Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Pathétique. [Taito Natsume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Yumi Wa


Féminin
Messages : 59
Age du perso : Dix-sept ans.
♥ Côté coeur : À gauche.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: Sakura Ayasaka, Nora Woolf et Sanako Arima
♣ Relations:

MessageSujet: Pathétique. [Taito Natsume]   Sam 9 Fév - 20:26

Il devait être dix-neuf heures. Yumi n'avait pas cette habitude, celle toujours avoir une montre autour de son poignet. À chaque fois, elle avait la manie de regarder l'heure au dix minutes. Non pas qu'elle était stressée, mais une manie n'a pas toujours d'explication, han. Alors, elle n'en portait plus, elle détestait regarder l'heure aux dix minutes. Le ciel commençait à peine à s'assombrir, il était d'un bleu foncé, sans aucuns nuages à l'horizon. Suivant le chemin du trottoir, elle regardait autour d'elle. À sa droite, il y avait un restaurant de luxe. Les gens devaient sûrement sortir le porte-feuille vide, flambant tout leur argent dans la nourriture. À quoi bon. Un peu plus loin, il y avait deux bars et une boîte de nuit Crazy Night. Yumi n'avait jamais aimé ce genre d'endroit. Trop bondé, trop pleins, ça pu la drogue et l'alcool en permanence. On peut bien s'amuser sans ce genre de trucs, selon elle. En tournant le coin de la rue, elle vit un cinéma. Elle ralentit, regardant les films à l'affiche avant de repartir. Aucun de l'intéressait et y aller seule, encore moins.

Pathétique, elle était pathétique. Il était samedi soir et Yumi n'avait rien à faire, personne à voir, pas aucune occupation pour passer le temps qui filait bien trop lentement selon elle. Pathétique. Elle se répétait inlassablement ce mot dans sa tête, encore et encore. Oui, c'était ce qu'elle était d'après Yumi. N'avoir rien à faire un samedi soir était pathétique. Sa mère lui avait tant répété ce mot en quelques années qu'il était finalement si bien encré dans sa tête. Va te trouver des amis, c'est pathétique. C'était exactement les mots que sa mère empruntait à chaque fin de semaine. Elle avait bien raison... Rester dans son coin n'aidait en rien, ses soit-disant amis ne tomberont jamais du ciel. Elle soupira, glissant ses mains dans les poches de son manteau en cuir. Yumi vit ses converses. Il y avait un trou dedans, c'était le temps d'en acheter d'autres. Elle allait se remettre à marcher quand son regard tomba sur un porte-feuille. Regardant autour d'elle, elle se pencha pour ramasser l'objet avant de l'ouvrir. Non, elle n'allait pas voler, ce n'était pas son genre.

Elle chercha une carte d'identité histoire de le rendre à la personne. Quelques secondes plus tard, l'étudiante trouva ce qu'elle cherchait. Taito Natsume, un nom à la consonance japonaise mais sur la photo, il était roux-rouge.. Elle haussa les épaules, elle était bien japonaise et avait les cheveux roses. Elle releva brusquement la tête, peut-être un peu trop brusquement, cherchant la personne en question. Ses yeux fouillait la rue, avançant plus vite. Elle rangea la carte quand elle en vit une autre.. la carte étudiante. Tient, il était de Rayen ? Au moins, elle n'avait pas à aller à l'autre bout de Matsuyama si elle ne trouvait pas Mr. Natsume. Yumi allait faire demi-tour, quand elle aperçue une tête rousse-rouge au bout de la rue. Fronçant les sourcils, elle espéra que ça soit lui et commença à courir avant qu'il ne soit trop tard et qu'il disparaisse de nouveau dans la masse de personne.

« Euh.. Taito ? » demanda-t-elle, essoufflée. Ses converses devaient être encore plus usées qu'elle ne le croyait, elle avait mal aux pieds. Yumi appuya ses mains sur ses genoux, penchée, pour reprendre son souffle. Elle n'avait pas l'habitude de courir, elle n'était pas une grande sportive. Pas du tout, même. « C'est à .. toi, je crois. » dit-elle en lui tendant l'objet qu'elle avait trouvé au sol plus loin. Elle était pathétique. Encore ce foutu mot qui lui revenait à l'esprit. Elle se redressa, broyant du noir mentalement. Elle se demandait ce qu'elle faisait là, au milieu du trottoir, à Matsuyama, à courir après un inconnu pour un stupide porte-feuille.. Être gentille ? À quoi ça servait, après tout, être gentille...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Dernière édition par Yumi Wa le Dim 24 Fév - 11:01, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Taito Natsume


