mort... D’autres choses se trouvant dans sa poches étaient gentiment retournés au bord comme s’ils avaient entendus sa colère. C’était un briquet et quelques cigarettes. Pour les cartes, c’était fichu. Pour le briquet et les cigarettes, ça l’était probablement aussi.

- Bon, et bien.. On pourra dire que j’ai pris mon deuxième bain de la soirée, dans un sens ce n’est pas trop grave. Et puis, vu que je suis trempé, autant faire preuve de clémence envers toi.

De clémence ? Que voulait-il dire par là? En tout cas il s’approcha d’elle, retira sa veste et lui la mit sur le dos. Celle-ci était entièrement trempe, donc ce n’était certainement pas pour la réchauffer. C’était alors peut-être simplement pour la cacher, le garçon avait du remarqué sa gêne et sa timidité. Sur le coup, Yumi pensa qu’il ne devait pas être méchant. Mais elle se faisait facilement des impressions des gens qui se basaient sur leur première rencontre et parfois, ça pouvait se révéler faux. La veste était un peu grande, mais au moins ça cachait mieux que ses cheveux. Le haut en tout cas, et pour le bas du corps... Ça reste à revoir, mais il était quand même plus quand qu’elle. Il avait au moins une dizaine de centimètre de plus qu’elle..

- Merci.

C’est ce qu’elle avait répondu Yumi en se redressant, sortant de la piscine pour s’asseoir sur le bord. Ses jambes bougeaient dans l'eau, d'en avant en arrière, faisant parfois des ronds avec ses pieds. Elle ne savait pas trop quoi répondre, en même temps.. Elle serra les jambes, histoire de cacher ce qui devait être caché, avant de zipper la veste, cachant le reste. C’était un peu tard pour la zipper, il avait déjà presque tout vu. Problème presque résolu. Yumi le suivit du regard lorsqu’il prit la bouteille et la porta à ses lèvres pour en boire une gorgée, comme pour se consoler. Lorsqu’il la déposa, ce fut au tour de la jeune fille de l’attraper et en boire une petite gorgée qu’elle avala... normalement. En fin de compte ce n’était pas mauvais, mais le goût était étrange mais bon, ça devait peut-être être du au fait qu’elle n’était pas du tout habituée à boire de l’alcool : chez elle, c’était rare. Elle baissa le regard sur le garçon qui était encore dans la piscine, en face d’elle.

- Yumi.

Se présenter était la moindre des choses, même si elle son ton était toujours timide et ses joues rouges. De plus, elle ne pouvait pas fuir, car changer était la promesse qu'elle s'était faite en arrivant à Rayen.

PS - Je ne me suis pas encore relue, je vais le faire demain, donc il y a sûrement des erreurs.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Dernière édition par Yumi Wa le Sam 12 Jan - 8:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jin Takayatsu


Masculin
Messages : 54
Age du perso : 17ans
♥ Côté coeur : Heu... Vous pouvez répeter la question ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2eme année
♣ Colocataires: Shimeku Nagashi /
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Mer 9 Jan - 3:36

J’étais sur le rebord de la piscine, regardant sans la regarder l’étendue d’eau dans laquelle je venais de finir. J’étais déjà trempé après tout… elle venait de sortir de l’eau pour me rejoindre sur le bord, fermant la veste précédemment passée, me remerciant au passage, et serrant les jambes afin de camoufler son corps que j’avais déjà pu admirer, malheureusement pour elle. Enfin… bref. J’attrapais mon briquet et essayait de voir s’il marchait toujours. Après tout, il n’a pas fini à l’eau, e vois pas pourquoi il ne s’allumerait plus. Deux ou trois essais, et ce dernier se ralluma, laissant place à une flamme vacillante. Les clopes, par contre… même si elles n’ont pas fini à l’eau, le paquet a été éclaboussé. Elles n’ont pas du survivre… une idée me vint à l’esprit soudain. Je pourrais peut-être sauver mes cartes.

- Yumi.

-Hein ? Ah heuuu… moi c’est Jin, enchanté. Par contre… je reviens.


Je me relevais, titubant légèrement, puis retirai mon tee-shirt avant de le balancer sur le côté de la piscine. Ce serait la première à voir mon tatouage, tiens. Un aigle, entre les omoplates. Bah, au moins chacun aura vu quelque chose de l’autre, non ? et puis bon… on s’en fous. J’inspirais, puis plongeai tête la première dans le bassin, cette fois-ci volontairement, et donc je n’avais pas fait un plat. Je restai sous l’eau quelques secondes, observant la surface pour repérer les cartes. Puis, je remontais et en attrapait quelques-unes, délicatement, afin de ne pas les abimer. Je nageai tranquillement, attrapant toute les cartes à mon passage. Puis je retournais vers le bord, et remontait par le bord, la flemme d’aller trouver l’échelle. Je me réinstallais aux côtés de la demoiselle, puis attrapait la bouteille une nouvelle fois, descendant une ou deux gorgées avant de verser un peu de gin dans le bouchon de cette dernière. Je posais le bouchon à côté de moi, pris mon briquet, et allumait le fond d’alcool dans le bouchon, afin d ‘avoir une source de chaleur près des cartes, afin d’essayer de les sauver dans une tentative désespérée.

