Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Dave Saddler


Masculin
Messages : 66
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Il n'est pas complètement fermé mais pour l'atteindre c'est pas gagné...

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème
♣ Colocataires: Ézéchiel Wagner, Al' Draco Tsunayoshi & Lullaby Oblivan
♣ Relations:

MessageSujet: Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]   Mar 9 Avr - 23:42

Spring Time !
Ça ne faisait pas très longtemps que Dave était arrivé dans ce pays hors du commun mas petit à petit il prenait ses marques. Il s'était habitué à certaines choses plus facilement que d'autres. La nourriture par exemple. On aurait pu penser qu'il aurait des difficultés avec ces nouvelles textures et tout, mais en fait c'est quelque chose qui lui plaisait beaucoup. Il n’aimait pas forcément tout les aliments qu'il goutait mais il adorait découvrir ces nouvelles saveurs et connaitre les trucs bizarre qu'il mangeait. Quand il avait le temps il trainait sur des blogs de cuisine japonaise rédigés en anglais et découvrait ainsi les choses qu'il voulait tester puis allait en ville pour essayer de les trouver, ce qui n'était pas toujours chose facile. Dernièrement il avait eu vent d'un festival printanier qui se déroulait en ville. C'est vrai qu'avec ce temps capricieux c'était dur de croire que le printemps était là, et pourtant. Curieux, l'Anglais avais jeté un œil sur le net pour savoir s'il y avait des choses intéressantes dans les festivals de ce genre, et il tomba sous le charme des spécialités culinaires. Il fallait qu'il goute les takoyaki et toutes ces choses. Mais bon, aller à une fête tout seul ce n'était pas très réjouissant. Et c'est là que la magie opérât !
Ce matin là, alors que le weekend commençait, Dave avait croisé par pur hasard au détour d'un couloir une des seules personnes qu'il pouvait qualifié d'ami. Il avait rencontré le jeune homme peu après son arrivé lorsqu'il galérait à suivre le mouvement dans le réfectoire à l'heure du déjeuné. Le garçon avait vu sa détresse pourtant bien dissimulé et était venu à sa rescousse. Finalement ils avaient mangé ensemble et bien sympathisé, et depuis il s'était revu quelques fois en de très bon termes. Au début ça avait été difficile car Dave ne maitrisait pas la langue mais finalement il s'améliorait vraiment vite, et heureusement pour lui.
Il était donc plus que ravi de croiser le jeune Eisik ce matin là juste à l'instant où il avait besoin de quelqu'un. Il lui avait rapidement proposé d'aller à ce festival du printemps ensemble pour qu'il ne soit pas trop perdu et le garçon avait bien heureusement accepté. Ils avaient convenu de se retrouver devant le festival en début d'après-midi et c'est pourquoi Dave attendait à présent, appuyé contre une rambarde qui délimitait le trottoir. Il regardait de loin la foule du festival. Il était pourtant tôt mais d'après le blond ce devait être le dernier jour alors les gens s'étaient précipités. Il était impatient, ce serait son premier festival au japon. Il ne s'était pas spécialement habillé pour l'occasion, les yukata c'était pas son truc et puis il faisait trop froid encore. La plupart des gens étaient vêtus normalement eux aussi. Bien sur Dave portait malgré tout sur ses vêtement l'un de ses fameux logo et comme toujours ses lunettes de soleil qui dissimulaient ses yeux de couleur rouge grâce aux lentilles.
made by pandora.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]   Sam 13 Avr - 0:07

La fête de printemps… Devais-je accepter, devais-je refuser ? Je l’ignorais, et tout spontanément mon envie d’adolescent désireux de vivre comme tous les autres avait repris le dessus sur mes craintes. Seulement l’angoisse, elle, revenait à présent à plein galop. Et s’il y avait du monde, des bousculades ? Et si je venais à me prendre maladroitement des coups ? On venait à peine de me retirer mon plâtre au bras gauche, alors je n’avais franchement pas l’envie d’en avoir un nouveau. Du moins si j’avais déjà beaucoup de chance.

