Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Apprends moi à rêver... [Yahiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Willow E. Skimoh


Féminin
Messages : 21
Age du perso : 17
♥ Côté coeur : Haaaamsteeer <3

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: n°28 avec Akiya A. Ota, James O. Baker & Tamiko Moana Ito.
♣ Relations:

MessageSujet: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Mer 13 Mar - 3:20

    Cette nuit-là, tu avais rêvé de ce jour, ce jour où tu étais monté sur scène la première fois. Tu étais alors au collège à ce moment. Malgré ta timidité, la passion que tu avais pour ton instrument t'avais poussé à te produire en public. Tu étais dans un coin sombre, où tu voyais tout le monde et où personne ne te voyait. Seule une ombre était visible à ta place. Tu avais choisi la basse pour le son qu'elle produisait, mais également pour la place qu'elle occupait dans un groupe. A l'ombre sur la scène, indispensable au bon fonctionnement du groupe. Une place idéale pour toi...

    A ton réveil, tu tétais étirée à la manière d'un chaton qui vient de passer la nuit collé à sa mère. Comme à ton habitude, tu avais prit ta douche, t'étais habillée de manière légèrement particulière et avais prit le chemin des cours. La journée s'annonçait basique, la routine t'avais embrigadée.

    Les cours étaient terminés, tu étais dans ta chambre, là bas, à l'abri de la pluie qui s'abattait dehors. Ton lecteur de musique vissé dans les oreilles, tu te rappelais une nouvelle fois tous ces concerts si amusants à tes yeux. Merde ! Pourquoi tu étais partie de là bas déjà ? Tu avais cent fois rêvé d'être acceptée comme tu étais, avec tes différences. Tu n'aimais pas être considérée comme une folle sous le simple prétexte que tu n'étais pas un mouton de la mode américaine envahissant les classes de ton lycée d'Amérique. C'était pour cela que tu étais arrivée ici. Mais depuis ton arrivée, tu avais délaissé certaines choses chères à tes yeux. Tes yeux se posèrent alors sur ton bureau. Ta machine à coudre y trônait fièrement, des chutes de tissus restaient inanimées sur le sol tandis qu'un début de Cosplay s'était emparé du dossier de ta chaise. La couture, ça, tu n'avis pas oublié. Tu tournais alors la tête vers le coin de la chambre situé à droite de ta position. Un étui y avait élu domicile et prenait la poussière. Tu te redressais et lui faisait face, l'hésitation visible sur ton visage. Tu soupirais alors profondément. Tu te levais et t'approchais du fameux étui que tu ouvrais. Ta basse à présent entre tes mains, tu souriais comme une enfant face au sapin de noël illuminé. « T'as gagné... »

    Après avoir prit la précaution de regarder le temps dehors, tu grimpais quatre & quatre les escaliers menant aux toits du pensionnat. La porte s'ouvrit alors face à toi. Les rayons du soleil couchant vinrent caresser ton doux visage. Quelques pas plus tard, tu étais assise sur le rebord du toit, basse entre les mains et tu commençais à jouer, doucement, un morceau joué lors d'un concert. "In the end". Tu te surpris même à chantonner l'air de la chanson. Tu restais là plusieurs dizaines de minutes avant qu'un bruit vint attiré ton attention.

    En te retournant, tu remarquais que tu n'étais plus seul. Quelqu'un te faisait à présent face. Il devait avoir la vingtaine, te regardait simplement. Tu le sentais attentif, comme s'il s'y connaissait en musique. Tu baissais doucement les yeux, ne sachant que dire ou faire. Tu l'avais croisé aujourd'hui, cette personne. Tu te souvenais de sa chevelure blonde, de ses lunettes. C'était rare ici, les lunettes. Il portait des dossiers lors de ta première "rencontre" avec lui. Tu en conclus à présent qu'il devait s'agir d'un nouveau professeur de l'établissement. Mais, professeur de quoi ?

    « Pardon pour le carnage auditif... Je n'avais pas joué depuis longtemps. Je suis un peu rouillée... »

    Tu te grattais doucement la tête avant de secouer tes cheveux dans tous les sens. Ta robe noir, bouffante, traînait au sol, dans l'eau. Ton unique mitaine descendait sur ton coude droit alors qu'elle aurait dût remonter à ton épaule. Le chapeau te servant d'unique accessoire du jour glissait lui aussi, sur le derrière de ta tête. Tu soupirais alors.

    « Je peux vous demandez qui vous êtes ? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Couleur : #ED930C
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yahiko Takagi


Masculin
Messages : 19

Carte d'identité
♣ Année scolaire:
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Mer 13 Mar - 8:08

Il courrait. Poursuivit par les ténèbres, ne voulant pas y sombrer. Il courrait dans un couloir sans fin, les murs tâchés de sang, ses bruits de pas s'étendant dans un écho insupportable. Entre deux sueurs froides, il se retourne, voit l'ombre nocturne, son œil démoniaque semblait le scrupter. Alors il courrait, sans savoir où aller, sans savoir si il sortira de ce satané couloir, sans savoir ce qu'il fuyait. Pourtant il courrait encore et encore ... Jusqu'à ce qu'il tribuche, arrachant un cri après sa chute, il n'eût pas le temps de reprendre ses esprits, il fut submerger par cette chose. Il hurla.

Se réveillant en sueur, le jeune professeur Takagi avait une mine de zombie à moitie brûlé qu'on aurait lui même déterré le matin. Il ne bougeait pas, encore secoué par l'intensité du cauchemar qu'il venait de faire, la moindre sensation avait été d'un ressenti effrayant. Son cœur qui battait la chamade, les points de côtés de sa course effrénée, la douleur de la chute, la terreur de la prise .... Si réel et si fictif à la fois, magnifique et horrible contraste produit par le cerveau.

Il posa un pied à terre, lui, en caleçon allait ouvrir les volets de son petit studio. Il était nouveau dans les environs mais les voisins avaient l'air très sympa. Et heureusement d'ailleurs. Bon c'est pas que l'anglo-ninpon était un véritable fêtard, au contraire trouvant souvent que la musique est réduit à l'état de bruit, il n'y avait pas beaucoup de choses qui l'énervait ce point, mais il ne voulait pas entendre ses voisins hurler contre le brouhaha qu'ils prétenderont entendre lors qu'il répétera. Ouvrant un peu les volets de sa fenêtre, il vit la pluie qui tombait du ciel, tel des flèches d'eau cribblant les humains depuis le ciel afin de les laver de leurs péchés. Ah ben le voilà poète maintenant, n'importe quoi.