Je reportais ensuite mon attention sur la jeune fille assise à côté de moi, toujours emmitouflée dans ma veste. Je regardais ensuite ses jambes, toujours nues, puis regardait à côté, voyant la serviette. Dans un geste presque machinal, je l’attrapais et la posait sur ses jambes, la couvrant du mieux que possible. Puis, je posais ma main sur la serviette, enfin… techniquement, c’est plus sur sa jambe droite que ma main était située. Je restais comme cela quelques secondes avant de me rendre compte de ce qui se trouvait sous ma main, puis la retirai vivement, ouvrant la bouche pour dire simplement :

-Heuuu… pardon. Ce n’était pas voulu, j’ai un peu trop bu ce soir je crois… c’est gênant pour toi, j’imagine, tu t’attendais à être seule, et je suis arrivé. C’est gênant aussi pour moi, je n’aime pas qu’on me voie dans cet état. A la base je pensais être seul ce soir ici, c’est ma première sortie depuis quelques mois, alors j’en profite. Yumi, joli prénom,… et tu viens d’où, si ce n’est pas indiscret ?


Après avoir posé cette question, je me laissais glisser en arrière, me retrouvant allongé sur le rebord de la piscine, les pieds dans l’eau. Les yeux fixant le plafond, j’essayais de me souvenir de ma dernière petite promenade nocturne… sans succès. Ça remonte à loin. Je m’étais fait surprendre hors du pensionnat, ça m’avait valu un joli mois de retenue. Et sans sortie possible. A dire vrai, ça devait faire environs deux mois que je n’avais plus tenté d’escapade nocturne comme celle-ci. Mais ce soir, c’était différent. Après tout, je n’avais encore croisé aucun surveillant, alors ils devaient être occupés ailleurs. Un élève a tenté de sauter du toit ? A explosé des trucs dans une salle de chimie ? Non,… ils doivent juste dormir. Après tout, personne de censé ne sortirai en Hiver, ni n’irait à la piscine, bien qu’elle soit chauffée. Ça ne craignait rien. Et puis, je n’ai pas vraiment envie que la soirée soit interrompue pour le moment. Parler à quelqu’un que je ne connais pas encore, ça fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yumi Wa


Féminin
Messages : 59
Age du perso : Dix-sept ans.
♥ Côté coeur : À gauche.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: Sakura Ayasaka, Nora Woolf et Sanako Arima
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Sam 12 Jan - 8:18

Yumi était assise sur le rebord de la piscine, presque immobile si on oublie ses pieds. Elle les bougeait afin de réussir, en vain, de faire des mini-vagues dans l'eau. Ce n'était pas gagné, car la piscine était d'un calme... effrayant. Les seuls fois où il pourrait y avoir un semblant de vagues, c'était quand elle était bondée, et que tout le monde bougeait dans tout les sens en même temps. Là, il y avait de l'action. Sauf que Yumi détestait venir quand c'était envahi, préférant de loin le calme. De toute façon, elle n'avait presque personne ici avec qui s'amuser dans une piscine. Fallait pas oublier le garçon devant elle, mais... Ils ne se connaissaient pas, et Yumi était assez mal à l'aise en ce moment. Ses mains étaient posés sur le bord de la piscine et son regard était rivé sur ses pieds, soudainement si intéressant qu'elle osait à peine regarder ailleurs! Quelques mèches de ses cheveux, qui commençaient à sécher et donc à légèrement onduler, retombaient tranquillement devant ses yeux, cachant en partie son visage. De la sorte, elle se sentait un peu camouflée même si elle ne l'était pas du tout.

- Hein ? Ah heuuu... moi c'est Jin, enchanté. Par contre... je reviens.

Sursautant très légèrement, Yumi sortit de ses pensées. Elle avait vu de coin de l'oeil une légère flamme allumée du briquet, mais sans plus et après deux ou trois essaies. Celui-ci devait fonctionner, finalement. Tant mieux. L'adolescente tourna la tête vers Jin, ses joues se colorant aussitôt, comme si c'était un automatisme, en le voyant se déshabiller à moitié. Quelque chose attira cependant son regard, c'était un tatouage en forme.. d'aigle ? Le tatouage n'avait peut-être pas de signification, il n'y en avait pas pour tout le monde, mais ça ne changeait rien à sa beauté. Le garçon plongea, cette fois-ci volontairement, mais il l'éclaboussa de nouveau. Ça ne la dérangeait pas, l'eau c'était de l'eau et elle en était déjà plus ou moins recouverte. Il ramassa les cartes, puis revient au bord, s'installer à côté de la rosette. Curieusement, Yumi le regarda verser l'alcool dans le bouchon de la bouteille. Petit comme verre, pensa-t-elle sur le coup. Mais ce n'était pas pour boire, car il enflamma le liquide et commença à ... sécher ses cartes ? Elle devait avouer que Jin ne manquait pas d'imagination, en tout cas!

