Le Pensionnat Rayen est un RPG manga où tu incarnes un adolescent de quinze ans et plus ou un adulte du personnel, dans un pensionnat remplis d'élèves aux caractères bien divers. Entres originaux, musiciens, gothiques, sportifs, pom-pom girls, neutres, racailles, emos, artistes et punks, trouveras-tu ta place ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Mar 21 Mai - 21:04


C'était une journée comme les autres. Le soleil était éclatant et bien haut dans le ciel. Eiki s'était réveillé très tôt ce matin pour son jogging matinal. Il avait du s'acheter des écouteurs et mettre son alarme sur son cellulaire. Ainsi, il n'y avait que lui qui entendait l'alarme et il s'évitait quelques oreillers lancés dans sa figure. Personne n'a envie de se lever à 5h30 un samedi matin. Surtout pas ses colocataires. Il enfila des shorts, un chandail de sport et une paire de Nike noire. Et voilà, il était parti pour son jogging matinal. Eiki courut son habituel 10km avant de rentrer au pensionnat et de prendre une douche rapido presto. Un petit-dej' ingurgité et de nouveaux vêtements sur le dos plus tard, le jeune adolescent était en route pour son habituel rendez-vous au skatepark du centre-ville de Matsumaya. Des copains l'attendaient, chacun un skate à la main. Il n'y avait qu'un seul de ses copains qui avait décidé qu'aujourd'hui il essayait d'autres techniques avec des rollerblade. Ça expliquait pourquoi il portait mystérieusement un casque et des protège coude et genoux. Mais Eiki aussi devrait en porter! Oui... mais non. Comme tous les autres mecs de son âge, Eiki il se croit plus fort que tout et un casque, c'est stupide, c'est pour les gamins. Il préférerait avoir une commotion cérébral ou une fracture ouverte du crâne que de subir l'humiliation de porter un casque. Merci, testostérone!

« Eiki, r'garde! Y'a une nana qui nous mate avec sa caméra depuis tout à l'heure. »

Trop concentré dans ce qu'il faisait et compétitionnant avec un sérieux tout ce qu'il y a de plus professionnel avec les autres, il n'avait pas remarqué la jolie brune et sa caméra. Elle était là, un peu à l'écart. Sûrement pour s'éviter de recevoir un skateur volant en plein sur la gueule. Ce qui était très probable et compréhensible. Eiki attendit d'avoir l'impression qu'elle le filme avant de lui faire un grand signe de la main et un sourire digne d'une annonce de dentifrice. D'après son petit air de défi et de détermination, son ami s'écarta en secouant la tête. C'était parti, Eiki voulait impressionner la galerie et il allait encore se casser un bras ou une jambe. Il enchainait les kickflip, Heelflip, Underflip... Bref, des flips en voulez-vous, en voilà. Jusqu'à ce qu'il décide que lui, il allait passer sur la rampe. C'était quelque chose qu'il avait pratiqué que très récemment, mais voilà, il était invincible aujourd'hui. D'ailleurs, cette jolie fille était tout près, elle serait donc aux premières loges. Eiki s'élance, et.... réussit. Il glisse sur la rampe des escaliers avec fluidité et en passant devant la caméra sur son skate (et la fille, faut pas l'oublier), il tire une révérence avec sa casquette.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Mar 21 Mai - 22:18


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


Je ne dormais pas, je ne dormais plus, quatre heure du matin j’avais finis les cours aux alentours de midi la veille et je m’étais couchée en début d’après-midi pour rien faire et me recharger de façon conséquente. La fatigue jouait contre moi en ce moment, pas de la fatigue physique mais plus psychologique à cause de mon manque flagrant d’implication avec les relations entre moi et les autres, certaines personne de ce pays venaient d’un autre monde et ne semblait pas comprendre que notre courte vie était faite dans l’unique but d’en jouir un maximum et ils se tuaient à vouloir décrocher de « A » au minimum pour ne pas faire tomber le déshonneur sur leurs famille. Piètre existence que celle vouée à l’acharnement a un travail pénible … l’homme n’est pas fait pour travailler ! La preuve en est ça le fatigue. Du coup je tournais et me retournais dans mon lit un instant je songeais à me faire un plaisir solitaire histoire de me fatiguer et de trouver pourquoi pas quelques heures de sommeils en plus. Les autres me gênaient trop pour ça … Je fixais le plafond blanc et stérile plongé dans la pénombre de la nuit et légèrement éclairé par les lampadaires qui laissé passer leurs lueur par les rideaux en feutre mal fermé de la chambre. Tant pis pour les autres ! Je prenais un de mes smartphones pour finalement faire le tour de quelques blogs d’actualités geek, répondre à quelques mails mais rien de bien transcendant, sauf un, une sorte de chaine qui parlait d’une possible interdiction des skates park dans la ville de Matsuyama. Plus je lisais cette missive plus je la trouvais dénudée de sens et stupide. Et là ce fut le déclic, une façon d’occuper la journée de manière originale tout en cassant les pieds de certains, et si je faisais un pseudo documentaire amateur pour prouver aux coincée du derch’ que les sports de glisses en pleine ville n’était pas une "dangereuse aberration victime de la mode des jeux vidéo" mais bel et bien une discipline à part entière. Puis de cette façon ça lâcherais une sorte de bombe qui propagerait son onde de choc par l’effervescence de la parole des mordu de l’asphalte en tout genre, un peu d’animation dans ce monde. Chouette ! J’envoyais le mail sur l’imprimante qui se cachait sous mon lit, cette dernière ne manqua pas de répondre présente à l’appel par un long bip et une série de mouvement mécanique bruyant et persistant qui indiquait clairement qu’elle faisait son office. Instinctivement et avec la vitesse d’un chat j’esquivais la chaussure qui m’était destinée, j’avais oubliée l’heure encore trop matinal pour mes collègue de chambre, l’esquive en elle-même était des plus magnifique, la réception par contre était des plus hilarante, une sorte de pancake géant qui s’écrase à moitié sur le sol par ce qu’elle glisse de son pieu … c’est moi !