Cherchant des habits propres un peu partout dans le grand bazar qu'était son petit 2 pièce, il trouva des partitions d'une composition perso. Il en jubillait ultérieurement, lui qui avait passer la moitié de la soirée d'hier à chercher ses foutues partitions, et voilà qui les trouvait peut être 6 heures après la fin de ses recherches, marqués surtout par sa somnolence précoce. Posant les précieuses feuilles dans une pochette alentours, il prit des vêtements propres avant de se faufiller tel un chat dans la salle de bain. Il en sortit tout beau tout propre après 15 minutes de nettoyage corporel.

Yahiko prit le paquet de cigarette qui se trouvait sur sa table de chevet, il en tira une de ces précieuses tige, tenta à 3 reprises avant d'y parvenir, d'y enflammer le bout à l'aide d'un briquet, le remit dans sa bouche avant de la jeter à terre et de l'écraser avec la semelle de ses chaussures. Il divaguait complètement le petit prof de musique, le voilà entrain de s'allumer une clope sans même être fumeur, juste pour se donner un genre. Décidément faut vraiment faire quelque chose, même si personnellement je penche beaucoup vers l'hôpital psychatrique ... Comment ça je suis le narrateur et je dois la fermer ?! Je ... Je ... Je sors ok.

Petite promenade matinale, dix minutes de marche suffisait et nous voilà arrivée au cher Pensionnat Rayen où Yahiko Takagi enseignait je vous le donne en mille .... la musique et le chant. Bon c'était pas ce qu'on pouvait qualifier d'ancien, donc très peu d'élèves ne l'avaient même pas rencontré ou même juste croiser. Mais vous savez quoi ? Il n'a pas peur loin de là, la musique rassemble les gens elle ne les sépare pas, donc il allait faire de même avec ses élèves, pour donner envie à la jeune génération de faire de la musique. Que se soit professionnellement ou même pour son propre plaisir ou encore mieux les deux !

Un jeune blondinet se baladait dans l'enceinte du pensionnat il ne connaissait pas vraiment les lieux et il préférait tont découvrir par lui même. Il commençait déjà par la salle des professeurs, tout le monde n'arrêtait pas de parler là-bas, soit ils parlaient soit ils buvaient du café, Je me demande si le musicien s'intégrera vite. Continuant sa visite, il sortit dans la cour, elle était grande, imposante aussi bruyante qu'une salle de concert. Yahiko esquissa un sourire ravi, que de bons souvenirs, ses moments de partage, de sensation, de musique quoi. le professeur Takagi continuait sa petite visite des lieux, son sourire aux lèvres, ses casques sur les oreilles, enfin plutôt sur une oreille à la manière des Djs qu'il était d'ailleurs. Ces temps-ci, le jeune professeur était dans l'étude de la musique West Coast, Gangsta Rap. Oui car lui étudiait tous les styles de musiques afin peut être de proposer un spectacle en fin d'année, mais tout cela reste pour le moment un projet complètement dérisoire. Revenons à nos partitions.
Il avait beaucoup de retomber sur ce genre musicale, et il voulait se forger un avis propre. Tout d'abord, il appuyait beaucoup sur les basses, avec une musique d'arrière fond reflettant l'ambiance dans la chanson. Tout était fait pour mettre en avant le débit de paroles du rappeur, ce que les jeunes appelaient communément le "Flow". C'était plutôt plaisant à écouter, si on supprimait les insultes omniprésentes dans la musique, les jeunes devaient adorer ça, mais Yahiko lui trouvait ça un poil trop vulgaire. Mais bon au début ce style était une musique contestataire, en pleine période de racisme, et même si on est plus en période de grands racisme, il en existe encore. Bref tout ça pour dire que les insultes c'est pas bien sauf si il y a une vraie raison.

Continuant sa petite visite, le blondinet commençait à monter vers le toit, cet endroit théoriquement interdit aux élèves devait avoir un panorama fabuleux. Ah le Japon, il en a des problèmes ce pays mais purée qu'est ce qu'il est beau, et agréable à vivre même les Yakuzas sont civilisés. Enfin arrivé â destination, il ouvrit la grande porte en métal menant réelement au toit, il posa celle-ci qui s'ouvrit dans un grincement. Yahiko y pénétra sans un mot, se laissant enivré par la douce caresse des rayons astraux, n'inspiration lui montait au cerveau, mais il ne dit rien. Parfois il vaux mieux se taire et apprécier plutôt que de commenter et tout gâcher.

Ouvrant un œil et surtout ses oreilles, il entendit le son grave mais doux d'une basse. Ce pilier d'un groupe, lui qui accompagne directement la percussion et la guitare, lui qui si on enlève donne un sentiment d'imperfection à une musique. Il aurait tellement de choses à dire sur le comment améliorer le style pour donner des effets de genre mais comme dit plus haut, il préférait écouter sans un bruit sans un mot. Finalement il regardait la jeune fille, ses longs cheveux noires flottant au gré du vent, son teint enfantin, elle devait avoir 16-18 ans pas moins, pas plus. Enfin elle le vit, très gênée par sa présence, en même temps il n'avait rien dit et n'avait donc pas signaler sa présence.

«Pardon pour le carnage auditif... Je n'avais pas joué depuis longtemps. Je suis un peu rouillée... »

En fut très surprit, il ne dit rien. Elle parlait de massacre mais c'était plus que bien, quelques accrochages à certaines notes, une pointe de décalage dans le tempo mais à part ça c'est vraiment très bien. Maintenant, il farfouillait dans son cerveau pour lui donner des conseils ludiques et pointilleux, mais enfaite tout ça dépendait du genre recherché. Mais bon, prenant comme genre le Jazz, il regardait toujours sans un mot la jeune demoiselle.

« Pour obtenir un son plus jazzy, tu devrais rester sur le grave en accentuant un petit peu plus. Au lieu de faire un "Sol" tu joues un "Sollll" et si tu y arrives tu peux essayer de le piquer "Sol. Ré. Mi." Bien marqué une courte pause avant de reprendre »

Elle semblait abasourdi, son chapeau tombant à moitié sur l'arrière de sa chevelure, elle essayait de se démarquer, ne ressembler à personne d'autre. C'était admirable, et il ne pouvait qu'apprécier le geste.

«Je peux vous demandez qui vous êtes ? »

Son air dépassé fit rire le jeune Yahiko, il toussota alors comme pour étouffer un rire ou une blague très nul ou douteuse. Il fixait de nouveau la jeune fille, son casque crachant toujours sa musique de "dégénéré". Il souriait.