C’était donc avec plaisir mais beaucoup de crainte que j’avais accepté la proposition de Dave, celui qui m’était devenu un ami cher mais à qui je n’avais pourtant pas pu avouer ma maladie. Le devais-je ? Je ne le préférais pas. Non pas parce que je n’acceptais pas ma maladie, si tant est que l’on puisse accepter ces choses-là, mais parce que je craignais sa réaction. On avait déjà eu bien trop tendance à me traiter comme une vulgaire poupée de chiffons que je ne désirais absolument pas que cela se reproduise au pensionnat. Mais plus le temps passait, plus la soirée arrivait, et plus je me demandais s’il ne fallait pas que je le fasse. Mais d’un autre côté je n’étais encore jamais allé à un quelconque festival du printemps. Ca n’aurait certainement pas été mon père alcoolique et maltraitant, ma mère dépressive voire mélancolique et mon frère aîné qui me haïssait qui auraient bien voulu veiller sur moi et m’y conduire.

Alors c’était peut-être pour moi le moment de dépasser ma peur de me briser et de vivre comme tout adolescent le devrait. J’avais déjà extrêmement mûri malgré mon jeune âge que l’on ne m’attribuait que rarement voire jamais tant mon physique comme mon mental possédaient des traits plus matures que ceux d’un type de quatorze ans. Oui, j’allais y aller, et déjà me préparais-je dans ma chambre.
Sortant de la douche, je me séchais rapidement et choisi d’enfiler un jean gris foncé ainsi qu’un haut aux manches longues blanc. Puis séchant rapidement mes cheveux châtains clairs que j’avais hérité de mon côté british, je pris mon portable que je glissais au cas où dans la poche de mon jean, avant de sortir des dortoirs pour rejoindre Dave à l’entrée du festival où il m’attendait.

Le cœur battant la chamade sous l’effet du stress et de l’adrénaline, je glissais mes mains dans mes poches en lâchant un profond soupir pour essayer de me calmer et de me reprendre. Ca ne servait à rien de stresser, après tout les gens étaient un minimum civilisés, et je ne me jetais pas dans une cage remplie de fauves affamés non plus. Tout se passerait bien, je ne devais pas en douter…

Une légère brise soufflait en ce début d’après-midi, coupant la chaleur déjà montante pour la saison. Retroussant mes manches jusqu’au pli de mes coudes, j’aperçus enfin au loin la silhouette de Dave qui se dessinait, appuyé contre une rambarde alors que les sons provenant des festivités déjà commencées depuis un moment me parvenaient d’ici.

« Salut ! » Lui dis-je dans mon doux sourire habituel qui ne quittait jamais mes lèvres, réellement et sincèrement ravi de le revoir et de passer du temps avec.

Après tout, entre deux couloirs c’était toujours plus difficile de discuter, quand bien même nous nous étions déjà vus plus d’une fois et bien plus longuement. Bien évidement d’un autre côté, sinon nous ne pourrions pas nous qualifier réciproquement d’amis.

« Alors, comment vas-tu ? Paré pour le festival ? » Lui demandais-je en tentant d’aborder un grand sourire sincèrement enjoué.

Car je l’étais, si, mais le stress commençait à me gagner et à me ronger à l’intérieur de plus en plus. Nous y dirigeant dès lors, la musique traditionnelle sonnait d’un côté, en même temps qu’un peu plus loin les gens se regroupaient autour d’une scène où jouaient de nombreux artistes plus ou moins connus. Mais remarquant que Dave commençait à se diriger vers ce bain de foule, je le pris tout à coup par le bras pour l’interrompre, lâchant catégoriquement et d’une voix angoissée :

« Non ! »

Déglutissant avec peine, je lui dis dans un sourire quitte à lui mentir :

« Tu ne veux pas que l’on aille par là ? Ca a l’air plus sympa et il y a moins de monde. Enfin, si tu veux… »

Quel idiot étais-je…

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dave Saddler


Masculin
Messages : 66
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Il n'est pas complètement fermé mais pour l'atteindre c'est pas gagné...

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème
♣ Colocataires: Ézéchiel Wagner, Al' Draco Tsunayoshi & Lullaby Oblivan
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]   Sam 13 Avr - 22:56

Spring Time !
Dave avait quelques craintes tandis qu'il patientait, repensant à sa rencontre fortuite avec Eisik tout à l'heure. Avec le recule il trouvait qu'il avait accepté sa proposition sans beaucoup d'enthousiasme. Peut-être avait-il juste voulut être poli avec lui mais que ça ne l'intéressait pas ? L'Anglais ne connaissait pas encore très bien les coutumes des japonais mais il semblait qu'ils étaient de froisser les gens, quitte à accepter de faire des choses un peu embêtantes... Ou bien le blond se faisait juste de fausse idées, poussé par les murmures de sa conscience personnifié qui envisageait toujours le pire des scénarios.
Mais finalement lorsque le jeune homme arriva avec son sourire rassurant Dave oublia toutes ses mauvaises pensées, puisqu'il était là alors autant lui faire passer un bon moment pour qu'il ne trouve pas que ce soit du temps perdu. Il lui renvoya donc son sourire tout en se redressant pour l'accueillir. Il se saluèrent mutuellement et passèrent par les politesse habituelles, demandant comment sa allait.