Masculin
Messages : 29

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3eme.
♣ Colocataires: n°32 avec Alexya M. Green, Atios Featherstone & Neil Shugo
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Pathétique. [Taito Natsume]   Mer 13 Fév - 22:42

La soirée commençait. La nuit tombait sur la ville. Ville des amoureux, ou plutôt quartier.... Réputé dans toute la ville pour son charme naturel. Pour ma part, depuis que je vivais ici, j'étais heureux. Je pouvais faire mes études et espérer devenir professeur de peinture, d'art, ou alors peintre, voir artiste, je ne savais pas trop quoi faire, alors pour l'instant, je vivais dans un pensionnat, vivant tranquillement, réalisant quelques peintures pour mon compte et ainsi faire mon gagne pain. Plus quelques courses par-ci par-là, histoire d'arrondir les fins de mois. Une vie peu jouissive dit ainsi, pourtant, cela me convenait. J'étais heureux. Puis quand je m'ennuyais, sans dégoût, sans craintes ou autre, j'allais faire un tour à cet endroit, ces ruelles dites pour les gens romantiques....

Bref, c'est en ce magnifique soir que je me dirigeais vers le fameux endroit. Mon art étant en déclin, je me devais de retrouver de l'inspiration. Et pour ça, il me fallait des idées propres. Doucement, je marchais, habillé de ma chemise blanche légèrement ouverte et de mon jean. Je ne me cassais pas la tête pour m'habiller. Aucune utilité. Je marchais le long de ces rues pavés. Sans me soucier du reste. Dans les alentours de 19h dans ces ruelles, il n'y avait personne. À moins que ce ne soit à cause du côté malfamé. Je n'ai jamais su et m'en fiche. Je marchais pour arriver à destination, sauf que je ne me doutais pas de la suite...

« Il est beau ton haut... C'est du quoi hum ? »


Deux hommes et un qui parlait. Décidément, dans quel merdier je m'étais foutu. Je continuais de marcher les ignorant. Après tout, la violence n'est pas la solution. Puis là, outre des menaces subjectives, ils n'avaient rien fait. Je ravalais ma salive accélérant le pas, eux aussi... Soudain, alors que j'allais courir, une main vint attraper mon épaule pour me tirer vers l'arrière. Puis soudain, une fois face à l'un des hommes, il me colla un poings dans le visage. Me faisant tomber sur le coup.
L'homme me releva pour alors m'en remettre un. Tandis que je me re-étalais par terre, je sentais une main baladeuse dans mon pantalon. Dans mes poches de pantalon pour être précis. Je ne comprenais pas trop ce qui se passait mais bon. Soudain, un éclair de lucidité me fit revenir à moi. Mon bras partit tout seul et donna un coup dans le visage de celui qui me fouillait. Je me releva en titubant un peu avant de regarder celui qui semblait être le cerveau du duo.

« Non mais … Tu es sérieux là ? »


Je me mis à courir pour leur échapper grommelant dans ma barbe.

« Putain... Quelle merde.. »


Semés, je ne me rendis pas compte que je faisais tomber mon porte feuille dans ma poche et que de nouveau dans un endroit fréquenté, je m'enfonçais dans la ruelle jusqu'à ce que quelqu'un me rattrape. Hm ? Je me retournais pour voir alors une jeune demoiselle. Souriant, je regardais ce qu'elle me tendait pour alors sourire prenant doucement le tout.

" Ah ? En effet. Merci beaucoup, je sais pas ce qui se serait passé si j'avais perdu ça.."




- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


**** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** / **** / ****

**** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** / **** / ****
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yumi Wa


Féminin
Messages : 59
Age du perso : Dix-sept ans.
♥ Côté coeur : À gauche.

