Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 » Akie M. Natsumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: » Akie M. Natsumi   Dim 3 Fév - 23:55



Alors,qui es-tu ?

- Noms & prénoms : Natsumi M. Akie.
- Âge : 18 ans.
- Nationalité : Japonaise.
- Orientation sexuelle : Bisexuelle.

- Année scolaire ou profession : 3ième année.
- Groupe : Anarchists.
- Pourquoi ce groupe : Je suppose que dans notre monde, ce qui est intéressant avec les règles, c'est de les transgresser. On est jeune, et on a pas envie de se prendre la tête. Faut profiter de la vie o/. Donc, vu le caractère d'Akie, je fais ce que je veux, je suppose que c'est le groupe adéquate.

- Personnage sur l'avatar: Chrome Dokuro - Katekyo Hitman Reborn.

Mieux vaut un mauvais caractère que pas de caractère du tout, non?

Je ne me permettrais pas de décrire mon propre mental. C'est se dévoiler, je préfère que les autres le fassent à ma place.

- Evan Peters : Ancien amant.
Quelle jeune fille. Bien que l'apparence soit égale à celle d'une rose, son mental quant à lui est muni d'une multitude d'épines. Des épines qui vous transpercent le cœur avec fulgurance et dynamisme. Elle vit sa vie comme elle le souhaite, peu importe les personnes qui sont autour d'elle. Moi, j'ai eu la chance de capturer son cœur un bref instant. Je peux vous dire que ce ne fut pas tâche facile. Akie / Autumn a pour habitude de tester les personnes qui l'entourent. Par un système de jeux de mots, des doubles sens. Pour ainsi savoir ce qu'elles valent, si elle doit les abandonner à leur triste sort, ou bien les amadouer pour les avoirs dans la poche. Un démon déguisé en ange je dirais. Mais la demoiselle n'a pas que des mauvais côtés, elle du genre à être franche, quitte à blesser les autres, mais au moins elle ne leur ment pas. Excusez-moi, je ne sais que peu de choses de la jeune fille, elle n'est pas du genre à montrer sa personnalité.

Lettre dissimulé en tant que marque page, dans un ouvrage peu connu.

« J'admire le liquide noirâtre qui coulait, écrivant les mots que je désire. Des lettres distinctes et finement écrite jouaient sur le papier vierge. Vous savez déjà qui je suis, je n'ai pas à prendre la peine de me présenter. Combien même cette lettre va probablement rester anonyme, et peut-être bien que personne ne la trouvera. Mes doigts frémissaient. Je n'aime pas parler de moi, encore moins de ce qui fait de moi, qui je suis. Notre caractère se forge au fur et à mesure des années, tout dépend de notre vécu. Je vais vous dire une chose, je trouve ce monde pitoyable. Les gens ne me connaissent pas réellement, je cherche seulement la façon la plus adéquate de parler à cette personne. Regardant au fond de son âme pour savoir ce qu'elle aime vraiment. Je ne fais pas semblant avec les personnes que je déteste, je m'amuse juste à leur pourrir la vie. Je n'ai pas besoin de personne pour vivre correctement, la solitude est devenue pour moi une grande amie. Mais le soir, cette solitude me paraît gigantesque, donc je préfère dormir avec une personne, c'est plus agréable. La sensation de deux corps bouillant est magnifique.
Je fais le strict minimum pour les gens puissent m'apprécier, la société fonctionne sur ce principe, je ne fais que m'adapter. Mon physique est mon atout principal, je l'utilise pour manipuler les autres, et ça fonctionne plutôt bien, exhibant une parcelle de ma poitrine, ou encore remonter délicatement ma jupe pour admirer mes cuisses. Il y a certain cas dans lesquels je m'attache bien trop vite, ce qui est malheureux. Une multitude de personnalité est à ma portée pour chaque genre de personnes. Lorsque je n'aime pas quelque chose, je le dis haut et fort, même si cela peu vexer, je ne me fais pas prier pour le dire. Par contre, je me vexe rapidement, et je déteste lorsque l'on me crie dessus. Mais ne vous gênez pas pour me donner des ordres au lit, je suis masochiste.
J'adore critiquer le monde qui m'entoure, ainsi satisfaire mon égo. Je dépends fortement du chocolat, une mauvaise journée est dû à un manque de chocolat, il m'ouvre l'esprit.
Mes goûts ? Et bien je dirais qu'ils sont anodins. J'aime me promener la nuit, quand il fait tout noir et regarder les étoiles pendant des heures. J'aime l'odeur de la pluie sur le bitume et l'odeur du thé. J'aime les épouvantails. Je suis fasciné par les corps, leurs courbes, leurs formes. Je suis claustrophobe, je déteste les espaces confinés, et j'ai peur de l'orage.
Le sexe de la personne avec qui je batifole n'a pour moi que très peu d'importance. Le plaisir est le même, avec l'un comme l'autre. Mais j'avoue avoir une légère préférence pour la gente masculine, ils ont plus de force, ils font moins de bruit, et ils sont moins timide.
Et maintenant libre à celui ou celle qui lira cette lettre de me croire ou non, peut-être ai-je menti dans mon propre intérêt. Peut-être est-ce une facette que je montre de temps en autre.
»

Je n'ai pas de problèmes avec mon physique de jeune premier.