"Ça va très bien et toi ? Je suis plutôt impatient, c'est mon premier évènement ici."

Ils se mirent en route, suivant tout naturellement le mouvement de foule. Il y avait de la musique, ce qui intéressait relativement Dave, mais surtout des stands d'animations et de nourriture, et cela intéressait vraiment le jeune Anglais. Mais alors qu'il avançait sans hésitation vers la foule son compagnon le retint soudainement par le bras, le stoppant à son grand étonnement tout en s'exclamant un simple "non". Le blond se tourna vers lui avec un regard étonné qui se devinait malgré qu'il soit caché derrière ses lunettes. Après un petit instant Eisik fini par prendre un faux air qui se voulait rassurant mais ce n'était pas difficile de voire que quelque chose clochait. Le jeune homme lui proposa d'aller dans un autre sens. Vu sa réaction Dave ne comptait pas insister.

"Oui bien-sur, c'est très bien aussi. Allons-y."

Il lui lança un sourire de consentement et tourna les talons pour aller vers l'allée un peu plus déserte. Pas grave, ici aussi il y avait plein de choses sympa. De toute façon il avait tout à découvrir ici, comme les jeux bizarre auxquels les enfants jouaient et dont il ne comprenait rien. Mais c'était vraiment sympa d'être là et Dave ne perdait pas le sourire. De temps en temps il pointait du doigt un stand pour le désigner à Eisik tout en déballant un tas de commentaires.
Après quelques bonnes minutes il ne réalisa pas que la musique avait cessé pour laisser place au brouhaha environnant du festival de nouveau rempli par la foule environnante. Pourtant il était devenu notamment plus difficile de se déplacer, mais il était tellement entraîné par ses découvertes qu'il avait vraiment la tête ailleurs.
made by pandora.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]   Lun 29 Avr - 15:24

Plus nous avancions, et plus le stress me gagnait et me rongeait. Il y a avait du monde, bien trop de monde… Non pas que j’étais agoraphobe, mais la moindre bousculade un peu brusque suffirait à me détruire, alors il était normal que je m’inquiète. Heureusement pour moi, Dave ne vit pas d’inconvénient à ce que nous nous sortions de ce flot massif pour nous mettre un peu de côté et voir d’autres exposants et d’autres attractions moins bondées mais dans lesquelles les gens semblaient être tout aussi heureux. Et moi largement soulagé, fallait-il le dire.

Très vite, mon esprit fut accaparé par ce que me pointait du doigt Dave qui s’extasiait devant certains stands pour le moins magnifiques. Oubliant mes éternelles préoccupations tout en restant méfiant, je pouvais enfin me délecter de ce que je découvrais pour la première fois à mon tour : la vie d’un lycéen lambda, tout ce qu’il y a de plus normal. Et c’était enfin ce que j’étais, maintenant que je parvenais à me mêler à la foule.

Puis soudainement les musiques s’arrêtèrent, certainement pour laisser place à de nouveaux musiciens. Entre temps, les voix s’élevaient de toute part, tandis qu’une foule massive et affluente quittait les contrebas de la scène pour pouvoir venir admirer à leur tour les merveilles que proposaient les exposants.

« Tu veux goûter du bœuf Hida ? C’est la meilleure viande du Japon que l’on mange pendant la fête du Printemps principalement. » Lui proposais-je, avant qu’un adulte pour le moins carré ne me bouscule.

Me tapant sèchement dans l’épaule, je lançais un léger gémissement de douleur, me reculant aussitôt contre Dave en lui disant d’une voix tremblante :

« Il… il faut que je sorte, je ne peux pas… » M’excusais-je, ma main me tenant l’épaule qui me lançait violemment bien qu’il n’y avait pas de fracture à mon plus grand soulagement.

