Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Par une froide et pluviale matinée, une rencontre parmis tant d'inconnus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Phoenix M. Romanov


Masculin
Messages : 3
Age du perso : 27 ans
♥ Côté coeur : un désert totale... sur une planète morte... dans une galaxy maudite...

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3eme année du primaire du con!! /SBAFF/
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Par une froide et pluviale matinée, une rencontre parmis tant d'inconnus   Sam 23 Mar - 4:31

La nuit avait été froide. Un vent avait parcouru fébrilement les environs, tournayant et dansant avec les arbres. Des amas de nuages ombrageux s'étaient amassés au dessus de la ville, voir un peu au alentours aussi. Léger et blanc, fendant et contrastant avec le bleu violâtre du ciel matinale puis, leurs teinte pure changea doucement. Dansant avec les tons, les nuages cotonneux avaient pris une couleur proche du gris clair pour ensuite devenir de plus en plus sombres. Bref, le temps c'était refroidit et la journée s'annonçait des plus monotone, de gros nuage grisâtre se rassemblais de plus en plus dans le ciel, laissant présagée de la pluie et même voir un orage. Les oiseaux se cachaient dans des petits trous pour éviter d'être mouiller et n'osait émettre leurs doux chant si jovial. Les fleurs qui normalement pleinement ouvertes montrant fièrement leurs beautés à l'astre candescant si haut dans le ciel, s'étaient fermés tel un coffre renfermant un trésor précieux. Malgré les carresses incessantes voir harcelantes du vent, les fleurs ne montrerait leurs splandeurs que lorsque le soleil resplendira de nouveau tout en les carressant tendrement de ses doux et chauds rayons.

Le vents, toujours aussi mesquin, chercha un ami avec qui jouer mais hélas, tous danssaient avec lui non par choix mais par devoir de survrire. Ainsi délaissé, celui-ci se fit de plus en plus faible, laissant une triste amertume gagné le ciel qui, devant tant de chagrin, ne put se retenir à son tour.

Une goutte tomba sur le sol, solitaire, aventurière, la première, laissant une petite empreinte sombre sur le sol, suivit bientôt par des milliers d'autres gouttes d'eau et ce fût le déluge totale. Finalement, tout objet ou personne se trouvant à l'extérieur se retrouva presque entirèrement trempé car la pluie tombait forte et en renfort. Battant tout sur son passage d'un froid glaciale, cela leurs apprendras de ne pas vouloir jouer avec le si gentil vent. Celui-ci s'était relever afin de combattre et chatier au côté de ses amies, brusque et froid tel un poignard fendant la chair. Heureusement que les deux coléreux habituelles ne s'y étaient pas mis non plus, tonnerre et éclair, ces deux frères inséparables en auraient fait du boucan.

Le temps ne semblait pas des plus chaleureux. Et ce fût dans cet acceuil des moins chaleureux que Phoenix mis le pied en dehors du taxi afin de pouvoir sortir de cette auto de malheur qui empuentais le chinois! Bah quoi, ils sont tous pareils non? Du moins, c'était un peu ce que pensait notre homme avant de venir dans ce pays de nain mangeur de riz et c'est encore ce qu'il pense d'ailleurs.

* J'ai dût pissé sur la tombe de Jésus pour que Dieu m'en veuille autant!*

Ce genre de réflexion était une bien mauvaise et bien encastré habitude de lui. Le blâme. Et c'est même dire qu'il en était douer pour ça.

Poussant un court soupir de résignation, Romanov sortit ses bagages contenant quelques vêtements ainsi que son sac militaire qui semblait bien lourd et ... bizarement incongrue et dérangé par ce qu'il contenait. Sans plus ni moins, après avoir payé son dût au domestique jaune qui lui avait servit de chauffeur de l'aéroport jusqu'au Pensionnat. Pas très bavard le mec non plus d'ailleurs, quoique même si l'asiatique lui aurait adressé la parole, l'américain n'en aurait pas fait autant. Non par irrespect ou mépris mais simplement parce que notre homme n'était pas d'humeur bavard ... Avec ce peau jaune.

Phoenix se mit en marche d'un pas qui semblait fatigué, éreinté. Comme si toutes ses années de guerre le rattrapait et lui tombait dessus d'un coup. Il se sentait las. Las de tous, de cette vie, de ce monde. l'américain aurait juste aimé s'étendre là, sur le sol devant lui et laisser la pluie faire le reste. C'est que le voyage avait été long et le jeune homme était épuisé moralement et physiquement. Le changement d'horaire non plus n'aidait pas. Ni tous ces écriteaux en écritures en pattes de mouche. Et surtout, SURTOUT. Phoenix tuerais pour prendre une douche. Froide, chaude, bouillante, à en perdre sa peau, il s'en fou. Mais une douche. Juste à y penser, un frisson lui parcourue la peau, ou peut être était-ce dût à la pluie glaciale qui semblait animée d'un désir noire et funeste.

Ce fût tout dégoulinant de cette eau impure et crasse que Phoenix se retrouva dans le hall. Quelle heure était-il? Aucune idée mais il y avait beaucoup de monde. Regardant à gauche et à droite, le jeune homme chercha un point de repère, l'acceuil, le secretariat, n'importe quoi qui pourrais l'aider à se diriger vers sa précieuse douche. Fesant un pas dans cet univers agité de bruit, de couleur, de rire et de cri, Phoenix se mit doucement en marche, encore sous l'effet de la surprise devant tant de jeunes prépubères et érectant d'hormones qui ne semblaient plus ou moins le voir. Ce qu'il esseyait de savoir si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Regardant encore légèrement les alentours, l'américain d'origine russe et latine dut se forcé à faire retraite d'un pas car un jeune s'était donné pour mission de passer très vite en courant devant lui afin de fuir la jeune demoiselle à qui il avait légèrement monté le chandail afin de la taquiner. Ce qui, vut les bagages qui l'encombrait, le fît immanquablement se percuter contre une personne.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Ain't no rest for the wicked ~

I've got so fucked top in my life
How do you expect me to love you
as you love me
when I don't even love myself
And hate what I become
Revenir en haut Aller en bas
 

Par une froide et pluviale matinée, une rencontre parmis tant d'inconnus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une pièce froide, loin sous le palais [Comté=>Important]
» Une matinée entre amie [Nuage de Rêve]
» Et une matinée ennuyeuse de plus, une ! (libre !)
» Une bonne douche froide ! ( pv Luke )
» Mauvaise matinée [Taylor D.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE PENSIONNAT - PARTIE A :: » Hall-