J'avançais. Petit à petit une forme se dessinait en face de moi. Une forme qui reflétait mon apparence. Il s'agissait d'un miroir, orné de motifs dorés. Pas à pas, ma silhouette se formait sur celui-ci. Une silhouette fine et délicate. Mes cils s'éclataient violemment contre la peau blanchâtre qui se dessinait sous l'œil. J'approchais délicatement mon visage, l'on pouvait alors apercevoir deux points rosés qui s'imposaient dans la virginité de mon visage. Se dessinant alors des yeux en amandes, emplit de bleues dégradés avec du violet. Laissant apparaître un croisement extraordinaire, presque envoutant. Des mèches indécentes venaient masquer mon visage. Descendant tel un fleuve noirâtre presque bleuté le long de mes épaules, se terminant un peu plus bas. Mes lèvres rosies, attiraient remarquablement le regard, nombreux sont ceux qui voulaient les capturer, les mordiller, les laper. Ma voix qui en sortait semblait douce, mais ce matérialisait plus lorsque des mots indécents s'échappaient de celles-ci. Lorsque ma bouche s'entrouvrait, l'on pouvait apercevoir un point noir. Je laissais alors s'échapper ma langue, pour observer mon piercing. Souvent de couleur unit.
Plus j'admirais ma silhouette, plus je me trouvais menu et frêle. Je dirais que je me situe dans les 1M60, suivi d'une cinquantaine de kilos. Ma robe glissait lentement le long de mes épaules, laissant alors apparaître une vaste couche blanche, les clavicules. Tout aussi menu que le reste de mon corps. Le tissu noir coulissa légèrement, pour exhiber le début de deux collines. Ma toison se stoppa net au niveau de mes hanches. Je plaquais sans m'en rendre compte, mes mains contre ma poitrine. Buste trop petit à mon goût. D'un geste lent, mes phalanges se retirèrent peu à peu. D'abord mon pouce, puis mon index. Suivi du majeur, qui révéla une extrémité pointue et rosie. J'enlevais les deux doigts qui suivirent l'annulaire ainsi que l'auriculaire. Mes joues étaient maintenant teintées de rose. Les deux jumelles étaient maintenant à la vue des plus curieux. Elles ressortaient de mon thorax sous la forme de deux monticules, agréable à regarder me direz-vous. Ils n'ont pas forcément de prestance, mais cela n'empêche pas leur beauté, mais pour les autres, ils semblent convenables. Mes doigts descendirent le long de mon ventre, pas anorexique, mais pas ronde pour autant. Une panse plate en somme. Je secouais mes jambes afin de mettre la robe au sol, celle-ci s'écrasa sur le sol, laissant une masse noire de tissu apparaître. Un endroit indécent s'exhibait maintenant face au miroir, des horizons proscrits. Mes cuisses se mêlaient à mes jambes, fines et aussi limpide que le reste. Terminons maintenant par deux pieds, d'une taille ajustée, et finement sculpté. Sans ça je perdrais toute ma sensualité, un socle indispensable à toute vie. Je remontais ma robe, cachant ainsi mon corps avec toute pudeur.

Ce n’est pas nous qui faisons l’histoire. C’est l’histoire qui nous fait.

Deux amants. Une nuit. Une étreinte. Un jour. Une naissance, Akie.

C'était une nuit de printemps, mais cela faisait seulement quelque jour que le printemps était revenu sur le Japon. La pluie battait de son plein lorsqu'on entendit un cri. Akie était née le 4 avril 1993 à Tokyo. De grands yeux bleus s'illuminaient, larmoyant, près à affronter une nouvelle vie. Quelque jour plus tard, de petits cheveux blonds poussaient le long de son crâne. De plus, elle était très souriante.

Une nuit. Un orage. Un accident.