« Yahiko Takagi, Professeur de musique et de chant comme t'as peut être pu le constater. Et tu peux me tutoyer on est pas en cours et je suis pas vieux jeu à ce point »

Il se grattait la tête en rigolant un peu, il était comme ça un peu simplet, sans artifices, et il allait bientôt leur montrer pourquoi il était venu. Plongeant de nouveau son regard dans celui de son interlocutrice il lui dit:

« Et toi qui es-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Willow E. Skimoh


Féminin
Messages : 21
Age du perso : 17
♥ Côté coeur : Haaaamsteeer <3

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: n°28 avec Akiya A. Ota, James O. Baker & Tamiko Moana Ito.
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Jeu 14 Mar - 20:25

    « Pour obtenir un son plus jazzy, tu devrais rester sur le grave en accentuant un petit peu plus. Au lieu de faire un "Sol" tu joues un "Sollll" et si tu y arrives tu peux essayer de le piquer "Sol. Ré. Mi." Bien marqué une courte pause avant de reprendre »

    Euh... Attendez là... C'est qui lui ? Tu savais que c'était un professeur mais à présent, tu te doutais que ce n'était pas n'importe lequel. Heureuse de ne pas être tombée nez à nez avec un professeur de mathématiques, tu étais cependant déçue de lui avoir offert un spectacle musical rouillé. Pourtant, il t'avait donné des conseils que tu t’empressais d'appliquer à la lettre en te retenant de fredonner les paroles de la chanson. En effet, cette nouvelle notion allait t'être bien utile pour la suite... Si tu te décidais à reprendre définitivement la musique et à ne pas laisser ta pauvre basse dans un coin de chambre comme tu avais put le faire jusqu'à aujourd'hui.

    « Yahiko Takagi, Professeur de musique et de chant comme t'as peut être pu le constater. Et tu peux me tutoyer on est pas en cours et je suis pas vieux jeu à ce point »

    Oui, tu l'avais remarqué. Tu l'avais remarqué à son oreille attentive premièrement, puis à son attention à te donner des conseils plus qu'utile. Tu savais à présent son nom. Un nom typiquement japonais, bien qu'il n'en ait absolument pas le physique. Tu te fiais surtout à la couleur de ses cheveux. Ils étaient d'un blond éclatant. Le soleil aimait jouer avec eux, le vent adorait passer parmi les mèches et son oreiller semblait être un excellent coiffeur. A moins que cet effet décoiffé soit totalement voulu. Les lunettes qu'il avait posé sur son nez, tu n'aurais pas su dire si elles lui servaient à lire, ou simplement à faire la décoration. Toujours était-il que ça lui donnait un certain genre. Le soleil reflétait sur ses verres, tu ne pouvais pas voir la couleur de ses yeux. Déçue... Toi qui aimait tant regarder les yeux des gens... Tu secouais la tête. ton instrument posé dans sa housse, à côté de toi, tu posais tes yeux sur ce coucher de soleil. Les rayons de l'énorme boule de gaz reflétaient dans les flaques d'eaux. Dehors, on sentait que la pluie était tombée sur le béton.

    « Et toi qui es-tu ? »

    Toi ? C'est vrai. Et toi, qui étais-tu ? Tu n'étais pas sûre d'en avoir la réponse. Que voulait-il ? Ton nom, ton âge ? Ta profession ? Non, on voyait bien que tu étais étudiante. Il s'en doutait, il ne t'avait pas croisé en salle des professeurs après tout. Qu'allais-tu lui répondre ? « Lui répondre que je ne suis personne n'est sans doute pas une bonne idée... Il va penser que je veux me suicider ! » Tu riais intérieurement à cette pensée : mourir ne t'avais jamais traversé l'esprit. Tu aimais voir les choses de la vie. Tu te tournais à nouveau vers lui, juste assez pour le voir.

    « Willow. »

    C'était le seul mot qui avait décidé de sortir de ta fine bouche. Avec un peu de chance, ce professeur de musique pourrait être le tient ! Si seulement tu savais comment s'inscrire à son cours... Attends, pourquoi est-ce que tu pensais soudainement à reprendre sérieusement les cours de musique ? Au fond, ça devais te manquer... ça te manquait tant que ne pas jouer... Coudre, c'était bien. Mais jouer, c'était fabuleux. Surtout face à un public.

    « J'm'appelle Willow. Qu'est-ce qui amène un professeur de musique, après les cours, à venir sur le toit ? On vous a nommé surveillant aussi ? »

    Évidemment, tu disais ça en rigolant. Un sourire, bien que petit, marquait à présent ton visage ; un signe de sympathie ou simplement un sourire échappé ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Couleur : #ED930C
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yahiko Takagi


Masculin
Messages : 19

Carte d'identité
♣ Année scolaire:
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Jeu 14 Mar - 23:07

Un sourire. Une surprise. La jeune fille s'empressait de mettre les conseils du professeur en action, elle écoutait et comprenait. Yahiko ne comprenait pas cette expression déçue qu'il pouvait voir sur le visage de la jeune fille. Willow était son nom, elle avait tout d'une ancienne musicienne, elle l'était peut être encore animé par la flamme musicale, mais elle n'en donnaît pas vraiment l'air. Elle avait l'air d'une fille gentille. bon c'est un peu facile de se faire des idées sur une personne sans la connaître. Mais bon, pour Yahiko une personne qui aime la musique est automatiquement une personne qui l'apprécie

« J'm'appelle Willow. Qu'est-ce qui amène un professeur de musique, après les cours, à venir sur le toit ? On vous a nommé surveillant aussi ? »

Yahiko s'approcha d'elle en souriant, un sourire aussi étincelant qu'un rire d'enfant en bas âge. Puis il s'agenouilla près d'elle, il enleva sa paire de lunettes avant de la mettre en l'air, elle reflettait les rayons du soleil. Il plongeait ses yeux noisette dans le soleil, cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas fait, et pourtant il devrait le faire plus souvent. Le ciel était une mine pour les artistes en quête d'inspiration, le ciel est infini comme l'océan, bleu comme la mer, le ciel était un contraste entre le jour et la nuit, passant du bleu au noir. Yahiko enfila ses lunettes sur les yeux de Willow. Pourquoi ? Ben j'en sais rien ce type est étrange, il est extrêmement généreux. Et aussi parce qu'il jouait bien mieux sans ses lunettes.