Let’s Rock ! J’ouvrais mon placard je prenais des affaire et je filais prendre une douche rapide, du moins le plus rapide que j’en étais capable, une petite demi-heure. Comme fouetté mon moral et mon énergie étaient boostés comme si j’avais pris une caisse de vitamine et d’anti dépresseurs. Une fois de retour de la séance de décrassage intensive je m’asseyais en tailleur sur mon lit réfléchissant à quel tenue mettre pour cette excursion, la serviette éponge n’était en aucun cas approprié. J’enfilais un jeans presque classique, ornée de petites ailes brodés aux niveaux des chevilles, il était un peu séré au niveau de la taille, je lâchais alors "t’as pris du cul ma grosse …" pour moi-même. Une connerie que je faisais en ce moment c’était d’utiliser des bandes de gaze pour réduire, du moins en apparence, la taille de ma poitrine. Je m’enroulais là-dedans en le serrant au maximum que je pouvais le tolérer, j’en avais plus que mare des réflexions au sujet de mes seins trop volumineux et des rumeurs comme quoi j’étais rembourrée au silicone. Histoire de ne pas y aller « top less » je prenais un t-shirt noir avec marqué dans le dos "Fuck the wordl i’m a cat !" une paire de baskets kaki sans marque pas très fashion mais confortable, un peu de monnaie dans les poches, un mobile et je sortais de la chambre, pour le plus grand malheur de mes colocataire j’avais oublié la feuille que j’avais imprimée, je rerentrais dans la chambre pour la prendre et subissait quelques réprimandes auxquelles je ne prêtais pas la moindre attention. Et me voilà quelques instants plus tard en plein dans le monde des roulettes et du slide, un skate park ! J’observais et je filmais en même temps peut être de façon mal adroite mais bon tanpis, le groupe que je filmais ne semblait pas vraiment déranger par mon acte seul deux d’entre eux était vraiment actif l’un d’eux avait oublié ce monde et semblait se perdre dans son monde de sensation forte, je l’enviais, mais je prenais quand même un certain plaisir à l’observer. Eiki, un brun avec un dégradé certains et un piercing à la lèvre inferieur, il me fixa après la remarque d’un de ses camarade, sur le coup j’avais eu envie de répondre « la nana a un nom » le tout agrémenté d’un nom d’oiseau injurieux et désagréable. Alors que je le fixais et le filmait par la même occasion il me fit un signe de main et un joli sourire, le genre à redonner espoir a un cancéreux en phase terminal. Eiki semblait vouloir faire le malin, il enchaînait pas mal de figure don j’ignorais totalement le nom, il semblait comme libérer des entraves de la gravité et la physique qui régissent notre univers. Il me frôla un instant dans un long slide sur une barrière tout en faisant une révérence, voilà un contenu intéressant, j’espère que je n’ai pas foiré ce plan de scène. Je devais avouée qu’il en avait dans le pantalon et il était pas mal du tout enfin du moins physiquement … je me méfiais toujours des hommes, j’en avais ma claque en ce moment … comme toujours … juste une histoire d’habitude et d’être une bonne pomme … Bref c’est hors contexte. Pendant son passage, j’ai eu un reflex taquin et félin, je lui avais tiré sa casquette, moi on me tend quelque chose je prends ! Je n’avais pas songée aux potentielles conséquences de mon acte mais il était trop tard, plus qu’à espérer qu’il le prenne bien. Sans dire un mot, j’enfilais le couvre-chef puis je levais le pouce tout en continuant de le filmer. Ha voilà qu’il revient vers moi !


Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Jeu 23 Mai - 4:35


C'est toujours en jouant les malins qu'on se fait prendre à son propre jeu. En passant rapidement devant la belle caméraman, Eiki en perdit sa casquette. Habilement subtilisé lors de sa révérence, son couvre-chef se retrouvait sur la tête de la jeune fille. Elle lui envoya un pouce en l'air auquel il répondit par un sourire amusé. Derrière lui, quelques copains qui avaient suivis l'échange applaudissaient et poussaient des cris moqueurs dont eux seuls avaient la recette. Ça lui suffit à trouver le courage nécessaire -pas qu'il en ai vraiment eu besoin- pour retourner vers la cinéaste. De plus près, elle était encore plus jolie que de loin. Beaucoup de filles ne peuvent pas se vanter de cet exploit. Eiki prit son élan et se mit à tournoyer autour d'elle avec son skate, un peu comme le ferait un prédateur avec sa proie, à la seule différence qu'il n'y avait rien d'hostile dans son attitude.

« Ca te va mieux à toi qu'à moi. »

Eiki ne pensa même pas à reprendre sa casquette. Il aimait bien qu'elle porte un truc qui lui appartenait sans qu'il ne puisse se l'expliquer. Il aurait fallu qu'il pose la question à sa mère et elle lui aurait surement sorti une théorie poussée et complexe avec une analyse psychologique en profondeur qui reviendrait à dire qu'il craquait pour elle. Après lui avoir tourner autour suffisamment longtemps, il cessa son ménage, donna un coup rapide et précis sur son skate qui tressauta et apparut dans sa main. Ses copains continuaient de faire des simagrées dans son dos, mais Eiki ne s'en souciait déjà plus. Il était depuis longtemps habitué à leur singerie.

« T'as envie d'essayer? »

Et n'étant pas du genre à attendre des réponses des autres, il prit l'initiative de prendre sa caméra et de se mettre à la filmer, elle. Eh ben quoi? Elle avait bien pris sa casquette, il pouvait prendre sa caméra, non? Il allait en prendre soin, c'est pas comme s'il allait se balader avec et la lancer partout. Il n'était pas très doué niveau technologie, mais il se débrouillait.

« Allez. Impressionne moi! »

[Je m'excuse, c'est court çwç j'me rattrape au prochain, promis!]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Jeu 23 Mai - 9:53


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


Alors qu’il s’approchait de moi j’appuyais sur le bouton arrêt de la caméra, inutile de filmer un potentiel accrochage entre lui et moi. Il commençait à me tourner autour avec son skate, comme un requin, bien qu’il avait plus la tête d’un poisson pilote avec sa bouille d’ange. Il me lança un « Ça te va mieux à toi qu'à moi. » Je lui répondis par un simple sourire, c’était déjà pas mal de ma part, surtout dans cette période ou je tentais de mettre les « hommes » en dehors de mon mode de vie. D’un autre coté en temps normal je lui aurais répondue « Cool, merci de cadeau ! » et je serais partie avec. Il continuait à tourner autour du pot (moi) je prenais alors conscience que j’avais cette brulure au fond de moi, impact de l’alchimie entre deux personnes du sexe opposé et ravage des hormones … non j’avais juste mal au ventre car j’avais sauté le petit dej’ ce matin. Sans vraiment faire attention j’avais recommencé a le filmer quand il me tournait autour, il s’arrêta devant moi et fit bondir sa planche dans ses mains avant de me la tendre et de me proposer d’essayer, j’hésitais. Dans mon dos je percevais les bruits des animaux, amis d’Eiki, ce dernier procéda à un échange avec moi sans vraiment me demander mon avis puis. Les rôles étaient inversés, et si je les calmais un peu.