La petite famille ce dirigeait en voiture pour aller voir de la famille. Les grondements de l'orage faisaient pleurer la jeune Akie qui devait avoir seulement cinq ans à cette époque. Oui, elle en avait une peur bleue. Et à cet âge là, les enfants pleurent rarement en silence. C'était le père de Akie qui conduisait, il s'énervait assez rapidement et les hurlements endiablés de sa fille ne faisait qu'aggraver son cas. « Akie, calme-toi ! » La jeunette ne voulait rien entendre, elle avait bien trop peur. Sa mère essaya de rattraper la chose. « Tu sais ma puce, nous sommes dans la voiture, nous ne craignons rien. ». La petite ne voulait pas les croire. Un grondement de tonnerre, un hurlement, une baffe, un accident. L'orage avait encore crié, Akie avait hurlé, son père l'avait baffé...ils tombèrent dans le ravin. La voiture glissa. Akie était en larme. « Maman... ? Papa... ? ».
Il y avait un long moment de silence avant que quelqu'un ne répondent. « Je suis là. » C'était la voix grave de son père qui lui avait répondu. Mais sa mère restait muette. Le père dégagea tout ce qu'il y avait sur la mère. Une naissance puis... Une mort. « Mamaaaan...pourquoi tu dors ? » « Akie, ta mère risque de dormir encore longtemps... » « Elle avait très sommeil ? » « On peut dire ça comme ça... ». Le père serra sa fille dans ses bras. « Mais réveille la, elle sera mieux à la maison... ». Le père pris le visage de sa fille entre ses grosses mains. « Elle ne se réveillera pas... Elle est partie tout là-haut, avec les anges. » La jeune fille ne comprenait pas bien à son âge, mais les larmes coulaient le long de ses petites joues potelées. Elle se rapprocha de sa mère, et lui chuchota à l'oreille. « Maman... Il faut te réveiller... Ça ne doit pas être confortable par terre. ». Le père était triste de voir sa fille dans cet état. Il la poussa avec son bras afin de lui dire d'avancer. « Maman...maman...Maman ! MAMAN !! ». C'était triste, très triste. Puis elle courut très loin, le plus loin possible. Pour fuir cette réalité qu'elle commençait à comprendre. « Papa tu sais...moi aussi je veux aller au ciel avec maman. ». Il l'a prit dans ses bras, encore une fois.

Une nouvelle vie, une nouvelle maman. Akie à 10 ans.

Akie était devenue une fille très intelligente, mais totalement différente. Son sourire se raidit. Son teint blêmi. Ils avaient acheté une nouvelle maison pour ne plus que l'on pense à elle. Son père n'y pensait plus du tout d'ailleurs, vu qu'il s'en était tapé une autre. Une américaine en plus. Les Anglaises sont plus belle c'est bien connu. Ca devait être ses Obus qui ont dû l'attirer. Elle la détestait. « Akie viens manger ! ». Un regard noir. « Tu ne regardes pas ta mère comme ça ! ». « Ma mère ? Ma mère ?! Cette sal*pe ! Comment veux-tu que ça, ce soit ma mère ?! ». Une baffe. Une joue rouge. Des larmes. « Dans ta chambre. » Connard. Elle se démenait toujours pour avoir les meilleurs notes de sa classe, il n'y avait qu'elle qui attirait son attention. Même pas un bravo, rien. « Maman si tu verrais comment papa est devenu...J'ai même honte de l'appeler papa. »

Un battement de coeur. Premier amour. Premier connard surtout. Akie à 15 ans.

Akie grandit, fin, grandit est un bien grand mot. Elle est toujours la plus petite de sa classe. Ses jambes ne veulent pas pousser. Moquerie. Convocation chez le directeur. Oui, Akie est une violente. Un de ses camarades se moquait encore d'elle. « Non mais franchement...c'est quoi cette naine?! », Akie se pinçait la lèvre avec les dents pour se retenir de pleurer. « Et tu crois qu'tu vas avoir un mec avec ça ?! ». Un mystérieux inconnu qu'elle n'a jamais croisé dans cette école, un nouveau ? « Hey mec, ta gueule. » « Comment tu me parle toi ?! ». Une bagarre. Un garçon qui vous défend, mais qui n'en tomberait pas amoureuse ? Akie alla voir ce garçon devant le bureau du directeur. Une parole, une approche. Boum boum. « Hey...pourquoi tu as fait ça... ? », « Parce que moi je te trouve très jolie, et je n'aime pas voir les jolies filles pleurer. » Quelque jour plus tard, ils sont sortis ensemble - et il se fit renvoyé par le directeur. Enfin un petit bonheur dans la petite vie de Akie.

Un soir, une nuit, un garçon.