Quelques secondes plus tard, le coin d'une carte, c'était un sept de trèfle, brûla. Le papier-carton devait sûrement être encore trop près de la flamme, oscillante, mais qui était tout de même une flamme. Yumi bailla et cacha sa bouche dans son coude, on lui avait toujours dit que c'était malpoli de bailler en public - bien qu'elle ne voyait pas pourquoi - et c'était donc devenu un réflexe de mettre son coude ou bien sa main devant sa bouche lorsqu'elle toussait, éternuait ou baillait. Cependant, les professionnels lui avait dit que le coude c'était mieux! Moins de chance de contamination, moins que les mains, en tout cas. Un peu plus tard, Jin abandonna son... activité pour s'étirer, attraper la serviette. MERDE! Ce fut sa réaction quand elle se rendit compte qu'elle l'avait oubliée... Comment une timide comme elle pouvait oublier une telle chose? Aucune réponse pour le moment. Bien sûr qu'elle était gênée en ce moment, mais il avait déjà tout vu, et puis était plus ou moins cachée déjà... Elle tentait de passer par dessus l'obstacle, quoi. Il lui mit finalement la couverte sur les jambes, la couvrant du mieux possible. Au moins, même saoul, ce n'était pas un de ces gens violents ou pervers au max. Peut-être il l'était naturellement et que lorsqu'il buvait, l'effet contraire se produisait ? De toute façon, elle ne pensait pas le revoir donc ça lui importait peu pour le moment.

Jin se replaça à ses côtés. Elle ne savait toujours pas quoi dire. Dieu sait comment Yumi se sentait nulle, stupide, idiote, inintéressante en ce moment. Elle n'aimait pas sa timidité, elle n'aimait pas le fait d'être mal à l'aise et surtout avec le sexe opposé, elle n'aimait pas le fait de rester en silence, malgré qu'elle ait creusé sa tête pendant de longues secondes. Dans ces moments, c'était encore plus misérable qu'elle se sentait. Elle voulait se débarrasser de cet merde, c'était littéralement un handicap mental qui l'empêchait de réaliser pleins de choses, dont profiter de la vie, pour la simple raison qu'elle était... gênée. Il faut dire que c'est une raison stupide! Elle remarqua enfin la main du garçon posée sur sa jambe droite depuis quelques secondes. Intriguée, elle leva les yeux vers les siens, cherchant son regard, comme si elle demandait « Pourquoi ? » silencieusement. Il avait l'air de s'en rendre compte en même temps qu'elle, puisque le garçon retira brusquement sa main lorsqu'elle trouva enfin son regard.

- Heuuu… pardon. Ce n’était pas voulu, j’ai un peu trop bu ce soir je crois… c’est gênant pour toi, j’imagine, tu t’attendais à être seule, et je suis arrivé. C’est gênant aussi pour moi, je n’aime pas qu’on me voie dans cet état. A la base je pensais être seul ce soir ici, c’est ma première sortie depuis quelques mois, alors j’en profite. Yumi, joli prénom,… et tu viens d’où, si ce n’est pas indiscret ?

Elle l'écouta tranquillement. Elle hochait la tête. Oui, elle s'attendait à être seule. Lui aussi était exactement dans la même situation qu'elle. Dans la piscine, il espérait trouver un espèce de repère privé, un endroit où il serait seul dans ce pensionnat où presque chaque recoin était occupé en tant normal. La porte était pas barrée, et elle espérait que la personne ayant oublier de le faire ne s'en rendre pas compte... Du moins, pas quand ils seraient encore là. D'ailleurs, l'étudiante n'avait aucune idée de l'heure dans laquelle ils allaient partir. Il était peut-être passée quinze minutes, vingt minutes, depuis qu'il était apparu. Peut-être plus, mais peut-être moins. On dit qu'en bonne compagnie, le temps passait plus vite. Seulement, l'était-elle ? Elle leva la tête vers l'horloge fixée sur le mur en haut de la porte, mais celle-ci était bloquée à treize heures et cinquante et une minutes. Va savoir pourquoi personne ne la réparait... Yumi se tourna légèrement vers lui, afin de le voir. Sinon, elle était dos à lui mais ce n'était pas plus mal... Tout de même, c'était injuste. La jeune fille était nu, mais pas lui. De toute façon, elle n'était pas certaine de vouloir le voir nu. Il n'y avait qu'une serviette et puis, elle préférait pas... C'était assez bizarre comme ça.

- Merci... Ma mère est anglaise. Mon père, japonais.

Elle baissa le regard vers lui, regardant ses cheveux blonds et ses yeux bleus, parlant encore un peu timidement, mais c'était moins pire. Il n'avait pas l'air japonais, mais son nom avait une sonnait comme un prénom japonais, ou asiatique, en tout cas... Le coin de ses lèvres s'étiraient légèrement afin de former un petit sourire. Yumi était encore assez gênée, mais moins qu'au départ. Elle laissa quelques secondes s'écouler avant d'attraper la bouteille de Gin, en buvant une toute petite, peut-être même minuscule, gorgée. Ce n'était finalement pas si bon, mais ce n'était pas ça n'avait pas un mauvais goût. Elle se disait simplement que c'était qu'à cause qu'elle n'y était pas encore habituée et que ça viendrait bien un jour. Elle déposa la bouteille loin d'elle avant de s'allonger à ses côtés, retirant ses pieds de l'eau, les secouant comme pour les sécher brièvement et croisa un peu les jambes. Plus petite que lui, sa tête arrivait environ sous les bras du garçon, même un peu plus bas. Il avait peut-être environ une quinzaine de centimètres de plus. Elle ferma les yeux un moment.