"Eiki ? Ce sont tes amis ?"

Lui demandais-je en me tournant à moitié vers son groupe et en les désignant d’un hochement de tête. Il sembla approuver d’un signe de tête juste avant de me lancer un « Impressionne-moi! ». Je ne pouvais rien garantir mais j’allais essayer. Je regardais la planche quelques secondes, réflexion intense, puis je la posais à terre. Je savais me déplacer avec ce genre de chose, les figures c’était une autre histoire, pour le moment j’avais décidé de m’amuser un peu. Je flottais sur le skate vers les amis d’Eiki, armée d’un grand sourire et de toute ma malice, celle que l’on peut facilement lire dans les yeux d’un enfant, je commençais moi aussi à tourner autour d’eux et surtout à les faire tourner en bourrique. Au premier tour je subtilisé des lunettes de soleil qui n’était pas à mon gout et je les mettais, suivi d’une cigarette que je n’eus pas le courage de porter à ma bouche, quelle horreur, je l’enfonçait dans la bouche de son propriétaire au prochain passage, puis je m’arrêtais devant l’un d’eux et j’approchais mon visage du sien, mon index parcouru sa gorge jusqu’au menton, le benêt avança sa bouche puis je reculais en éclatant de rire.

"Même pas en rêve !"


C’était un éclat de rire généralisé, c’était agréable mais comme toute chose à une fin, mon amusement fut stoppé net, comme un moucheron qui rencontre le casque d’un motard sur l’autoroute. L’un d’eux avait lancé « mais je te connais-toi ! T’es la fille qui s’est fait gonfler les seins. » Je restais immobile et dénudée d’émotion deux, peut être trois secondes, le temps que l’explosion de colère et de haine de mon ego se propage dans tout mon corps. Je serais les poings et me demandais si je devais lui démonter la mâchoire ou pas, bien qu’inferieur physiquement j’avais l’habitude de me laisser faire. Je souriais à ce petit con avant de lui cracher mon venin à la face.

"J’ai envie de t’exploser la face ! Mais avant dis-moi ce que tu préféré comme rumeur sur ton compte ? Celle du mec qui en a une si petite qu’il a du se faire raser le buisson pour la trouver ou celle du mec qui a subi une expansion pour pouvoir arriver à quelques centimètres … Quoi que celle du chirurgien qui à dû la chercher pendant trois heures avant l’opération est pas mal non plus."

Froid, j’avais gelé l’ambiance, en face de moi il semblait ne pas savoir quoi répondre à mon attaque. En même temps ce n’était qu’un gamin pour moi, mais il m’avait énervé et il récoltait les graines de haines que je cumulais.

"Ce n’est pas par ce que tu viens de te rendre compte que ce que tu as entre les jambes à une autre utilisation que celle d’aller pisser qu’il faut croire que tu es le meilleur … Prochaine fois avant de dire des saloperies sur quelqu’un vérifie au moins que c’est véridique … Je dois les faires certifier par un notaire pour qu’on me lâche avec ça ?"

Ce n’était pas une mauvaise idée cette histoire de notaire. Je les laisser en plan, j’allais chercher le skate d’Eiki qui avait roulé un peu plus loin, quelques pas, quelques souffles, autant pour me calmer, j’avais les mains qui tremblaient de rage, je retournais vers eux pour rendre les lunettes que j’avais prise, puis je me tournais vers Eiki, je lui souriais, sourire forcer et gêner et je lui tendis son skate.

"Je ne suis pas très adroite avec … désolé pour ton amis mais je suis comme les chats si tu touches certains endroit je griffe, il en a fait les frais …"


Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Ven 24 Mai - 5:24


Eiki observait la jeune fille avec son skate. Elle se dirigeait vers ses amis et il la suivit rigoureusement sous la lentille de la caméra. Il espérait réussir à prendre de bons cadrages, mais n’étant pas un professionnel, ça ne risquait pas d’être fameux. Du moins, il ne tremblait pas et ça ne serait pas flou. Elle glissait entre ses amis et leur subtilisait tous quelques objets; une paire de lunettes et une cigarette, dont elle ne prit aucune bouffée. Eiki n’était pas très heureux de ce petit manège. C’était amusant, certes, et ça prouvait que sa personnalité était surement tout aussi belle que son physique avantageux. Cependant, son petit côté possessif n’appréciait pas trop qu’elle s’approche et s’approprie des trucs qui appartiennent à autre que lui. Eh oui, c’est à ce point-là! Elle ne sort même pas avec lui, il ne connait même pas son nom, mais c’est plus fort que lui. Son cœur manque quelques battements quand elle s’approche dangereusement de Jaycee. Il tend ses lèvres, mais elle le repousse. Eiki en pousse un soupir de soulagement. Il peut enfin se détendre et se remettre à sourire bêtement. Il participe même à l’hilarité générale. Tout se passait à merveille jusqu’à ce que Kaito décide de sortir un commentaire vraiment stupide « mais je te connais-toi ! T’es la fille qui s’est fait gonfler les seins. » Sur le coup, Eiki se demande si c’est vrai, mais perds rapidement cette idée à l’expression qu’affiche la jolie jeune fille. Il tique à l’évocation d’une rumeur sur la longueur du pénis de Kaito. Ça lui rappelle de drôle de souvenirs, concernant son ex, qui le refroidisse. Plus personne ne riait, ne parlait ou ne bougeait. Le jeune skater cessa de filmer la scène et fit retomber son bras qui tenait la caméra le long de son corps. «Je dois les faire certifiés par un notaire pour qu’on me lâche avec ça ?» Il éclate de rire, sans s’en rendre compte.

Eiki ne savait toujours pas s’il devait intervenir ou pas. Il semblait qu’il avait tergiversé sur la question beaucoup trop longtemps, parce qu’elle revenait déjà avec son skateboard à la main. Elle le lui rendit, un petit sourire très craquant peint sur son visage. Elle lui expose ce qui pourrait être interprété comme des excuses pour la petite scène qui venait de se dérouler sous ses yeux.