« Je suis juste un professeur mais la vue est magnifique ici. Et comme je suis en quête d'inspiration ! Dis Je peux t'emprunte ta basse ?»

Sans même attendre qu'elle lui donne son accord, il lui subtilisa son instrument. avant de s'éloigner un petit peu d'elle pour éviter qu'elle ne lui reprenne un peu trop rapidement. Il ne pouvait retire ce sourire niais de ses lèvres, il était comme un gamin venant de voler un objet à l'une de ses amies et courrait dans tout les sens pour éviter qu'elle ne lui subtilise à son tour. Yahiko se mit à jouer de la dite basse, doucement il tentait d'improviser quelque chose, essayait d'y incorporer tout ce qui se trouvait autour de lui. Yahiko ne chantait pas tout de suite, cherchant des paroles, il ne voulait pas chanter en japonais comme tout les autres. L'anglais était bien mieux, cela sonnait bien. Prenant une voix très grave, très blues.

" Can you play some rock'n'roll,
With me if I asking you ?
Every Morning I want to die,
Every Night I reborn
When I Can hear your voice.
I feel you can broke my heart.
But baby, please don't kiss me,
'cause I stay a bad guy.
With me you never feeling free
I want to take all our time ... "

Yahiko continuait de jouer mais arrêtait de chanter, préférant se laisse porter la mélodie. Il était vrai qu'il ne jouait pas merveilleusement de la basse, car lui jouait de la guitare, mais cela n'était pas si différent, et il arrivait quand même à sortir quelque chose de plus ou moine passable. Cela rendrait mieux sur ses instruments de prédilection. Quoiqu'il en soit, c'était toujours un plaisir de jouer d'un instrument et ce panorama si particulier lui donnait une grande inspiration. Puis il s'arrêta complètement de jouer, revenant vers la jeune fille, il lui tendait sa basse en souriant.

« Voilà, je te la rend ! Parcontre elle n'est pas bien accordé, un demi ton en dessous ! Et les lunettes te vont bien ! Mais dis moi, que fait-une élève après les cours sur le toit de son pensionnat ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Willow E. Skimoh


Féminin
Messages : 21
Age du perso : 17
♥ Côté coeur : Haaaamsteeer <3

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: n°28 avec Akiya A. Ota, James O. Baker & Tamiko Moana Ito.
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Ven 15 Mar - 2:02

    « Je suis juste un professeur mais la vue est magnifique ici. Et comme je suis en quête d'inspiration ! Dis Je peux t'emprunte ta basse ? »

    Euh... On va pas être copain là ! Il t'avait emprunté ton instrument. Ton jouet, ton donneur de plaisir personnel. Certains se shootaient à la drogue, toi tu étais shootée à la musique, aux cosplays et aux mangas . Inutile de préciser que c'était beaucoup plus sain pour le corps, mais aussi pour l'esprit. Bon, c'est vrai qu'à force de rester enfermer chez vous avec votre machine à coudre, un manga ouvert face à vous et du rock qui traine en fond sonore peut vite s’avérer dangereux pour votre santé mentale. Mais toi, tu t'en fichais complètement, tu étais comme ça après tout. Actuellement, tu avais les yeux rivé sur ce nouveau professeur. Celui qui avait prit ta basse en otage. Tu le guettais comme s'il allait s'enfuir dans la seconde. Tu ne t'étais même pas rendu compte que tu avais ses lunettes sur le nez jusqu'à ce que tu les remontes par reflex lorsqu'elles glissèrent. u avais déjà porté des lunettes lors de divers cosplay. Lunettes de soleil, lunettes de vue... Un simple outil pour toi. Juste un accessoire. Mais tu voyais flou à travers celles-ci. Des lunettes de vue... Il avait donc des yeux de feignasse ? Elles te faisaient mal à la tête à rester posée là, sur ton nez. alors tu les relevais jusque sur le haut de ton crâne, à la manière d'un sert-tête.

    Il chantait. Il était doué, bien qu'il ne semblait pas habitué à la basse. Quelques notes maladroites trainaient par-ci, par-là. Mais la mélodie n'en restait pas moins vraiment belle. Sa voix, celle avec laquelle il chantait ces quelques paroles en anglais s'accordait parfaitement avec l'instrument. Tu te laissais bercer par ces notes jouer avec une telle délicatesse, mais une telle force... Perdue dans un songe, un rêve, tu ne te rendis pas tout de suite compte qu'il en avait terminé.

    « Voilà, je te la rend ! Par contre elle n'est pas bien accordé, un demi ton en dessous ! Et les lunettes te vont bien ! Mais dis moi, que fait-une élève après les cours sur le toit de son pensionnat ? »

    Tu le regardais avec de grands yeux quelques secondes, le temps que l'information te monte au cerveau. Tu saisis alors la basse que tu accordais correctement en suivant à nouveau avec précaution son conseil. Tu la posais alors dans son étui. Tu posais tes mains derrière toi, tu t'appuyais dessus. Tu avais croisé ses yeux au détour d'un regard lorsque tu avais reprit son instrument. Ils étaient marrons. Marrons foncés, mais juste assez.

    « Moi ? Et bien... C'est ma basse. Elle m'a donné envie. Et j'aime l'odeur de la pluie, tout comme j'aime le coucher du soleil... Les lunettes, hein... Elles sont bien mieux là-haut ! »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Couleur : #ED930C
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yahiko Takagi


Masculin
Messages : 19

Carte d'identité
♣ Année scolaire:
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Ven 15 Mar - 2:46

« Moi ? Et bien... C'est ma basse. Elle m'a donné envie. Et j'aime l'odeur de la pluie, tout comme j'aime le coucher du soleil... Les lunettes, hein... Elles sont bien mieux là-haut ! »

Paroles maladroites, sans réels implications. Le malaise. Voici ce que percevait Yahiko lorsqu'il entendait les paroles un peu hésitante de la jeune fille, elle n'avait sûrement pas apprécié le petit "kidnapping" selon instrument de musique par le professeur un brin loufoque. Il y comprenait très bien pourquoi ? Un artiste est la personne la plus égoïste une fois son instrument en main, il devient une sorte d'aventurier perdu dans un labyrinthe, il n'entend personne, il n'écoute personne, seul sa musique compte. Si si. appartement ou sa chambre est prit sous les flammes, son instrument sera la première chose qu'il pensera à sauver. Oh et surtout n'aller pas croire qu'il laisserait sa famille ou sa copine ou son copain rôtir à feu doux. Ce ne sont pas des monstres ... Quoique.