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: Sakura Ayasaka, Nora Woolf et Sanako Arima
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Pathétique. [Taito Natsume]   Dim 24 Fév - 10:56

Yumi se rendit compte qu’elle l’avait suivi jusque dans une ruelle que quand il prit enfin le portefeuille qu’elle lui tendait depuis environ cinq secondes. « Ah ? En effet. Merci beaucoup, je sais pas ce qui se serait passé si j'avais perdu ça.. » Pas grand-chose, il ne se serait pas passé grand-chose. Peut-être que si elle ne l’aurait pas fait, quelqu’un d’autre de pas tout à fait honnête l’aurait fait, aurait gardé l’argent et jeter le reste à la poubelle. Il aurait sûrement dû refaire ses cartes d’identité et voilà… Elle leva sa tête vers la sienne, remarquant le sourire du jeune homme. « De rien. » répondit simplement la jeune fille, s’apprêtant à faire demi-tour. Elle se stoppa immédiatement. Elle était face à deux hommes, deux hommes plus grands et plus forts qu’elle. Un des deux souriait. Mais ce n’était pas un sourire gentil comme celui du roux, mais plutôt un sourire... méchant? Les deux hommes ne lui inspiraient pas quelque chose de bien, en tout cas. Ils regardaient Taito, puis elle, puis Taito…

Ils les regardaient à tour de rôle, comme si ils se demandaient ce que soudainement, elle faisait ça. C’était des amis du roux? Il avait de drôle de fréquentations, celui-là. Bizarrement, quelque chose lui disait que non. Non, ce n’était pas des amis à lui, non, il n’avait pas de drôle de fréquentations comme ces deux-là. Yumi recula, presque derrière Taito. Non, ça ne lui disait rien de bon… Elle regarda autour d’elle, se disant que le suivre jusque dans cette ruelle était définitivement une très mauvaise idée. Pendant quelques secondes, les deux hommes s’étaient arrêtés pour reprendre leur chemin, lentement, regardant Yumi et Taito presque comme s’ils étaient des intrus dans leur territoire... Des intrus qu’ils devaient chasser, des intrus qu’ils devaient chasser pour leur propre survie. Et ce, à tout prix. Ils s’approchèrent encore plus et pendant l’instant de quelques secondes, Yumi espéra qu’ils allaient simplement continuer leur chemin. Sauf que non, ce n’était pas ça. Au contraire, un des deux s’approcha de Taito, ayant l’air de s’amuser.

« Hé le Roux, tu nous avais pas dit que t’avais une copine! » fit une grosse voix. La grosse voix appartenait au cerveau du duo, celui qui était près du roux en question. Celui qui semblait mener le jeu. Le jeu ? Non, pour Yumi ce n’était pas un jeu. Elle se maudissait en ce moment-même, se trouvant encore une fois pathétique. Se défendre ? Comment. Elle n’avait jamais pris de cours d’autodéfense ni rien de ces choses-là. En fait, elle ne savait encore rien de la vie. Si on l’attaquait, si on voulait la violer, que ferait-elle. Elle se demandait si seulement elle se défendrait. Si seulement serait assez forte, mentalement, pour être capable de se défendre. Quelque chose d’intérieur et d’invisible lui répondit que oui. L’autre homme avançait vers elle, un regard étrange, un regard presque vide… Il empestait l’alcool. Du coin de l’œil, elle le vit écraser sa cigarette contre une quelconque brique du mur et la lâcher. En silence, c’était tomber sur le sol. La jeune fille fronça les sourcils, tentant de prendre son courage à deux mains. Il fallait bien qu’elle le fasse un jour, elle n’était pas pour… pour faire quoi ? Aucune idée, il fallait seulement qu’elle fasse quelque chose, au moins.

Difficilement, elle leva le regard vers l’homme saoul. Avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, celui-ci la plaqua contre le mur, une lueur perverse naissant dans son regard. « Bordel... Lâches-moi! » Fini par lâcher Yumi, grognant presque. Ses pieds touchaient à peine le ciment et le visage de l’alcoolique était à moins de dix centimètres du sien. Son haleine puait terriblement que Yumi pouvait affirmer avec certitude qu’on pouvait la sentir à des kilomètres près! En exagèrent un tout petit peu, mais pas tant que ça. L’autre homme, ce qu’il faisait ? Il ricanait dans son coin, près à tabasser le soi-disant copain de Yumi. Non, ils ne la prenaient pas du tout au sérieux. Mais après tout, qui la prendrait au sérieux ? Cette jeune fille à l’apparence si fragile, si naïve… Mais à l’intérieur d’elle se cache une force qu’elle-même ne soupçonne pas en ce moment, une force près à se défendre. « Si tu nous donne ça… On serait peut-être près à ne pas faire de mal à la demoiselle. Elle est bien jolie tu sais, t’en as de la chance. » Fini par déclarer l’homme à la grosse voix. Le ça en question était bien sûr le portefeuille. « Par contre, si tu ne veux pas… » Celui qui retenait la jeune fille au mur l’empoigna par les cheveux, sans aucune pitié, sans aucune retenue. Ces longs cheveux roses dont Yumi prenait tant soin. Son autre main descendit vers sa poitrine, l’agrippant avec force, faisant des choses pas tout à fait catholique. « La ruelle est sombre, plus personne ne passe ici à cette heure-là… Il pourrait lui arriver bien des choses, ça serait dommage... »