« Kaito, c’est un imbécile. Il croit toutes les messes basses qui circulent sur tout le monde. C’est pas qu’il soit méchant, c’est juste qu’il ne filtre rien. T’en fais pas. »

Comme elle lui avait rendu son skateboard, il lui rendit sa caméra. Bien heureusement, il n’était pas amoché. C’était une conspiration contre sa personne : dès qu’il avait quelque chose de fragile entre ses mains, il finissait toujours par l’abimer ou carrément le briser. Il osa une œillade en direction de ses copains qui essayaient de calmer Kaito qui s’énervait tout seul dans son coin. Bon, c’était peut-être le moment de s’éclipser avec la belle.

« Pour excuser ce rustre de Kaito, je te paie une glace, ça te dit? »


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Ven 24 Mai - 14:18


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


J’estimais que je ne m’en étais pas trop mal sortie pour le moment Kaito l’imbécile semblait fulminait dans son coin et les autres étaient occupés à le canaliser lui et sa bêtise. D’après ce que venait de me dire Eiki, il n’était pas vraiment du genre à chercher la réalité et était plutôt du genre crédule, pauvre fou, je venais surement de me faire un nouvel ennemi. Je reprenais ma caméra en main en m’apercevant que j’avais toujours la casquette du jeune homme.

"Ça te va mieux à toi qu’à moi !"

Je lui remettais sa casquette sur le crane, me laissant un peu de temps pour le détailler un peu plus, il faisait jeune et l’était surement bien plus que moi mais il ne semblait pas être dépourvue de raison. Je quittais peu à peu ce monde pour m’enfoncer dans les limbes de mon esprit encore embrumé par la colère, je n’eus pas vraiment le temps de me perdre dans le labyrinthe Eiki venait de m’inviter à manger une glace. Une proposition ouverte pour être tranquille tous les deux si je comprenais bien. Je le fixais quelques instants avant de lui demander.

"Tu assumes les bêtises de tes amis ? Ou c’est juste un bon prétexte pour m’inviter ?"

Généralement les hommes ne me font pas d’avance ou m’invitent par plaisir, enfin si, mais non, surtout dans le but d’avoir du plaisir un soir. Histoire de faire ça dans des draps vite fait et me laisser tomber comme un préservatif usager, c’est justement ce que je détestais chez le sexe opposé et chez moi. Je profitais de l’opportunité si j’en jugeais qu’elle en valait la peine mais je me faisais toujours avoir au bout du compte pour trouver mon partenaire dans les bras d’une autre plus tard et me faire larguer comme une vieille chaussette puante, j’étais une cruche pour ce genre de choses et je me faisais toujours baiser, pour utiliser un terme approprié. Une glace, juste une petite glace, il n’y avait rien de mal à ça … bon ok je commençais à avoir du mal à rentrer dans certains vêtement mais c’est qu’ils ont rétréci au lavage je suis sure, ce n’est pas que j’ai un gros cul … Si ? Merde ! D’un côté ça me déviais de l’objectif que je m’étais fixais ce matin en réveillant mes colocs, après tout j’avais quelques instants de films sur la camera et je me disais que je trouverais aisément ce que je voudrais sur intermerde heu … internet. Pourquoi pas après tout, au pire je sauterais un repas pour sauver mon cul \o/

"Eiki ? Je suis d’accord pour manger une glace avec toi !"


Autant mettre les voiles avant que Kaito l’imbécile se réveille et que la situation dégénère pour de bon, bien que je prenais souvent pour ne pas dire toujours le lead dans une joute verbale grâce à ma repartie, j’évitais tant que possible d’en venir aux mains, même si parfois la distribution d’une bonne gifle est un exutoire des plus jouissif. Je préférais mettre à bas mon ennemie en le frappant psychologiquement, car un potentiel physique ne vaut rien avec un esprit brisé. Je tendis la main au skateur en face de moi dans l’espoir, qu’il me mène jusque ou il souhaitait.

"Au fait, appel moi Alanna !"

Pourquoi Alanna ? J’avais juste envie de changer la routine et qu’est ce qui m’empêchait d’utiliser mon deuxième prénom ? Rien, alors autant en profité. Je laissais tomber ma mission, je décidais de laisser un peu de repos aux emmerdeurs de Matsuyama, au pire ça retardera la vidéo de quelques jours, le plus important est de profiter de l’instant présent, sinon comment découvrir la vie si on ne la mord pas à pleine dents ?


Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Sam 25 Mai - 21:16


Eiki reprit sa casquette et la réinstalla confortablement sur son crâne, plaçant d’une main rapide ses cheveux. « Tu assumes les bêtises de tes amis? Ou c’est juste un bon prétexte pour m’inviter? » Il haussa simplement les épaules, évasivement. Il aimait de plus en plus cette jeune fille. Elle était directe et ne semblait pas comme toutes ses autres filles, ses sosies d’Ayumi qu’il voyait partout. C’était pénible tous ses ragots, ses messes basses et les poignards dans le dos. Celle qui se trouvait devant lui ne semblait pas faire partie de ce lot, mais il pouvait tout aussi bien se tromper sur son compte. Quand on se laisse charmer du premier regard, on porte trop attention aux qualités et pas assez aux défauts. L’amour rend aveugle, ce n’est pas faux. Même si, à ce stade-ci de la rencontre, on ne peut pas encore parler d’amour. Le sourire d’Eiki s’élargit davantage quand elle accepta sa requête. Pendant un instant, il avait eu peur qu’elle refuse. La jeune fille avait paru en réflexion un petit moment. Elle lui tendit sa main et il la prit aussitôt.

"Au fait, appel moi Alanna !"

« Eh bien, Alanna, je te kidnappe pour une glace! »

Maintenant il pouvait mettre un prénom sur son joli minois. Ils commencèrent à s’éloigner du skateparc. Ses amis l’interpellèrent, un tas de cris indistincts dont il ne put entendre que « Eikiiii! Où tu vas? » Et un « Sale con! » qu’il crut comprendre être de la part de Kaito. Sans se retourner, il leva simplement son skate dans les airs en signe d’au revoir. Eiki n’était pas un fan de la marche, préférant circuler sur sa planche à roulettes, mais il ne pouvait pas être deux dessus. À moins de mettre Alanna sur ses épaules, mais il avait peur de perdre l’équilibre trop facilement et de la blesser en tombant. Eiki avait proposé une glace comme ça, mais comme il ne venait pas de Matsumaya, il n’avait aucune idée d’où se trouvait le stand de glaces le plus proche. Étaient-ils seulement dans la bonne direction? Il arrêta de marcher, lâchant la main de la jeune fille et envoya un texto rapide à son meilleur copain, encore au skateparc. Il reçut une adresse tout près et les indications, plus un petit clin d’œil. Il leva les yeux au ciel, sourit à Alanna et repartit. Ils arrivèrent à destination après seulement deux minutes de marche.