Mais cela ne pouvait pas continuer comme cela. Sortant d’ici sans l’attendre, d’un pas précipité, je me dirigé vers la sortie du festival, les larmes naissantes me brûlant les yeux tandis que je serrai les mâchoires avec force tant la déception et la douleur me rongeaient.
M’extirpant de la foule, je sortis de là et me dirigeai vers une maison contre laquelle je m’adossai et me lancer lentement glisser contre celle-ci. Les bras croisés, les jambes repliées contre moi-même, je posai ma tête dans le creux de mes bras, m’efforçant d’oublier la douleur qui me rongeait et l’hématome que je devais déjà vraisemblablement avoir.

Soudain, j’entendis des bruits de pas se diriger vers moi. Reniflant légèrement, je passais brièvement d’un revers ma main sur mon visage pour effacer mes larmes de douleur, et me mis à sourire à Dave qui semblait inquiet.

« Excuse, j’ai eu un stupide coup de panique, c’est totalement débile ! » Lui dis-je dans un rire jaune, ne supportant pas ce mensonge que je lui avais pourtant fournis.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dave Saddler


Masculin
Messages : 66
Age du perso : 18 ans
♥ Côté coeur : Il n'est pas complètement fermé mais pour l'atteindre c'est pas gagné...

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3ème
♣ Colocataires: Ézéchiel Wagner, Al' Draco Tsunayoshi & Lullaby Oblivan
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]   Lun 6 Mai - 1:14

Spring Time !
Le jeune Anglais n'avait aucun remords de s'être détourné des musiciens qui avaient accaparé l'attention du toute la population. Pour lui ces stands pleins d'objets inconnus et imprégnés de culture nouvelle était bien plus passionnants. A tel point que la nourriture n'était même plus sa préoccupation principale, même si ça restait intrigant tout ces mets étranges aux ingrédients que Dave n'aurait jamais pensé comestibles. Il se fichait pas mal que la musique ait cessé quelques minutes auparavant, il n'écoutait que ses propres pensées, et éventuellement Eisik lorsque celui-ci se mit à lui parler. C'est à ce moment qu'il réalisa que la foule était de nouveaux éparpillé autour d'eux car il eu du mal à entendre le jeune homme lui proposer d'aller déguster du bœuf Hida. Si il n'avait pas perçut qu'il parlait de bouffe il ne l'aurait jamais entendu avec tout ce bruit environnant. Dave était sur le point de lui répondre avec enthousiasme qu'il était partant lorsqu'il vu un grand bonhomme rentrer sans ménagement dans le jeune homme, le bousculant brusquement. Eisik sembla même avoir assez mal sur le coup et même après car il se tenait l'épaule tout en revenant vers lui. Le blond eut le réflex de chercher à interpeller le bourrin qui s'éloignait sans excuses.

"Hey ! Hold on !"

Les mots étaient partit naturellement donc en anglais, mais ça ne sembla même pas parvenir aux oreilles du type... Dave serait volontiers partit à sa poursuite mais il entendit son camarade dire quelques mots et il le vit disparaitre dans la foule sans avoir le temps de comprendre. Quand il tourna la tête la brute aussi s'était volatilisé. Zut !
Jouant des coudes le jeune homme se mis à parcourir la foule en cherchant Eisik du regard, appelant parfois son nom. Mais il l'avait bel et bien perdu. Bon depuis le temps il devait s'être éloigner de la population de toute façon... Dave sortit de la foule et se mis à arpenter les alentours, aux aguets. Après un moment il trouva le jeune homme, assis au pieds d'un mur, recroquevillé et le visage enfoui entre les bras. Dave s’approchât, inquiet mais aussi calme que possible. Il releva les yeux à son approche, laissant voir qu'il avait pleuré, et il s'excusa comme s'il était coupable de quoi que ce soit...

"Eisik, ça va ? Il t'as vraiment fait mal ce type ?"

Quelque chose semblait clocher, plus que ce qu'il ne voulait bien dire. Dave n'était pas complètement stupide, il voyait qu'il avait vraiment pris peur parmi la foule. Il s’accroupit devant lui pour être à sa hauteur. Même si le garçon souriait sa n'avait rien de vrai.

"Tu as un problème avec la foule ? Tu n'aurais pas dû accepter de m'accompagner si tu as des soucis, j'aurais compris..."

Il se sentait un peu coupable, se disant que Eisik s'était peut-être senti forcé d’accepter de venir. Il approcha sa main de son épaule pour écarter un peu sa chemise.

"Laisse moi voir ça ... Tu veux qu'on rentre et qu'on passe à l'infirmerie ? Tu as déjà un bleu..."