Yahiko ne pouvait détaché son regard de celui de la jeune fille, il voulait voir ce qu'elle savait faire, ce qu'elle pouvait faire. Avec ou sans voix cela lui était complètement égal, il voulait simplement entendre sa musique à elle, enfin plutôt son registre musical. Yahiko ne pensait pas qu'elle composait, cela était absolument certain dans son crâne, mais en tout cas on ne pourrait lui enlever l'idée que cette jeune fille a sûrement du potentiel. Se mettant dans la peau d'un de ses producteurs ninpons, il évaluait mentalement l'artiste, physiquement en tout cas. Elle était plutôt mignonne, et serait sûrement pas mal comme "Idol" même si il fallait avouer que ses sentiments pour le travail ou plutôt le rendu musical de ces artistes frôle le haïssement.

Une idée folle traversa son cerveau étroit, une idée complètement saugrenue et peut être irréalisable, mais cela restait tout de même possible. Se grattant la tête avec force, Yahiko se perdit dans ses pensées, et au même instant, la douce caresse d'une brise de journée pluvieuse vint se faire sentir sur ses joues, secouant dans tout les sens les cheveux blonds du professeur de musique. Sans s'en rendre compte, le jeune Takagi faisait des tours autour de la jeune fille qui devait sûrement ne rien comprendre, mais vraiment rien du tout. Abandonnant sa chevelure luxuriante si je suis dire, il s'attaquait à son menton, le grattant doucement comme si il s'agissait de la coquille d'un œuf, risquant de se briser à chaque instant.

« Ça te dirait de prendre des cours particuliers ? Pour perfectionner ton style et tes techniques à la basse ?»

Il arborait toujours un sourire enjoleur, un sourire identique à celui que pourrait avoir une personne dont la petite amie avait accepté de l'épouser. Comparaison douteuse ? Peut être mais au moins vous avez une idée précise de la façon dont Yahiko souriait. Continuant à faire des tours autour de la jeune Willow, il était de nouveau plongé dans ses pensées, son idée folle se concrétisait dans sa tête, même si il y avait très peu de chance qu'elle accepte il devait essayer, il serait très content qu'elle accepte.

« Est-ce que tu serais prête à rejoindre un groupe ? Et faire des concerts ? Je te préviens qu'il n'y a pas d'autres membres et cela reste un grand projet qui j'espère se réalisera ! Et puis c'est sympa la scène !»

Yahiko s'était maintenant arrêté de tourner. oui c'est fatiguant de faire la toupie, et il regardait de nouveau la jeune fille mais cet fois-ci son regard avait changé, il était maintenantil sérieux pratiquement sans aucune joie, pourtant il souriait toujours avec une extrême franchise. Nouvelle brise glaciale, le ciel le savait, l'ambiance s'était rafraîchit et comme pour montrer que rien ne pouvait lui échapper, il lâcha un petit vent, je vous vois venir petit plaisantin immature mais là je parle bien de la brise. Le jeune Takagi frissonna un moment, puis redevenait droit comme un piquet. Il avait peut être un peu trop d'ambition ? Peut être se laissait-il trop emporter ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Willow E. Skimoh


Féminin
Messages : 21
Age du perso : 17
♥ Côté coeur : Haaaamsteeer <3

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: n°28 avec Akiya A. Ota, James O. Baker & Tamiko Moana Ito.
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Ven 15 Mar - 4:07

    Il tournait autour de toi. Mais il ne tournait pas comme un prédateur l'aurait fait. Il tournait autour de toi, après avoir détaché son regard du tien. Il tournait de la même manière que tournerait quelqu'un qui réfléchit. Tu fus étonnée de le voir plonger son regard dans le tient. Tu en étais même arrivée à penser qu'il voulait voir quelque chose. Mais comme tu l'as remarqué, il ne voulait pas quelque chose de sexuel. C'était comme s'il attendait quelque chose. Comme s'il voulait voir quelque chose. Il t'avais alors regardé en souriant comme un enfant. Non, plutôt comme un homme heureux. Il venait, visiblement, de trouver une idée un peu particulière et sans doute géniale.

    « Ça te dirait de prendre des cours particuliers ? Pour perfectionner ton style et tes techniques à la basse ? »
    « Des c-cours pa-particuliers ?! »

    Pourquoi tu semblais hésiter ? Tu savais au fond de toi que tu en mourrais d'envie, de ces cours. Tu y avais songé depuis ta rencontre avec ce professeur à peine quelques dizaine de minutes plus tôt. Au fond de toi, tu ne souhaitais que reprendre la musique pour ne plus la laisser. Jamais tu n'avais réellement voulu arrêté. Mais ton départ d'Olympia, ta ville natale, tu n'avais pu trouver le temps et l'envie de jouer. Soit, ton départ était choisi. Mais ce changement t'avait quelque peu chamboulée. Après tout, tu avais tout changé dans tes habitudes...

    « Et bien... Donnez moi vos jours, vos horaires. Je serais à l'heure ! »

    Cette réponse était, évidemment, une réponse positive à la proposition. Pourquoi s'en priver ? Soit, tu n'avais pas l'argent pour le payer. Mais si ce n'était que ça, tu trouverais un petit job, tu le payerais en vêtements faits mains ou encore en cookies ou en brownies. Tu souriais, d'un sourire sincère. Ses cours étaient sans doute la meilleure chose qu'il t'était arrivé depuis ton arrivée ici. Tu le regardais, tu le voyais qui réfléchissait encore. Quelle idée allait-il encore sortir de sa tête blonde à l'air si sérieuse soudainement ?

    « Est-ce que tu serais prête à rejoindre un groupe ? Et faire des concerts ? Je te préviens qu'il n'y a pas d'autres membres et cela reste un grand projet qui j'espère se réalisera ! Et puis c'est sympa la scène ! »

    Ces mots rappelèrent en toi des souvenirs oubliés chez toi, aux États-Unis. Tu te rappelais de ta période de collège durant laquelle tu faisais partie d'un groupe. Ce groupe où tu restais dans l'ombre bien que tu y sois indispensable. Tu avais déjà été sur le devant de la scène, en tant que chanteuse. Oui, il était parfois arrivé que tu remplaces la chanteuse qui avait tendance à être malade lors des concerts. La scène, tu ne l'avais que peu connue. Quelques fois durant les années de collèges, lors des festivals, des événements spéciaux. Vous vous étiez également produit dans des petites salles, dans des parcs, avec un public très réduit. Ce que tu avais préféré, c'était tout de même d'attirer l'attention. C'était que les gens ne regardent que toi lorsque tu leur faisais face. Et puis, il faut l'avouer. Les tenues provocantes choisies par la professeur en charge du club te plaisaient tout particulièrement...