« Tu vas prendre quoi? »

Eiki sortit son portefeuille, vérifiant qu’il avait assez dedans.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Dim 26 Mai - 0:11


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


Le contact ne se fit pas attendre, comme s’il avait anticipé mon geste avant que j’y pense, il saisissait l’occasion. Le comportement d’Eiki commençait à devenir intéressant. Une sorte de frisson me lécha le long du dos lorsque nos mains entrèrent en contact, pour le coup je vais accuser le stresse ou la colère. Alors nous commencions à prendre un peu de distances avec les autres et que mes nerfs s’apaiser des protestations s’élevèrent dans notre dos, les amis de mon nouveau compagnon semblaient contre son départ. Tout aurait pu bien se passer sans la grande bouche de ce fameux Kaito, en réponse à son injure je me raidis instantanément, du bout des doigts jusque au bas du dos en passant par les épaules, un instant durant je serré la main d’Eiki, je canalisais tout ça en me disant que ce n’était qu’un imbécile pathétique et sans internet. Le fait qu’il laisse tomber ses camarades de cette façon pour moi pouvait avoir plusieurs significations, j’avais un intérêt certains pour lui plus que ces potes, ou alors il était juste là comme spectateur et n’avait rien à faire d’eux et avais choisi une option plus intéressante. Après quelques petites minutes de marche Eiki me lâcha la main pour sortir son téléphone dans le but de textoter, je profitais de l’occasion pour vérifier le miens qui sans surprise n’avait rien de nouveau à m’apporter. Le jeune homme qui me tenais la main quelques secondes plus tôt était comme moi, étranger à cette jungle de béton, dépaysé, perdu, loin de chez lui. Du moins c’est la sensation qu’il donner, j’avais regardé ce qu’il écrivait de façon plus ou moins discrète, en gros il cherchait ou trouver un glacier. Je ne pus m’empêcher de sourire, je trouvais cette histoire amusante. Une fois la réponse reçue, nous reprîmes la marche, en fait ce n’était pas très loin, juste au bout de la rue, rien de bien sorcier, sauf qu’il faut le savoir. Il me demanda ce que j’allais prendre, sur le coup je le fixais et écarquillant les yeux et en haussant les sourcils deux à trois secondes, je n’avais même pas réfléchi à ça en réalité, la réponse me parut toute faite lorsqu’il regarda son portefeuille, je le fixais alors sérieusement et je lui répondis.

"Ce qu’il y a de plus cher bien sûr ! C’est toi qui régale, autant en profité."


J’avais lancé ça juste pour faire ma chieuse de compète, je me penchais seulement sur la vitrine pour regarder des parfums susceptible de me séduire, je n’avais pas vraiment envie d’une glace mais une invitation n’est pas sensée être refusé donc bon, je regardais un coup les tarifs pour voir si c’était de l’abus ou pas. Avec mes gouts j’allais encore passer pour une gourmande ou un truc du genre, mais j’en avais un peu rien à faire, j’étais comme ça et puis voilà.

"Je ne sais pas vraiment ?! Une glace toute simple au caramel sa me semble bien, et toi ?

Je me risquais à lui enlever son portefeuille des mains pour lui prendre la main, puis je détournais le regard en souriant bêtement, comme une gamine en fait. S’il n’avait pas assez, je rajouterais le manquant. Mais pour le moment ce n’était pas vraiment la priorité que je me faisais, je me posais pas mal de questions et j’en avais pas mal à lui poser.

"C’est quand même tôt pour un jour de weekend ? Parle-moi un peu de toi !"

J'envisageais déjà quelques bêtises à faire avec des activités commune, histoire de les dénaturer pour briser le train train quotidien lassant et meubler le reste de la journée en s'amusant.



Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Jeu 30 Mai - 18:51

Eiki tiqua un peu quand elle lui proposa de prendre ce qu’il y avait de plus cher chez le glacier, non pas qu’il était radin, mais plutôt qu’il n’avait pas beaucoup d’argent comptant sur lui. Il fut plutôt rassuré quand elle se pencha sur la vitrine pour observer les parfums des glaces. Il l’imita, même si au fond de lui, il savait pertinemment qu’il prendrait la même chose, comme à chaque fois. C’était plus fort que lui ! Rien ne lui paraissait aussi bon qu’une crème glacée aux pistaches! J’attendis qu’elle me donne son choix avant de commander. Le mec au comptoir semblait s’emmerder royalement, ou alors c’était son air de tous les jours. Il semblait jeune, un étudiant surement.

« Une glace au caramel et une autre aux pistaches!
- Ça fera 500 yens. »

Eiki ouvrit son portefeuille, qui était désormais dans les mains de la jeune fille, et lui tendit le montant exact. Le caissier tapota sur sa machine et partit vers l’arrière pour exécuter notre commande. Devant, il y avait des chaises et des tables pour savourer tranquillement sa glace sous le soleil. Le jeune homme se dirigea vers l’une d’entre elle, pas trop loin du comptoir, trainant la jeune fille derrière lui. Il invita Alanna à s’asseoir devant lui. Elle lui avait d’ailleurs fait noter qu’il était plutôt tôt, surtout pour le weekend!, et voulait en savoir un peu plus sur lui. Eiki se gratta un peu la tempe, cherchant quelque chose d’intéressant à dire.

« Je suis un mec assez matinaux. J’aime pas trop me lever tard, j’ai l’impression que la journée passe devant mes yeux sans que je puisse en profiter. Je fais du jogging le matin, puis je vais au skateparc, m’amuser avec des copains. Enfin, ça, tu l’as bien vu. Euuh… Je suis assez sportif en fait. Je pratique beaucoup de sports, mais le skate et le snowboard, ça reste mes coups de cœur de toujours. Je crois pas que je pourrais survivre sans ça. Ma mère elle dit toujours que je suis une boule d’énergie et que la meilleure façon de me tuer, c’est de m’obliger à rester sur place, j’imploserais selon elle. … Oh! Nos glaces sont prêtes! »

Du coin de l’œil, il avait vu le caissier qui tenait leurs deux cônes dans les mains. Il se leva et alla à sa rencontre. Les deux glaces en main, il revint vers la petite table et tendit la glace caramel à Alanna.