- Même chose pour toi.. N'est-ce pas?

Elle ouvrit les yeux en tournant la tête vers lui, levant les yeux vers les siens, mais les détournant assez rapidement, les joues roses comme ses cheveux. C'était toujours comme ça, ça prenait un peu de temps avant de se dé-gêner, mais ça se faisait! Sauf qu'en ce moment, il y avait de quoi l'être et c'était parfaitement normal que ça prenait plus de temps, étant donné la situation...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jin Takayatsu


Masculin
Messages : 54
Age du perso : 17ans
♥ Côté coeur : Heu... Vous pouvez répeter la question ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2eme année
♣ Colocataires: Shimeku Nagashi /
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Mer 16 Jan - 6:45

Pendant la discussion, le coin d’une carte avait commencé à brûler. Par reflexe, j’avais immédiatement attrapé un autre coin et l’avais éteinte, vérifiant qu’elle ne soit pas trop abimée. Je décidais de les éloigner un peu de la flamme, elles commençaient à sécher après tout. Et puis la flamme allait bientôt s’éteindre… bah, au moins, elles seront à peu près sauvées. Mon regard se perdait dans le vide, fixant la flamme vacillante, dansante, projetant une lueur apaisante et rassurante sur le sol, et étant une petite source de chaleur. Cela m’apportait un peu de bien être, pensant à ce que j’allais lui dire si elle me posait la question de mes origines.

Après tout, je l’avais vu nue, même si c’était sans le vouloir. Je devrais peut-être lui confier quelque chose sur moi, ou du moins mon passé, histoire d’être à un pied d’égalité,…

- Merci... Ma mère est anglaise. Mon père, japonais.

Je tournais la tête vers elle, montrant un intérêt simple à ce qu’elle venait de dire, toujours perdu dans mes pensées. En train de réfléchir. Je ne m’étais jamais confié à personne sur mon passé, sur la douleur ressentie ce jour-là en particulier. Le même jour, il y a quelques années. Étrange comme les souvenirs douloureux remontent à la surface le jour où cela a eu lieu. Je m’étais rallongé peu après avoir replacé les cartes ensembles, sèches, près de mon tee-shirt, toujours posé négligemment sur le bord de la piscine. Elle avait bu une gorgée de la bouteille et c’était allongé à côté de moi. Je fixais le plafond. Je n’avais pas envie de reparler de ça… mais après tout,… je suis obligé, non ? Non… on est jamais obligé de rien, et surtout pas quand c’est aussi douloureux. Depuis le temps, j’avais appris à camoufler mes émotions, à faire comme si tout allait bien.

J’avais pris ma décision.

- Même chose pour toi... N'est-ce pas?


Je m’étais tourné vers elle, ce qu’elle aussi avait fait. Elle avait regardé mes yeux, puis détourné très rapidement le regard en rougissant. Elle n’avait donc certainement pas vu la lueur de souffrance dans mes yeux. Tant mieux. Elle était encore gênée. J’ouvrais la bouche et respirait lentement. La douleur remontant dans ma gorge, la voix chevrotante, je répondais à sa question par:

-Hé bien,… ma mère est japonaise. Je tiens mon nom et mon prénom d’elle. Mon père est Américain,… c’est de lui que je tiens mes yeux et mes cheveux. Mais,… j’aurai préféré n’avoir rien de lui.

Je commençais à avoir les larmes aux yeux, repenser à ça me faisait extrêmement mal. Mais,….

-Ce que je vais dire, tu n’en parle à personne,… tu as le droit d’en savoir un peu plus sur moi, après tout,… la situation dans laquelle je t’ai vue est assez gênante. Je déteste parler de mon passé mais,…

Je me reprenait, essuyant hâtivement une larme qui tombait au coin de mon œil. Je me relevais, et attrapait la bouteille, buvant deux ou trois grosses gorgée, afin de me donner du courage, afin d’en parler. Je tremblais. Non pas de froid, mais de peur. Revivre ça, en parler, ça me terrifiait. J’avais mis plusieurs années à oublier, à faire en sorte de ne plus y penser, et la…

-Hé bien… je viens d’un petit quartier, en Floride, à Miami si je me souviens bien. Avec ma mère et,… à cette époque, on vivait encore chez lui. Il rentrait toujours tard du boulot, et toujours totalement saoul. Quand il rentrait, ma mère m’enfermait dans ma chambre, avec pour interdiction d’en sortir…