    « Vous savez que c'est un projet un peu... Fou ? Vous m'avez l'air un peu... Beaucoup... Farfelu comme professeur... Mais j'aime assez cette idée. Ca fait bien longtemps que je ne suis pas montée sur scène. La plupart du temps, ma timidité m'en empêche... Mais lorsque j'y suis, j'y suis bien. Je vous suivrais dans votre drôle de projet. Mais attention, je n'ai pas joué depuis mon arrivée ici. Et bien que j'ai sept ans de basse derrière moi, je suis rouillée. Et bien même ! »

    Peut-être était-ce trop ambitieux comme idée. Peut-être n'allait-elle pas fonctionner. Mais au fond, qu'importait. La seule chose que tu voulais, c'était d'avoir de nouvelles expériences encore meilleure que celles du collège.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Couleur : #ED930C
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yahiko Takagi


Masculin
Messages : 19

Carte d'identité
♣ Année scolaire:
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Ven 15 Mar - 4:58

C'est drôle non ? De pouvoir lire dans une personne comme dans un livre ouvert, deviner à quoi pense une personne se trouvant en face de vous ? Beaucoup de gens vous dirons que c'est impossible, que ce n'est qu'une autre de ces croyances urbaines idiote. Yahiko le pensait aussi. Jusqu'à ce qu'il vit la jeune Willow hésité juste devant lui, à cette instant il avait l'impression d'être entré dans sa petite caboche, d'être l'un de ses neurone. Elle devait se demander si elle en était capable, et surtout des cours particuliers ça se paye, alors comment allait-elle faire pour financer. Mais elle ne devait vraiment pas s'inquiété pour si peu, c'est de la musique, la musique n'a aucun prix aux yeux de Yahiko et surtout il ne faut surtout pas oublier qu'il est professeur, et un prof est là pour enseigner à ses élèves, il est là pour les pousser, les encouragé là où il sait qu'ils ont du talent. Si il n'avait pas son loyer à payer, Yahiko aurait sûrement enseigner la musique gratuitement, et tous les jours.

«Et bien... Donnez moi vos jours, vos horaires. Je serais à l'heure !»

Ah oui les horaires ! Bien sûr, cet abruti congénital de professeur n'avait pas prit en compte ce petit paramètre qui s'avère être très important. Non mais je vous jure, dès fois je me demande comment ça se passe dans son cerveau, ça doit être un sacré bordel tout ça. Se grattant un petit le menton Yahiko se remettait à réfléchir, mais enfaite il n'avait pas besoin de réfléchir. Yahiko n'avait aucunes contraintes, quelque soit le jour, il viendrait. De toute façon, cela ne changerait rien à ce qu'il ferait dans son petit studio.

« Comme tu veux. Tu m'appelle et je viens. Et si tu pouvais avoir des cookies se serait encore mieux»

La jeune fille semblait ensuite absente. Sa proposition avait dû lui faire un choc. Il y a à peine 30 minutes ils étaient de parfaits étrangers et le voilà qui lui propose de rejoindre un groupe qui n'est même pas encore créé, il y a de quoi réfléchir tout de même. Yahiko voyait dans ce pensionnat une véritable mine à talents, il voulait que tous est la chance de pouvoir les admirer. Tous à leur manière était unique, et cela est l'un des critères obligatoire ou plutôt très important pour devenir un artiste accompli. Il ne faut pas que l'on te compare à une autre célébrité, à part si on dit que tu as un talent égal à celle-ci. Puis la jeune fille semblait s'être décidé, elle n'était plus perdu dans ses pensées et regardait de nouveau le professeur.

« Vous savez que c'est un projet un peu... Fou ? Vous m'avez l'air un peu... Beaucoup... Farfelu comme professeur... Mais j'aime assez cette idée. Ca fait bien longtemps que je ne suis pas montée sur scène. La plupart du temps, ma timidité m'en empêche... Mais lorsque j'y suis, j'y suis bien. Je vous suivrais dans votre drôle de projet. Mais attention, je n'ai pas joué depuis mon arrivée ici. Et bien que j'ai sept ans de basse derrière moi, je suis rouillée. Et bien même ! »

Yahiko s'en réjouissait, elle venait d'accepter sa proposition. Donc elle lui faisait un minimum confiance, et c'était bon à savoir. Le jeune Takagi s'était arrêté sur l'adjectif "Farfelu", il en fût quelque peu troublé. C'était la première fois qu'une personne utilisait un synonyme plus doux, moins agressif pour dire qu'il était bizarre. Et puis, Yahiko se posait la question, est-il mieux d'avoir un prof farfelu ? ou un prof amère et sévère ? Avec un prof farfelu, vous pouvez vous moquez de lui en lui envoyant quelque piques, les petits bavardages entre copains seront tolérés, Aucun de test surprise et très peu de devoirs. Je sais pas pour vous mais moi j'aurai adorer.


« Farfelu ? dit-il en souriant, Ouais t'as raison mais moi j'aime bien être farfelu, c'est mieux qu'être un prof hypocrite qui fera semblant de vous aimer, non ? Rouillé ou pas, je te préviens que tu vas bien bosser ma petite, en musique je ne plaisante pas»

À ces mots, il avait une sorte d'aura diabolique derrière lui. Il marmonnait des choses incompréhensibles d'ailleurs. Le professeur sentait son téléphone vibrer dans sa poche droite, mais pourtant ne répondait pas, il avait sûrement mieux à faire que de bavarder au téléphone. Il détestait ça, perdre son temps à parler pendant des heures et des heures avec une personne pour lui dire des choses non-interessantes en fin de compte. Yahiko sentit à nouveau un courant d'air frais, il frisonna une nouvelle fois. Malgré tout ça, il se sentait bien ici, il était comme chez lui, comme au paradis. Il jeta un coup d'œil au soleil qui entamait la fin de sa disparition hebdomadaire, contraste ultime si je puis m'exprimé ainsi, Orange, Bleu et Noire tout ça en même temps dans un mélange d'une surprenante harmonie.