« Si je me mets à parler de moi, je vais t’ennuyer. Parle-moi plutôt de toi! Tu n’es pas nipponne, ça se voit bien. Tu viens d’où? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Jeu 30 Mai - 23:31


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


Cinq cent yen ! J’avais toujours cette impression de me faire avoir dans ce pays, tout ça à cause de la monnaie qui avait une faible valeur, après un peu de réflexion et de remue méninge j’en déduisais rapidement que c’était à peu près le prix, ou du moins que ça ne s’en éloignait pas trop. Je portais mes yeux sur l’ado boutonneux derrière le comptoir, beurk, le pauvre. Eiki nous mena non loin, à une table avec seulement deux chaises, il me tira la chaise et m’invita à poser mon royal postérieur, voilà les manières d’un gentleman. Il prit place en face de moi et je commençais à le dévisager, il entreprit de répondre à mes questions, je m’apprêtais à stocker chacun de ces mots dans un cluster de ma cervelle de moineau pour réfléchir a tout ça plus tard. C’était donc un lève tôt, pas comme moi en fait, moi c’était uniquement due à mes motivations ou mes envies rien de plus. Sportif, ça reste à voir ça, mais c’est déjà intéressant. Je notais particulièrement le moyen de le tuer, lorsqu’il évoqua le sujet je ne pus m’empêcher de rire faiblement. Donc l’attacher a une chaise et le regarder imploser. A sa remarque je détournais le regarde pour voir la calculatrice nous apporter les glaces, Eiki se leva et alla les enlever des tentacules du glacier pour les apporter à notre tables, il me tendit la mienne, je la saisi en lui souriant.

"Merci !"

Il, reprit sa place en face de moi et se mit à prétendre que sa vie était ennuyeuse, il en profitait simplement pour me retourner ma question en fait, je fis comme si je n’avais pas entendu et je léchais ma glace. C’est sans surprise que je constatais que ce n’était pas la meilleure glace que je goutais. Je piquais ses lunette a Eiki pour les mettre sur mon nez ça faisais mal aux yeux de voir comme ça, le pauvre il avait vraiment une mauvaise vue, un peu comme une taupe. Je continuais de lécher ma glace puis je lui rendis ses lunettes.


"Mwai je viens d’Italie, il n’y a pas grand-chose à dire sur moi. J’aime juste profiter de la vie au maximum, j’ai un don certain pour m’attirer des ennuis en tout genre et je n’aime pas quand on me marche sur les pieds … mais tu as vue tout ça tout à l’heure ! Je vais finir ma troisième année et voilà … en fait je suis ici parce que j’avais envie de découvrir un peu les origines de mon père du coup je suis allée dans le même lycée que lui, Rayen, je ne sais pas si tu connais ?"

Je me demandais pourquoi je lui poser cette question, il devait surement connaitre le pensionnat n’était pas très loin et il était difficile de le manquer. Je commençais à renifler l’air comme si il y avait une drôle d’odeur puis je m’approchais de la glace d’Eiki pour la sentir, je fis une grimace de dégout et lui lançait.

"Mais elle pue ta glace !"

Il me regarda interloqué et se mit à sentir sa le boule verte sans réfléchir, je n’en attendais pas moins de lui, d’un geste de main je lui pousser le poignet et hop ! Le nez dans la glace. J’éclatais de rire. Encore un acte de ma part qui était irréfléchi, tant pis pour les conséquences. Une fois que j’eus finis de rire pour changer de sujet de conversation je questionnais de nouveau Eiki.


"Et toi ? Tu as quel âge ? D’où tu viens ?"



Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Ven 31 Mai - 21:03


Eiki ne sursauta même pas quand elle lui prit ses lunettes à montures noires pour se les mettre sur le nez. Il avait un peu l’habitude maintenant de ses petits vols improvisés. Et puis, comme tout à l’heure au skateparc, ça ne le dérangeait pas vraiment qu’elle lui vole ses trucs. Enfin, tant qu’elle les lui rendait après s’être amusé un peu. Surtout pour ses lunettes, parce que sans, il ne voyait pas grand-chose. Sa myopie étant à un stade assez avancé, son environnement était désormais flou. Il ne voyait clairement que jusqu’à 30cm devant lui, la longueur d’une règle! Sa glace aux pistaches était la seule chose qu’il voyait bien. Alanna était désormais une formation de couleurs indistinctes qui formaient un visage, une masse brune autour dudit visage et un t-shirt noir. Au moins, il n’était pas daltonien. N’empêche… Il fut bien heureux quand elle les lui rendit. « Mwai je viens d’Italie, il n’y a pas grand-chose à dire sur moi. » Eiki faillit en tomber de sa chaise. L’Italie! Et elle prétend qu’il n’y a rien à dire sur elle! Ses sourcils bien hauts sur son visage, il n’en revenait pas. Elle était en troisième année et elle allait à Rayen, comme lui. Comment avait-il fait pour ne pas la remarquer plus tôt dans les couloirs? Il se dit que ce devait être grandement dû au fait qu’il n’avait aucune classe en commun et surement aucun copain en commun puisqu’il n’était qu’en première. Il eut envie de partager sa découverte, mais quelque chose semblait perturber l’odorat de la jeune fille. Elle se pencha vers sa glace, s’exclamant qu’elle avait une odeur désagréable. Quoi? Comment? Le parfum des crèmes glacées aux pistaches, c’est doux et sucré. Ça ne pue pas! Eiki s’approcha de sa glace pour… la recevoir en pleine tronche, déclarant l’hilarité chez son interlocutrice. Il éclata de rires à son tour avant d’essuyer son nez avec une serviette en papier.

"Et toi ? Tu as quel âge ? D’où tu viens ?"