Non, elle n’allait pas se laisse faire ainsi. Elle avait mal, à se faire tirer les cheveux ainsi. Yumi fronça les sourcils, plantant de toutes ses forces ses dents dans le bras de l’homme. Son genou quant à lui alla kicker ses parties intimes. Ayant touché le point sensible, il la lâcha enfin, s’écartant vivement. « La garce… C’est que ça fait mal, putain! » Marmonna-t-il.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Taito Natsume


Masculin
Messages : 29

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3eme.
♣ Colocataires: n°32 avec Alexya M. Green, Atios Featherstone & Neil Shugo
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Pathétique. [Taito Natsume]   Dim 10 Mar - 16:30

Des souvenirs... C'est fou comme quoi la vie, une simple vision, une situations hasardeuse peu vous donner une mémoire d'éléphant. La vision dans cette ruelle était une fille, la fille de tout à l'heure, collée contre le mur par un homme armé avec trois porcs qui s'occupaient d'elle de manière qu'elle semblait pas apprécier. Tout ceci me rappelait des souvenirs que j'aurais voulu oublier à jamais...
Je m'en souviens encore... Ces pas pressés, ce regard qu'avait ma soeur. Elle semblait coursée par la mort et moi aussi sans que j'en ais conscience. Sa main tenant la mienne, mon coeur et sûrement le sien qui battait mille fois trop vite. L'ambiance avait été morbide comme si un malheur allait se passer et c'est sur cette pensée que de nul part, trois hommes nous avaient séparés. Rien que cette pensée, je revoyais ce regard, cette main tendue... Puis mon cri. J'avais eu peur ce soir là, peur moi moi et ma soeur. La voyant assaillit. Ces hommes la tripotaient, ils s'amusaient à la toucher et moi.. J'étais impuissant.
Mais c'est aussi là qu'un homme est apparu et nous a aidé. Ce souvenir, il restera à jamais dans ma mémoire de part le choc. Et là, j'avais l'impression de voir la même scène. Trois hommes sur une demoiselle... Pas question d'être impuissant, je vins donc à me faire entendre, au risque de prendre cher, tant piss.

« Foutez lui la paix... »


Haha, comme si ça allait les arrêter. Voilà que sur le groupe, deux sur trois environ se placent proche de moi avançant tranquillement tout en ricanant. Ils n'ont pas peur... Moi non plus... Du moins, pas visiblement. Ils me tournent autour tel des requins, tandis que moi, je vois la demoiselle entrain de se faire toucher... Insupportable comme vision... La scène se reproduit... Je tente donc de foncer, mais voilà que mon geste me coûte.
Un des deux me prend par les épaules et me maintient, l'autre quant à lui me frappe dans le ventre. Je crache un peu de sang sur le coup, celui-ci ne s'étant pas retenu puis je tente de crier de manière masculine disant à la demoiselle de pas se laisser faire. Qu'elle prenne son courage en main et parte. Bien que je ne vois pas l'arme blanche de son agresseur, auquel cas je n'aurais pas dit cette stupidité.
Me décidant à vouloir aider, je vins à reprendre mon souffle pour alors donner un coup de tête vers l'arrière à celui qui me tenait, puis un coup de pied bien placé dans les parties du mec devant moi. Ainsi, deux sur trois étaient out un petit instant. De ce fait, je pouvais courir vers l'agresseur de la belle sans savoir qu'il était armé.

« Lâche la !!!! »


Arrivant proche de l'homme, je vins à voir trop tard son arme blanche, celui-ci me donnant un coup de manière diagonale déchirant mon haut. Faible coupure, mais suffisante pour me faire saigner. Surpris, je vins à reculer posant ma main sur mon torse pour alors le voir. Visiblement captivé, je faisais signe à la demoiselle de partir... Quitte à me sacrifier, au moins elle serait sauve. Le regard sérieux, je fixais l'homme dans les yeux le défiant presque du regards, alors que ma main gauche faisait un signe de « Ouste du balais » à la demoiselle.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


**** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** / **** / ****

**** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** **** / **** / **** / **** / ****
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pathétique. [Taito Natsume]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pathétique. [Taito Natsume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MATSUYAMA :: » Rues & Ruelles-