« Tout bonnement magnifique ...»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Willow E. Skimoh


Féminin
Messages : 21
Age du perso : 17
♥ Côté coeur : Haaaamsteeer <3

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: n°28 avec Akiya A. Ota, James O. Baker & Tamiko Moana Ito.
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Ven 15 Mar - 15:07

La vision d'un ciel en fin de transition te donnait presque envie de courir dans tous les sens tellement elle était magnifique. Elle donnait à rêver, à partir dans un autre monde, un autre univers, un inconscient... Mais tu restais ici, assise par terre sur un sol mouillé par la pluie tombée au cours de l'après-midi qui venait de s'écouler. Le soleil avait disparu ne laissant derrière lui que de fin filet de lumière qui parvenait encore à vous réchauffez le visage, au professeur et à toi. Il faut le dire, il ne faisait pas réellement très chaud maintenant que l'obscurité s'emparait des lieux. Cependant, malgré la légèreté de la robe que tu portais, tu n'avais pas froid. Heureusement, s'habiller chaudement alors qu'on porte des robes et des jupes plus de la moitié du temps est loin d'être facile.

« Farfelu ? dit-il en souriant, Ouais t'as raison mais moi j'aime bien être farfelu, c'est mieux qu'être un prof hypocrite qui fera semblant de vous aimer, non ? Rouillé ou pas, je te préviens que tu vas bien bosser ma petite, en musique je ne plaisante pas. »

Sur ce point, il avait raison. Un prof complètement étrange, bizarre valait cent fois voir même mille un prof hypocrite qui ne supporte pas le moindre bruit. Les professeurs d'histoire étaient souvent comme ça, hypocrite et sadique, qui ne tolèrent pas la moindre petite entorse à leurs règlementations tout droit sorti du fessier d'un chien ou même d'un hippopotame qui n'a pas évacué les gaz depuis deux mois tellement ils sont réellement horrible. L'idée d'un règlement sorti du derrière bien odorant d'un aussi gros animal fit rire la jeune femme qui eut du mal à me pas partir dans un fou-rire auto-provoqué.

« Vous savez, je m'adapterais à vos horaires & vos jours. Alors vous pouvez me donner n'importe lesquels... Bon, pas vers 4h du matin non plus hein ! Je veux bien que je ne dorme pas beaucoup mais j'ai besoin d'un minimum ! elle affichait son traditionnel petit sourire. Elle fit tomber les lunettes du professeur, encore sur son crâne, jusque sur le bout de son nez à la manière d'une mamie qui tricote puis elle le regardait avec un faut air sérieux-sadique comme une mauvaise imitation d'un professeur insupportable. Je vous comprend là. La musique c'est comme la couture : mal joué, c'est pas beau, ça donne pas envie, ça perd son côté artistique et agréable. Je suis prête à bosser autant qu'il le faut ! L'idée est vraiment... Enfin semble vraiment irréalisable. Pourquoi je me lance là-dedans moi... J'sais pas. Merde, je parle toute seule... Excusez-moi. Professeur-Farfelu, vous avez entièrement raison ! Takagi-sensei, je m'en remet à vous ! Et j'aurais des cookies... Évidemment... »

Tu avais eut ici l'impression d'avoir parlé seule un moment. Il t'arrivait souvent de te parler à toi même mais d'habitude, tu étais seule en faisant ça. Enfin, après avoir dit tout ça, tu étais remontée à bloc. Tu avais cette drôle d'impression qu'avec cette personne, tu n'avais pas besoin de te cacher derrière une carapace faite en tortue bleue indestructible. Tu t'emparais à nouveau de ton instrument et commençait à jouer un petit air au hasard qui ne ressemblait qu'à un mélange de chanson populaire, comme si t'y remettre maintenant te ferait oublier que depuis que tu es là, tu n'as pas ou très peu joué...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Couleur : #ED930C
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yahiko Takagi


Masculin
Messages : 19

Carte d'identité
♣ Année scolaire:
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Ven 15 Mar - 17:49

«Vous savez, je m'adapterais à vos horaires & vos jours. Alors vous pouvez me donner n'importe lesquels... Bon, pas vers 4h du matin non plus hein ! Je veux bien que je ne dorme pas beaucoup mais j'ai besoin d'un minimum ! Je vous comprend là. La musique c'est comme la couture : mal joué, c'est pas beau, ça donne pas envie, ça perd son côté artistique et agréable. Je suis prête à bosser autant qu'il le faut ! L'idée est vraiment... Enfin semble vraiment irréalisable. Pourquoi je me lance là-dedans moi... J'sais pas. Merde, je parle toute seule... Excusez-moi. Professeur-Farfelu, vous avez entièrement raison ! Takagi-sensei, je m'en remet à vous ! Et j'aurais des cookies... Évidemment... »

Yahiko avait un sourire des plus étranges, il souriait de joie alors que la jeune fille n'était plus reelement sûre de ce qu'elle voulait faire, c'était fou comme projet, et pratiquement irréalisable. Mais Yahiko ne se faisait aucun soucis, il avait confiance en son projet démentiel. Il comprenait sa détresse, comment ne pas la comprendre, elle avait aucune idée d'où elle mettait les pieds, de comment ça allait se terminer. Mais elle devait avoir confiance, en son professeur, il savait où il mettait les pieds.

« Il ne faut pas t'inquiété tu sais ! Je sais très bien ce que je fais. Et merci d'avance pour les cookies !»

Un souffle froid soufflait doucement sur le toit de la grande bâtisse. Yahiko frissonna pour la troisième fois, et cette fois ci, c'était le frisson de trop, il prenait maintenant le chemin de la sortie du toit. La porte en fer était toujours grande ouverte, laissant le vent s'engouffrer dans le pensionnat. Yahiko marchait doucement vers la sortie, il pouvait entendre une douce mélodie à la basse. Un mélange de plusieurs musiques bien connus. Le professeur de musique écoutait, mais pas comme un connaisseur musical mais comme un simple spectateur se laissant porté par ce magnifique Mash Up, ce terme plutôt technique désignant le mélange de plusieurs musiques existante afin de créé une toute nouvelle ou un simple remix. En temps normal on utilise ce terme principalement pour les Djs mais il est possible de l'utiliser.

« Bon je vais rentré au chaud ! Et puis j'ai un peu faim, je t'invite si tu veux !»

Yahiko attendait sa réponse, positive ou négative il irait manger un morceau.

Hrp:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Willow E. Skimoh


Féminin
Messages : 21
Age du perso : 17
♥ Côté coeur : Haaaamsteeer <3

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 2ème
♣ Colocataires: n°28 avec Akiya A. Ota, James O. Baker & Tamiko Moana Ito.
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Sam 16 Mar - 17:10

    Tu l'entendais frissonner derrière toi. Le vent était frais, il fallait l'avouer. Il s'engouffrait dans les moindres petits pores de notre peau, nous faisant frissonner de haut en bas, à la manière d'un petit animal qui met les pattes dans la neige et qui se secoue dans tous les sens d'être mouillé.