« Ce qui ne m’empêchait pas d’entendre ce qui se passait… je me souviens des cris, puis des bruits des coups qui pleuvaient,… des marques sur le visage de ma mère, sur ses bras,… des pleurs lorsqu’elle ne supportait plus la douleur,… elle ne voulait pas partir, car elle l’aimait. Mais elle souffrait énormément. Il était… il était horrible. Pourtant, avant ma naissance, il était très bien apparemment… de ce qu’elle m’en disait, il n’avait jamais levé la main sur elle avant que je n’arrive à la maison. Il ne buvait pas avant que je n’arrive a la maison,… il ne rentrait pas aussi tard, ne faisait pas tous les bars de la ville,…

Et puis un jour, il s’est passé quelque chose qui l’a motivée à partir. Il était rentré tôt à la maison ce jour-là, et s’était proposé de me récupérer à l’école. Evidemment, elle ne voulait pas. Mais il n’avait pas bu ce jour-là, aussi il avait l’air a peu près normal, il était étrangement heureux, et gentil avec elle. Alors elle a fini par le laisser venir. Quand je l’ai vu dehors, j’ai refusé de sortir. J’avais peur de ce qu’il pourrait faire. La prof avait fini par me forcer à sortir, ne comprenant pas ma réaction, il était très sympa avec elle, très poli, et ne montrait aucun signe du monstre qu’il était en réalité…je… »

Les larmes commençaient à couler. Je tremblais, ma voix se perdant dans un murmure. Je fixais un point devant moi, au loin, au centre de la piscine, dans cette étendue d’eau, claire et calme, sans remous. Cela avait un effet apaisant, m’aidant à continuer mon histoire.

« Je savais ce qui allait se passer. Je ne le regardais pas, je fixais la voiture un peu plus loin. Il avait pris ma main et m’amenait dans cette direction, m’obligeant à marcher vite. Mais,… il m’avait amené prendre une glace avant de rentrer dans la voiture. Il avait fait quelque chose de gentil. Aussi, je me méfiais un peu moins, remarquant qu’il était différent de d’habitude. Il était,… gentil ? Alors je le suivais plus docilement. Je n’aurai pas dû, j’aurai du me méfier,…

Arrivés à la maison, tout semblait aller pour le mieux. Malheureusement,… dès que l’on eut franchi la porte, il m’avait agrippé par les épaules, et m’avait jeté contre un mur. Je ne comprenais pas… ma mère s’était précipitée sur moi et s’était placée devant moi avant qu’il ne puisse me frapper encore. Aussi elle avait pris les coups à ma place, sous mes yeux,… il hurlait, disait que je l’avais fait passer pour un monstre devant tous les autres parents,… il m’insultait,… insultait ma mère… continuant à la frapper. Je m’étais réfugié sous une table, j’avais les yeux fermés, les mains plaquées sur les oreilles. Mais j’entendais… j’entendais tout. Chaque coup porté avec violence, chaque mot prononcé,… chaque cri de douleur que poussait ma mère,… je pleurais, hurlais pour qu’il arrête… Puis, je n’entendais plus rien. J’ouvrais les yeux,… ma mère était étendue sur le sol. Elle saignait,… il lui avait cassé le nez. Je me précipitais vers elle, le voyant nulle part. Puis je sentais une main se poser sur mon épaule. Je me retournais en hurlant.

Un voisin avait été alerté par les cris. La porte était éclatée, il était rentré dans la maison. Mon père était étendu plus loin, assommé. Le voisin avait appelé les secours, aussi ma mère avait été rapidement prise en charge. On était sauvé…

L’histoire officielle est que l’on est partis un jour ou il n’était pas à la maison… la véritable histoire est simplement qu’on est partis pendant que lui pourrissait derrière les barreaux. SI ce voisin n’était pas intervenu… à l’heure qu’il est,… Je ne serai peut-être pas ici. »

Tremblant toujours, les larmes coulant toujours sur mon visage, j’attrapais de nouveau la bouteille, et vidait son contenu d’une traite. Inconsciemment, j’avais pris la même position que celle que j’avais eu ce jour-là, sous la table, pendant qu’il… qu’il avait…

-Tu,… s’il te plaît… je sais qu’on ne se connait pas mais,… tu… tu n’en parle à personne…

Je m’étais tourné vers elle, continuant à pleurer. Puis je me rallongeai sur le sol, attrapant d’une main la manche de ma veste qu’elle avait enfilée et me rapprochait d’elle. J’avais besoin de sentir quelqu’un près de moi, la, maintenant. Alors je serrais la manche extrêmement fort afin qu’elle ne parte pas. J’avais honte de pleurer devant elle. Moi, Jin, le type qui a massacré tout un bar un jour, pleurer devant une fille ? Quelle honte… Je suis pitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yumi Wa


Féminin
Messages : 59
Age du perso : Dix-sept ans.
♥ Côté coeur : À gauche.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: Sakura Ayasaka, Nora Woolf et Sanako Arima
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   Dim 20 Jan - 8:05

Après avoir détourné le regard, celui-ci s'était posé sur le plafond. Elle ne savait pas quoi dire, ni quoi faire. Le silence planait entre les deux adolescents, sauf qu'en ce moment, ça ne la dérangeait pas. Quoi dire, après tout, dans une telle situation ? Yumi n'avait jamais été une grande bavarde. Elle préférait de loin la solitude et le calme et détestait les endroits bondés de gens comme les centres commerciaux, où on s'entendait à peine penser. Trop de bruits, trop de cris. Tout ça lui donnait mal à la tête au bout d'un moment et puis faut dire qu'en ce moment, les maux de têtes étaient plus ou moins courants. Elle se surprise à compter les carreaux du plafond. Pourtant elle ne s'ennuyait pas, elle était seulement bien, même si elle pouvait percevoir une espèce de ... malaise ? Non, ce n'était pas ça. C'était plus de la tristesse ou de la mélancolie. Quelque chose de bizarre, mais ce n'était pas un malaise.