Il trouvait même ça étonnant qu'il marque si vite.
made by pandora.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]   Lun 6 Mai - 13:53

Une douleur lancinante irradiait de mon épaule à tout mon bras qui s’était reçu un coup de plein fouet par un homme aussi robuste qu’il était poli et précautionneux. Mais au fond je ne pouvais pas lui jeter la pierre : cet homme ne me connaissait ni d’Eve ni d’Adam, et qui dans cette vie ne s’était jamais fait au moins une fois bousculer ? Tout était entièrement de ma faute, du moins de celle de ma fichue maladie qui m’empêchait de vivre comme j’aurai cru pouvoir le faire aujourd’hui, autrement dit comme un adolescent normal.

Heureusement sans fracture – à mon plus grand soulagement – j’enfouis ma tête contre mes bras que j’avais repliés sur mes genoux, des larmes silencieuses de douleur et d’une déception immense s’écoulant sur mes joues. Et Dave, ou était-il ? Je l’avais planté là, comme ça, sans mot dire et sans explication. Décidément, j’avais tout fichu en l’air… Ou pas.

Tout à coup, j’entendis des bruits de pas dépasser les décibels de la musique tant ils se rapprochaient de moi. Relevant lentement le regard, j’essuyais aussitôt d’un rapide revers de la main ces maudites larmes et m’efforçai de lui faire un sourire le plus sincère possible, lui prétextant une excuse pourtant des plus stupides, me faisant passer pour un agoraphobe que je n’étais pas.

Visiblement inquiet toutefois malgré que son visage aux traits si fin s’approchait du mien alors qu’il s’était accroupi face à moi, Dave me demanda alors si ce type m’avait vraiment fait mal. Silencieux, je baissais mes yeux bleus d’azur vers le sol, ne sachant quoi répondre.

« Tout est relatif… » Lançais-je, ne sachant pas quoi dire d’autre.

Après tout, pour quelqu’un de « normal », peut-être cette personne n’aurait rien sentie, mais pour moi et ma fragilité extrême c’était insupportable.
Sentant que Dave était bourré de remord, comme le prouvait sa réplique par rapport à la foule qui aurait pu me gêner pour une raison ou pour une autre, je sentais qu’il était temps que je lui dise ce qui n’était rien d’autre que la vérité. Mais pourquoi n’y arrivais-je pas ? Pour la simple et bonne raison que j’avais honte de ma maladie. J’avais honte de ce que j’étais, de ma fragilité, de mes faiblesses, et j’en pensais encore qui faisaient de moi un espèce de gamin aussi solide qu’une poupée de chiffons.

Lâchant un léger soupir, j’eus un léger tressautement lorsque Dave écarta doucement ma chemise pour regarder l’hématome noirâtre qui se dessinait déjà à mon épaule. A son regard, je pouvais y lire toute sa surprise, et quant à l’infirmerie…

« Non, laisse tomber ça n’est rien. Juste un simple bleu, ce n’est pas la mort, et entre nous l’infirmière m’a déjà assez vue… » Admis-je.

Sous son regard interrogateur, je me redressais pour m’adosser contre le mur, et me mordis légèrement la lèvre inférieure, ne sachant pas par où commencer. Mais Dave méritait d’avoir une réponse à toutes ses questions, d’autant plus après ce qu’il venait de se passer.

« En fait… Ca n’est pas la foule qui me pause problème en elle-même, mais ce qu’il s’y passe ou pourrait se produire. Comme cette bousculade. J’ai eu peur parce que… » Commençais-je à lui expliquer, avant de lâcher un soupir de résignation.

« J’ai eu peur parce que le moindre choc peut me broyer. Je suis malade, mes os et mon corps sont aussi solides que du verre alors j’ai eu peur d’avoir une énième fracture. Trente-deux en quatorze ans ça n’est pas rien, dira-t-on… Je ne voulais pas t’en parler pas par manque de confiance, mais parce que j’en avais honte, et tout simplement parce qu’aux yeux des autres j’aimerais paraître être quelque de « normal ». Quelqu’un que je ne suis pas. » Lui avouais-je enfin, le cœur battant.

« J’aurai dû t’en parler avant, je suis désolé… » Reconnus-je en baissant la tête, honteux.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Festival de printemps ! [PV Eisik Seikan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Festival du Printemps sur Lotro
» Festival de films de Jacmel a portee internationale
» FESTIVAL du jeu a istres
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !
» Festival des Harmonies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ESSENTIEL :: » Archives sacrées :: RPS Archivés-