« C’est drôle que tu en parles, parce que juste avant de m’écraser ma glace en pleine tronche – et j’aurai ma revanche tu peux me croire! – je pensais que c’était drôle que je ne t’ai jamais croisé au lycée. Moi aussi, je vais à Rayen, justement. Sauf que… je suis un peu jeune comparé à toi, je suis en première, ce qui me fait 15 ans. Je ne viens pas de Matsumaya, je suis assez loin de chez moi, mais pas autant que toi… Je suis né au Japon. »

Eiki lèche sa glace, savourant son parfum. Il ne sait pas vraiment quoi ajouter d’autre. Il a très envie de lui en demander un peu plus sur son pays d’origine. Dans quelle ville elle est née, quels sont les mœurs et coutumes, ce qu’elle trouve de différent ici comparé à là-bas… Il n’est pas du genre très timide, mais s’il ne se contrôle pas, il risque de l’assommer sous ses questions! Et puis, il a l’intuition qu’ils deviendront de bons amis et qu’ils auront tout le temps qu’il faut pour se connaitre davantage. Le harcèlement viendra plus tard, pas au premier rendez-vous! Il osa tout de même;

« J’imagine que comparé aux gelato, ça ne doit pas être fameux comme glace. »


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Sam 1 Juin - 0:18


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


Eiki évoqua rapidement une potentielle vengeance de sa part pour cette histoire de glace, mais il en avait ri du coup ça ne serais pas si terrible que ça. Seul et unique bémol c’était ma gaminerie, si il se venger, je ferais de même et je ne serais certainement pas celle qui s’arrêtera en premier, me connaissant, on appelle ça un cercle vicieux. Il était donc de Rayen, en première année il était du pays mais pourquoi ne l’avais-je pas remarqué avant ? Je ne devais surement pas faire attention, rien de plus, rien de compliqué … Je prenais un sacré coup, il avait quinze ans et moi j’allais sur mes dix-neuf ans, je me sentais vieille. Je restais impatiente de découvrir son revers, quelle vengeance allait ’il pouvoir appliquer ? Et de quelle ville était-il originaire. Im me posa une question qui me fit revenir sur un sujet auquel j’avais déjà répondu dans les tréfonds de mon esprit, je haussais les épaules.

"J’ai renoncé à trouver mieux que les glaciers de Milan le jour où j’ai fait mon sac pour venir ici, il y a des saveurs qu’on ne trouve pas ici, comme le yaourt, c’est super en glace ! Puis la présentation n’est pas la même, en fait comme dans tous les pays, c’est un cône en biscuit et une boule toute simple, celui chez lequel j’avais l’habitude d’aller sculpter ses glaces et leurs donnaient la forme d’une rose, c’était plaisant pour les yeux et pour les papilles."


Je me perdais un peu dans mes souvenirs, je léchais ma glace puis je m’arrêtais un instant fixant Eiki, j’avais trouvé quelque chose pour le taquiner de nouveau avec sa glace, en fait j’avais eu plein d’idées mais je n’osais pas tout lui faire subir, je ne le connaissais pas encore. Pour le moment je me contentais de lui piquer un peu de sa glace du bout de l’index en lui faisant un clin d’œil. Si il avait était une connaissance de longue date je lui aurais pris sa glace et j’en aurais lécher tout le tour avant de lui rendre, certaine personne ne supporte pas ce genre de gaminerie mais moi ça m’amuse beaucoup. Je réalisé qu’il n’était pas très bavard quoi qu’il répondait aisément aux questions, se retenait il de parler pour une quelconque raison ?


"T’es pas très bavard ! Ou alors c’est que tu n’oses pas trop parler ou poser de question ? Je ne mange pas les gens tu sais même si tu avais bon gout je n’ai pas suffisamment d’appétit pour manger grand choses …"

J'avais presque faillis lui demander si il était comestible mais contrairement à certaines personnes que je connaissais, je n’étais pas capable de m’enfiler le repas d’un régiment pour un simple diner ou de commander une dizaine de burgers dans un fast food, pour moi un suffisait amplement. Je fixais toujours Eiki, pour relancer la conversation je lui posais la première question qui me venais à l’esprit, c’est donc sans réfléchir et entre deux coup de langue à ma glace que je lui demandais tout naturellement :

"Tu as une copine ? Ou … un copain ?"

Je continuais de lécher ma glace encore deux ou trois fois avant de réaliser ce que je venais de lui demander, sur le coup je sentis que mes joues avaient pris une teinte rosés, je fixais ma glace puis je levé les yeux vers lui avant de revenir à la crème glacé comme si je n’avais jamais dit ça. Je tentais de changer de sujets.

"Heu … tu … On a encore pas mal de temps devant nous, si tu as des questions n’hésite pas, je n’ai pas vraiment de tabou."

Je lui souriais, gênée, je crois que pour changer de sujet c’était pas vraiment la bonne approche que j’avais eus.


Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Jeu 6 Juin - 4:16

Eiki rêvait en buvant les paroles d’Alanna. Elle lui parlait de glaces sculptées en roses. Ça doit être vachement joli! Il s’imagine marchant dans les rues de Milan, dont il a vu quelques images dans les bouquins de références de son paternel, main dans la main avec la jeune italo-japonaise qui se trouve devant lui. Il continue de lécher sa glace, tout en se rendant bien à l’évidence qu’à ne pas beaucoup parler, il en est déjà au cône. Il mord dans le biscuit et manque de s’étouffer lorsqu’elle lui précise qu’elle ne le mangerait pas, uniquement parce qu’elle n’avait pas un assez grand appétit. C’est qu’il était parti dans ses voyages romanesques le petit Eiki et que son esprit s’était mis à voyager lui aussi et qu’il avait atterri dans la section « danse lascive ». Après que la quinte de toux soit passée, Alanna lui demande s’il a une copine… ou un copain. Il y a encore une légère rougeur sur ses joues qui persiste suite aux étranges images qui l’ont assailli, mais il hausse tout de même un sourcil? Quoi? Est-ce qu’il aurait l’air homosexuel? Eiki se rassure en se disant qu’on ne peut plus vraiment se fier aux apparences (comme si un jour, ç’avait été possible…) et que c’est légitime et politiquement correct de sa part de n’écarter aucune possibilité. Il remarque que maintenant c’est à son tour de rougir un peu, mais pas pour les mêmes raisons que lui. Elle se confond, tente de changer de sujet, enfin, elle lui offre la chance de changer de sujet s’il n’ose pas. Mais bon, ce n’est pas comme s’il allait déballer tout son passé amoureux, qui n’est pas très loin derrière lui en définitive, seulement avec cette question. Eiki engouffre le reste de son cône et attend d’avoir le champ libre pour répondre.