Quelques secondes plus tard, elle sentie le regard du garçon sur elle. Yumi tourna de nouveau la tête, affrontant son regard. Elle essayait de se convaincre qu'il n'y avait pas de quoi être gênée et de toute façon, le pire était passé. Jin l'avait vu nue, il avait tout vu. Malheureusement, l'eau n'était pas opaque, il n'y avait pas de brouillard dans la pièce. Au contraire, l'eau était transparente et claire. Levant son regard vers le sien au bout d'un moment, celui-ci descendit sur ses lèvres avant de remonter immédiatement. Il allait dire quelque chose, mais ne semblait pas savoir comment le dire... Quand le blond parla enfin, sa voix était quelque peu hésitante et ... vibrante ?

- Hé bien,… ma mère est japonaise. Je tiens mon nom et mon prénom d’elle. Mon père est Américain,… c’est de lui que je tiens mes yeux et mes cheveux. Mais,… j’aurai préféré n’avoir rien de lui.

Elle haussa un sourcil. Il reniait son père ? Sur le coup, Yumi se demanda comment on pouvait détester un de ses parents. Comment on pouvait vouloir le rejeter de sa vie, comment on pouvait simplement désirer l'ignorer... Elle soupira intérieurement. Après tout, sa vie avait toujours été monotone. Enfin presque, si on écartait du décor le divorce de ses parents quand elle n'avait qu'une dizaine d'année. Ça l'avait beaucoup troublée, mais pas au point de détester sa mère ou son père. Une amie dirait qu'elle ne pouvait pas comprendre ce genre de situation, qu'elle n'avait jamais vécu ça, donc ne pouvait et ne pourrait jamais comprendre ce que ça fait... Cette fille avait peut-être raison. Peut-être que Yumi ne pouvait réellement pas comprendre la situation de Jin, mais ça l'attristait. Pour elle, la famille était ce qu'il y avait de plus cher au monde et ce, malgré tout ce qui pourrait arriver.

- Ce que je vais dire, tu n’en parle à personne,… tu as le droit d’en savoir un peu plus sur moi, après tout,… la situation dans laquelle je t’ai vue est assez gênante. Je déteste parler de mon passé mais,…

Yumi ouvrit la bouche dans le but de répliquer qu'il n'était pas obligé, mais rien ne sortis de sa bouche. Aucun son, aucun bruit. Rien. Le garçon était toujours à côté d'elle. Elle referma lentement la bouche, un peu troublée. Il avait fait un geste, celui qu'on fait quand on pleure et qu'on essuie une larme. Il pleurait ? Elle n'était pas certaine, ne le regardant pas ce moment-là, mais elle l'avait quand même vu du coin de l’œil... Elle espérait qu'il ne pleure pas, ne sachant jamais quoi faire dans ce genre de situation. L'adolescente se redressa légèrement, le temps de se tourner face à lui, maintenant allongée de côté et légèrement repliée sur elle-même. Ce qui la troublait encore plus, c'était ses tremblements à peine perceptible. Elle voulait lui dire qu'il n'était pas obligé, que ce n'était pas grave, mais rien ne sortait.

- Hé bien… je viens d’un petit quartier, en Floride, à Miami si je me souviens bien. Avec ma mère et,… à cette époque, on vivait encore chez lui. Il rentrait toujours tard du boulot, et toujours totalement saoul. Quand il rentrait, ma mère m’enfermait dans ma chambre, avec pour interdiction d’en sortir…

Ce qui ne m’empêchait pas d’entendre ce qui se passait… je me souviens des cris, puis des bruits des coups qui pleuvaient,… des marques sur le visage de ma mère, sur ses bras,… des pleurs lorsqu’elle ne supportait plus la douleur,… elle ne voulait pas partir, car elle l’aimait. Mais elle souffrait énormément. Il était… il était horrible. Pourtant, avant ma naissance, il était très bien apparemment… de ce qu’elle m’en disait, il n’avait jamais levé la main sur elle avant que je n’arrive à la maison. Il ne buvait pas avant que je n’arrive a la maison,… il ne rentrait pas aussi tard, ne faisait pas tous les bars de la ville,…

Et puis un jour, il s’est passé quelque chose qui l’a motivée à partir. Il était rentré tôt à la maison ce jour-là, et s’était proposé de me récupérer à l’école. Évidemment, elle ne voulait pas. Mais il n’avait pas bu ce jour-là, aussi il avait l’air a peu près normal, il était étrangement heureux, et gentil avec elle. Alors elle a fini par le laisser venir. Quand je l’ai vu dehors, j’ai refusé de sortir. J’avais peur de ce qu’il pourrait faire. La prof avait fini par me forcer à sortir, ne comprenant pas ma réaction, il était très sympa avec elle, très poli, et ne montrait aucun signe du monstre qu’il était en réalité…je…