« Lâche-moi... ». Les « parents » de Akie étaient partis dîner au restaurant, bien sûr sans l'avoir prévenu. Ca faisait un peu plus d'un an que les deux amants étaient ensemble, et bien sûr le jeune homme ne voulait pas en rester qu'aux petits bisous si vous voyez ce que je veux dire. « Mais allé on est que tous les deux... ». Lui dit-il en lui mordillant l'oreille. « Arrête s'il te plait. » Ses lèvres heurtèrent les siennes dans un mouvement langoureux. « Stop ! » « Non, j'ai envie de toi ma belle. » « Oui bah pas moi. » Akie étant à la limite de se faire violer, cria de toutes ces forces pour ensuite se dégager, et descendre en petite tenue au rez de chaussé. Le père de Akie, et sa belle-mère venait de rentrée. Elle s'enfuit dehors sous la pluie. Elle finit par trouver un coin tranquille pour s'y asseoir, et pleurer toutes les larmes de son corps. Quelques instants plus tard l'homme vint à sa rencontre, posant sa main sur son épaule. « Hey... Je suis désolé... » « Dégage... » « Akie... ». Elle se releva subitement « Dégage je te dis ! T'es sourds ?! ».

La fin d'une histoire. Un cœur brisé. Le Japon, un pensionnat, Rayen.

Le père voyant l'état de sa fille depuis un an. Décida de l'envoyer dans cette école. Cela aurait été pareil avec n'importe quel garçon de toute façon. D'ailleurs déjà l'idée de changer d'école lui plaisait bien. Elle n'aimait plus vivre ici, avec sa belle-mère. Et ce n'était pas le genre de personne à détester quelqu'un pour son physique. Pourquoi ne pas avoir eu cette idée plus tôt ? Akie pensait déjà partir, elle avait 18 ans, donc le droit de faire ce qu’elle voulait. Rayen, voici Akie.

The end.

C'est l'heure d'enlever les masques.. !

- Surnom : Flypanda o/
- Comment avez-vous trouver notre forum ? Forumactif. :'3
- Prouvez-nous que vous avez-lu le règlement : Validé par Shimay o/





Dernière édition par Akie M. Natsumi le Lun 4 Fév - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Shimeku Nagashi


Féminin
Messages : 965
Age du perso : 17 ans
♥ Côté coeur : Nop!

Carte d'identité
♣ Année scolaire:
♣ Colocataires:
♣ Relations:

MessageSujet: Re: » Akie M. Natsumi   Lun 4 Fév - 0:24

Bienvenue :3 !

Personnellement, j'aime beaucoup ta présentation, mais je ne sais pas trop où la mettre dans les groupes..
J'vais attendre l'avis d'un autre admin/e >o<

Shime
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ringo Orisa
Ѽ Psychologue Scolaire ♡

Féminin
Messages : 389
Age du perso : 21 ans o/
♥ Côté coeur : Rien en vu, Chef ! '^'

Carte d'identité
♣ Année scolaire: Psychologue scolaire la semaine, Barmaid le week-end !
♣ Colocataires: Sans \o/ (je suis seule au monde T.T)
♣ Relations:

MessageSujet: Re: » Akie M. Natsumi   Lun 4 Fév - 17:34

Bonjour !
Je dois avouer que là, je bloque aussi. Je propose les groupes suivants :
  • As Everybody (pour le côté "je suis différente mais pas tant que ça")
  • Brutal People (pour le côté légèrement (beaucoup ?) violent de la demoiselle)
    Citation :
    Oui, Akie est une violente.
  • Anarchist (pour le côté qui a envie de faire ce qu'il veut)
    Citation :
    Akie pensait déjà partir, elle avait 18 ans, donc le droit de faire ce qu’elle voulait.


Voilà pour mon avis, j'espère qu'il aidera un peu ! Jolie fiche en tout cas :)
N'oublie pas d'activer ta "Carte d'identité" dans ton profil aussi.
{R. ♪}

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Ѽ Couleur de RP : #008080 ▬ Couleur de modération : #8FCF3C
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: » Akie M. Natsumi   Lun 4 Fév - 21:08

Merci de votre aide. *-*
Voilà, je pense que j'ai réussis à trouver. o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Akiba Kagome


Masculin
Messages : 536
Age du perso : 19 ans.
♥ Côté coeur : Une belle jeune demoiselle.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3eme
♣ Colocataires:
♣ Relations:

MessageSujet: Re: » Akie M. Natsumi   Lun 4 Fév - 22:32

Très bien je vais donc te valider tout de suite, a moins que tu ne veille vite changer ? x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: » Akie M. Natsumi   Lun 4 Fév - 23:37

Non c'est bon :'p
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: » Akie M. Natsumi   

Revenir en haut Aller en bas
 

» Akie M. Natsumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Natsumi Murakami
» Une découverte |Pv Natsumi - Libre|
» Chasse en terres Connues [PV Natsumi]
» La tête dans les nuages ~ [Pv Natsumi Raven]
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ESSENTIEL :: Fiches Archivées-