    « Il ne faut pas t'inquiété tu sais ! Je sais très bien ce que je fais. Et merci d'avance pour les cookies ! »

    Cette phrase te rassurait. Elle avait toujours eut une certain propriété apaisante sur toi... "Je sais ce que je fais." C'est ce que tu te disais chaque jour, lorsque les regards les plus bizarres se posaient sur toi et tes tenues quelques peu hors du commun. Le commun des mortels n'appréciaient gère ceux qui n'étaient pas comme eux. Ceux qui n'étaient pas "à la mode", ceux qui n'étaient pas des moutons victimes de la société. Soit, dans un sens, nous étions tous victimes. Mais à différents degrés ; les plus originaux sont les moins touchés. Ils sont démarqués, visibles... Ils imposent leur style et leurs idées. Un peu comme ce professeur... Il était particulier. Juste sa chevelure blonde le rendait hors norme déjà. Mais ces idées, sa manière d'agir le rendait aussi particulier, au moins un minimum. Soit, tout le monde ne pouvait pas être réellement hors normes. Mais chacun aimait bien mettre une touche d'originalité à son attitude et celle de Yahiko te faisait presque rire par sa simplicité et la complexité de l'idée qu'il te proposait.

    « Vous comptez vous y prendre comment pour créer un groupe ? »

    Oui, cette question te perturbait un petit peu depuis que l'idée avait été proposée. Vouloir monter un groupe, c'est bien. Mais y arriver, c'est une autre histoire ! Il se dirigeait vers la porte du toit, tout en restant attentif à ce que tu jouais de manière appliquée bien qu'aléatoire. Tu ne te souvenais plus comment s'appellait ce que tu faisais. Le terme était un peu particulier, utilisé dans le jargon des DJs. La proposition alléchante d'un repas parvenait alors à tes oreilles. Tu rangeais immédiatement ton instrument, te levais et t'étirais. La basse sur le dos, tu te dirigeais vers la porte de sortie où le professeur t'attendait.

    « Vous avez déjà vu un morfale refusé du chocolat ? Ben voilà, c'est pareil avec moi ! J'accepte volontiers l'invitation ! »

    Tu accompagnais ta phrase d'un sourire en coin et rentrait à l'intérieur du pensionnat, prête à le suivre. Il y faisait plus chaud, n'est-ce pas ?


[HRP : On l'arrête ici et/ou on le continu ailleurs ? :3]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Couleur : #ED930C
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yahiko Takagi


Masculin
Messages : 19

Carte d'identité
♣ Année scolaire:
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   Dim 24 Mar - 3:10

«Vous comptez vous y prendre comment pour créer un groupe ? »

Évidemment, question logique et complètement normale. Qui ne demanderait pas à quelqu'un comment il allait s'y prendre pour réaliser son projet ? Tout le monde je pense, et y a de quoi. La scène n'est pas une cour de récréation et la musique encore plus, c'est une véritable jungle où la moindre erreur peut s'avérer fatale. Mais comme il venait de lui dire il savait où il mettait les pieds, il était en plein dans son élément, et il se montrerait en tant que manager afin d'épauler et conseiller le groupe. Il veut en faire de véritable stars dans l'archipel Japonaise. Pour ce qui est du projet, il se décompose en plusieurs parties: La première, repérer et convaincre des jeunes talents d'intégrés le groupe; La seconde, trouver et perfectionner le registre musical du groupe; La troisième, commencer les compositions, chansons et arrangements; La quatrième, se produire sur scène afin de se faire repérer par un éminent label tel que Sony Music par exemple.

Bien évidemment, il y a d'autres choses mais disons que cela reste que des déblatérations inutiles dans l'état actuel, mais Yahiko comptait jouer avec sa notoriété aux États Unis afin de convaincre plus facilement. Il ne fallait pas oublier qu'il n'était pas un amateur dans le Show-Business, et il s'était lui même produit un peu partout dans le pays de la liberté. Il pouvait donc s'en appuyer, et avoir une certaine prestance artistique lors des differents entretiens. Mais bref, tout ça reste pour l'instant un projet

« Héhé ! Si je te le dis, tu ressentiras beaucoup moins de bonheur quand tu te produira dans de grande scène ! rétorqua t-il en souriant sincèrement.

Et allez encore une saleté de rafale de vent, son souffle glaciale se faisait sentir jusque dans le sang, c'était très ... troublant. Les arbres entamèrent une danse effrénée, une danse dont ils n'en étaient pas les maîtres, le vent décidait pour eux, faisant virvolter leurs feuilles encore humide par la précédente averse. Et d'ailleurs en parlant de pluie, la voilà qui revenait. Non mais franchement le jeune professeur avait vraiment marre de ce genre de temps, il voulait se rendre sur une île, avec son climat tropical. Il se verrait bien dans les caraïbes ou dans les DROM. Rien que d'y penser, le jeune Takagi arborait une mine déprimé. La pluie quand à elle continait de tomber doucement, Non mais quel temps de merde, je vous jure.

Yahiko n'avait qu'une seule hâte pouvoir remplir son ventre qui ne cessait de gargouiller, et rien que l'emploi du mot chocolat par la jeune Willow, amplifiait les gargouillements frénétiques. Passant une main sur son ventre, il le frottait doucement, comme pour calmer une intense douleur, comme si ce geste suffirait à calmer sa faim. Un peu plus et il baverait sur des magazines montrant de la bouffe. Yahiko en souriait d'avantage, quand il entendit le comparatif de la jeune demoiselle, décidément ils allaient sûrement bien s'entendre.

« Bon allez on se grouille, je vais finir par en mourir moi !»

[Ben je suis pour qu'on continue ^^]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Apprends moi à rêver... [Yahiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Apprends moi à rêver... [Yahiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « La vie est une farce, apprends à rire » _Marie-Claire Blais. [ With Katherine Murdshaw - CLOS ]
» Montre-moi, apprends-moi, contrôle-moi...! [Livre II - Terminé]
» [Mission de rang B] Recherche d'une goutte au Pays de la Pluie (PV: Nitoshi Yahiko)
» Apprends à rester à ta place!!
» Apprends-moi à voler [PV Iris et Icare]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE PENSIONNAT - PARTIE A :: » Toits-