Il s'arrêta. Lorsque Yumi leva les yeux vers lui, il pleurait. Les larmes coulaient sur ses joues, allant mourir sur le plancher froid de la piscine. C'était bizarre de voir un homme pleurer. Jamais elle n'avait vu son père pleurer, ni son grand-père. Son père voulait toujours se montrer fort, elle se souvenait d'une phrase qu'il lui avait dit lors du divorce. « Un homme ne pleure pas, ça doit rester fort pour sa famille. » Quelle famille ? Il n'y en avait plus, maintenant. C'était devenu une famille décomposée, en tout cas. Cette phrase avait choqué sa mère qui, elle, disait qu'on soit un homme ou une femme, tout le monde doit toujours extérioriser ses sentiments. Vrai ou pas, un homme pouvait pleurer et elle en avait la preuve devant elle cette nuit. Le regard de Jin fixait le vide, à peu près au milieu de la piscine. Le sien redescendit, s'arrêtant dans un point fixe dans son cou.

Quelques secondes plus tard, quand il semblait avoir repris un peu d'assurance, il continua.

- Je savais ce qui allait se passer. Je ne le regardais pas, je fixais la voiture un peu plus loin. Il avait pris ma main et m’amenait dans cette direction, m’obligeant à marcher vite. Mais,… il m’avait amené prendre une glace avant de rentrer dans la voiture. Il avait fait quelque chose de gentil. Aussi, je me méfiais un peu moins, remarquant qu’il était différent de d’habitude. Il était,… gentil ? Alors je le suivais plus docilement. Je n’aurai pas dû, j’aurai du me méfier,…

Arrivés à la maison, tout semblait aller pour le mieux. Malheureusement,… dès que l’on eut franchi la porte, il m’avait agrippé par les épaules, et m’avait jeté contre un mur. Je ne comprenais pas… ma mère s’était précipitée sur moi et s’était placée devant moi avant qu’il ne puisse me frapper encore. Aussi elle avait pris les coups à ma place, sous mes yeux,… il hurlait, disait que je l’avais fait passer pour un monstre devant tous les autres parents,… il m’insultait,… insultait ma mère… continuant à la frapper. Je m’étais réfugié sous une table, j’avais les yeux fermés, les mains plaquées sur les oreilles. Mais j’entendais… j’entendais tout. Chaque coup porté avec violence, chaque mot prononcé,… chaque cri de douleur que poussait ma mère,… je pleurais, hurlais pour qu’il arrête… Puis, je n’entendais plus rien. J’ouvrais les yeux,… ma mère était étendue sur le sol. Elle saignait,… il lui avait cassé le nez. Je me précipitais vers elle, le voyant nulle part. Puis je sentais une main se poser sur mon épaule. Je me retournais en hurlant.

Un voisin avait été alerté par les cris. La porte était éclatée, il était rentré dans la maison. Mon père était étendu plus loin, assommé. Le voisin avait appelé les secours, aussi ma mère avait été rapidement prise en charge. On était sauvé…

L’histoire officielle est que l’on est partis un jour ou il n’était pas à la maison… la véritable histoire est simplement qu’on est partis pendant que lui pourrissait derrière les barreaux. Si ce voisin n’était pas intervenu… à l’heure qu’il est,… Je ne serai peut-être pas ici.


Il s'était redressée, recroquevillé sur lui-même. Si ses yeux étaient fermés, on pouvait quand même voir les larmes coulant sur ses joues sans aucune retenue. Aussi, ses mains couvraient ses oreilles, exactement comme il avait dit qu'il était ce jour-là, sous la table. Ces souvenirs le hantaient sûrement en ce moment et Jin regrettait peut-être d'avoir raconter ça. Elle ferma les yeux quelques secondes, se redressant à son tour. La serviette maintenant elle s'en foutait, il avait tout vu, il était trop tard. À quoi bon être gênée ? Bref, elle n'y faisait plus attention.

- Tu,… s’il te plaît… je sais qu’on ne se connait pas mais,… tu… tu n’en parle à personne…

Non, elle en dirait pas un mot. À personne et à rien. Yumi n'était pas le genre de fille à raconter ses problèmes ou ce qui se passait dans sa vie à ses proches, à une peluche ou à écrire ce genre de choses dans un journal. Non, elle était plutôt renfermée et préférait garder tout ça, au fond d'elle, le cacher bien loin, au plus profond de son coeur et ne plus y penser. Il tremblait toujours et Yumi ne savait pas quoi faire, ni quoi dire. Y avait-il vraiment quelque chose à dire dans ce genre de situation ? La fille avait peut-être raison après tout, elle ne pouvait pas comprendre. Elle ne le pourrait jamais. Mais ce qu'elle savait et ce qui était certain, c'est que ce genre de choses devait faire extrêmement mal et que ce n'était pas quelque chose qui pouvait facilement s'oublier le lendemain. Après avoir vider la bouteille au complet, il se tourna vers elle.

Voir les larmes du garçon lui faisait mal, même si les deux ne se connaissaient pas du tout. Un peu plus maintenant, mais connaître l'histoire d'une personne ne veut pas dire qu'on connait une personne. Il se rallongea sur le sol froid, aussi froid que ses larmes. Yumi ne pouvait pas comprendre ce que ça faisait, mais elle pouvait clairement sentir qu'il avait mal et qu'il était triste. La jeune fille se sentait attiré vers le sol, ou vers lui pour être plus exacte. Elle baissa les yeux, voyant ses doigts qui seraient fort son poignet. Le vêtement commençait à sécher, comme ses cheveux qui ondulaient un peu. Trempés, ça faisait toujours ça. Elle n'opposa aucune résistance, se laissant conduire dans les bras de Jin.

- Ne t'inquiète pas...

Ne t'inquiète pas, mais pour quoi ? Pour le fait qu'elle n'allait rien dire, ou autre chose ? Un peu des deux, à vrai dire. Sa voix n'était plus qu'un murmure. Elle passa un bras vers sa taille, sa main se posant sur son omoplate. Sa peau était chaude, contrairement à ce qu'elle aurait cru. Yumi leva les yeux vers lui, le regardant un moment avant d'essuyer les larmes du garçon du revers de son autre main. C'était un geste que sa mère lui faisait toujours quand elle était plus petite, quand elle avait peur ou quand elle était triste. Yumi ne la comprenait pas. L'avoir envoyée à Rayen que pour une simple teinture et un tatouage ? Non, il y avait sûrement quelque chose qui était caché derrière ça... Quelque chose de louche, d'étrange.

- Ça va aller.

Elle se sentait idiote de dire quelque chose du genre, mais quoi dire d'autres ? Quelque chose de réconfortant... Oui, mais quoi ? Elle en n'avait aucune idée. Je l'avais bien dit, Yumi se trouvait nulle dans ce genre de situation. En gros, elle était nulle dans tout ce qui pouvait se qualifier de « relations humaines ». Sa voix était toujours qu'un simple murmure, n'osant pas parler plus fort, comme si elle allait déranger quelque chose d'invisible... Elle soupira, se maudissant. Ses yeux étaient d'un beau bleu, mais pas le même ton de bleu que les siens.

- On m'a dit que... on ne pouvait pas comprendre quelque chose avant de l'avoir vécu.. C'est peut-être vrai. Je... peux sentir que ça te fait mal, terriblement mal... Mais... Ça fait du bien de pleurer...

Yumi était mal placée pour parler, elle qui avait pris exemple sur son père et ne pleurait pas, ou ne pleurait que quand elle était seule et certaine que personne ne pourrait la surprendre et la voir dans un tel état. La japonaise parlait lentement, avec beaucoup de pauses et à voix basse. Elle cherchait ses mots.

- J'ai toujours cru que... pleurer c'était pour les faibles, donc je ne pleure pas... Je me suis toujours... retenue, isolée dans un petit coin pour le faire... Et, c'était rare. Sauf que... Je peux voir que... Que tu n'es pas faible. On doit avoir beaucoup de ... courage, je suppose, pour traverser quelque chose comme ça... Alors, je pense que tu es fort.

Elle leva ses yeux vers les siens, se redressant un peu pour étirer les joues du garçon pour former un pseudo-sourire.

- Sauf que... Après, il faut sourire. Ne pas se laisser.. abattre.

C'était peut-être du blabla inutile ce qu'elle disait, elle en savait rien, mais espérait que c'en était pas. Elle lui sourit. C'était un sourire d'encouragement, un sourire d'espoir, de courage? Yumi baissa de nouveau la tête, se mordant l'intérieur de la joue. Sa main retourna dans son dos, ne sachant pas trop s'il fallait rester ou pas contre lui,... Mais après tout c'était lui qui avait voulu. Et si c'est qu'il avait voulu, c'est qu'il devait sûrement en avoir besoin. Yumi enfouit sa tête dans son cou, doucement. Sa respiration était lente, quelques souvenirs remontaient à la surfaces, mais ils étaient aussitôt placés de côté. Elle ne voulait pas y penser, et c'était sûrement la même chose pour lui.

Ne pas se laisser abattre ? Non. Yumi devrait plutôt confronter ses problèmes à la place de les cacher au fond d'elle et les ignorer. Mais ça allait à plus tard. Sa respiration était lente, il pouvait peut-être sentir son souffle contre sa peau. Elle attendait quelque chose. Mais elle attendait quoi, elle-même ne le savait pas. Peut-être que le temps passe, que la fatigue la gagne, ou elle attendait peut-être simplement un miracle. Non, en fait, elle n'attendait pas. Elle ferma les yeux quelques secondes.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Baignade nocture. [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Baignade nocture. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» Une petite baignade [libre]
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Une baignade dans l'eau geler (libre)
» Baignade matinale [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE PENSIONNAT - PARTIE A :: « Gymnase & Piscine-