« Ne te sens pas gênée, ce n’est pas indiscret, enfin, pas pour moi. Je n’ai pas de copine, et pas de copain. Et, je ne crois pas qu’il soit jamais question de copain dans ma vie. …je ressors d’une séparation en fait. Il y a quelques mois. »

Du coup, Eiki se demande pourquoi il a abordé le sujet. Ce n’est pas qu’il ait spécialement envie d’en parler. Ayumi est une idiote et le restera toujours, mais… au fond de lui-même, il y a la voix calme et réfléchie de sa mère qui lui explique qu’il a de l’attirance pour cette jeune fille et qu’il a envie de lui faire savoir qu’il est totalement disponible… et peut-être vulnérable. C’est inconscient. Il chasse rapidement la voix de sa mère avant de reprendre sur un ton plus jovial.

« Et toi, un copain, une copine, les deux? »

Il lui fait un petit sourire en coin, taquin.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Sam 8 Juin - 14:19


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


C'était divertissant d'être avec lui, je n'avais pas besoins de jouer un rôle pour être accepter, il semblait s'intéresser à moi tel que j'étais. Du moins c'est ce que j'espérais, mais je ne devais pas me voiler les yeux et perdre de vue qu'avec mes défauts présents en grands nombres il prendrait rapidement la tangente. Je le regardais, je le fixais, je le dévisageais, je chercher à comprendre pourquoi lui, pourquoi moi ? Il manqua de s'étouffer avec la fin de sa glace, j'affichais un petit sourire moqueur, un vraie glouton, puis je réalisais les circonstances et me demandais si c'était ce le fait que j'avais évoqué le sujet de l'homosexualité ? Il me répondit, mais je ne prêtais pas vraiment attention à ses réponses, du moins pas à toute «...Et, je ne crois pas qu’il soit jamais question de copain dans ma vie. …» J'avais du mal à saisir cette phrase, peut être mon japonais me faisait défaut. Je préférais encore partir plutôt que de rester avec quelqu'un qui n'étais pas capable d'accepter les autres. Je lui souriais avant de lui demander.

"Pardonne moi Eiki, mais j'ai pas bien compris ce que tu voulais dire ... Jamais question ? Dans quel sens ? Je ..."

Troublée je n'arrivais pas à aligner les bon mots, pour ne pas devenir agressive et cruelle dans mes paroles.

"Tu veux dire que toi ça ne t'intéresse pas ? Mais les autres font ce qu'ils veulent, c'est ça ?"

Un instant de plus sans réfléchir à ce que j'allais dire et je lui aurais sortie «C'est dommage deux hommes nues dans le même lit c'est excitant.» C'était toujours délicat d'aborder un sujet épineux comme celui de l'homosexualité surtout avec des personnes fermé d'esprit, j'espérais ne pas être en face d'un de ces individus ... abject ... Pour changer mes idées je réfléchissais et j'analysais ce qu'il avait dit d'autre, pas de copine ou de copain, ce qui laissait place à sa main droite ou à quelqu'un capable de replacer cette dernière, Eiki était donc libre. Une séparation ? Avec qui ou quoi ? Dans quelles circonstances ? Tant de question qui e venait à l'esprit et qui demandaient chacune satisfaction. Je lui tendis ce qu'il restait de ma glace, environ un tiers, le tout en souriant.

"Tiens tu as l'air d'avoir plus faim que moi petit glouton ... puis moi j'ai déjà un gros cul !"

Je cherchais comment aborder le sujet de sa séparation pour en apprendre un peu plus sur lui mais il me posa une question avant.

"Non, rien du tout, l'un ou l'autre serait pas mal mais pour une longue durée, j'en ai un peu ras le bol des coups d'un soir et d'être le coup d'un soir des autres. Après un ménage à trois peut être tentant aussi."

Une relation a trois, j'en avais déjà eu ça n'avait pas duré bien longtemps deux petites semaines simplement entre femmes, une expérience enrichissante et plaisante.

"Mais je crois que je ne suis pas le genre de fille que les hommes veulent, j'habille plus leurs phantasmes le temps d'un instant que pour une vie. Parle-moi un peu de cette fameuse séparation, j'ai l'impression qu'il y a beaucoup à dire dessus et que c'est un sujet qui pèse lourd sur ton âme, non ?"


Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Lun 10 Juin - 4:57

Eiki ne comprenait pas très bien son trouble. Il repensa un instant à la formulation de sa phrase et en comprit tout-à-coup le sens qu’il pouvait revêtir pour quelqu’un qui n’avait pas accès à sa psyché. Il n’était pas homophobe! C’était très loin d’être le compte! Il n’en avait rien à foutre que les autres aiment les filles ou les mecs. Ce n’était pas ça le plus important. Voyant que Alanna semblait troublée, et une certaine agressivité semblait poindre dans sa voix, Eiki agita vivement les mains devant lui en faisant de grands signes négatifs avec sa tête.

« Non, non! C’est pas ce que je voulais dire… Je m’en fous de qui aime qui et du sexe qu’ils ont. C’est juste que si jamais je m’avère homo ou bi, je serais le premier surpris. Avec mon âge et les hormones, si je devais ressentir de l’attirance envers un mec, ça serait déjà fait… Enfin, c’est ce que je me dis… et c’est ce que je voulais dire. »

Eiki se gratta l’arrière du crâne, en espérant ne pas avoir gaffé. Ça semblait s’être bien passé puisqu’elle lui tendit sa glace. Il la prit sans se poser de questions. Ce n’était pas tout à fait faux de dire qu’il était glouton. Et puis, une bonne glace, même s’il n’en reste que le tiers, ça ne se refuse pas. Alanna ajouta qu’elle avait ‘’un gros cul’’. Eiki se retint de justesse de lever les yeux au ciel. Pourquoi les filles avaient-elles toutes cette obsession pour leur derrière? C’est parce qu’elles ne peuvent pas le mater, c’est ça? Elles n’ont que le miroir et encore, ce n’est pas l’idéal pour jauger. Enfin, si sa compagne pouvait voir à quel point elle était belle, et à quel point son cul n’était pas gros, elle mangerait dix glaces par jour! Elle lui parla un peu de ses relations passées, soit des coups d’un soir. Les One night stand était un concept qu’il ne comprenait pas très bien. Eiki ne pouvait pas s’imaginer en train de faire l’amour à une parfaite inconnue, sans sentiments. C’était peut-être le côté vieux jeu de ses parents qui déteignait sur lui. Elle évoqua le ménage à trois, ce qui le surprit. Il ne fit pas de commentaire.

Sa glace maintenant engloutie, il n’avait plus rien pour s’occuper la bouche. Plus d’excuse pour éviter des questions. Pourquoi avait-il abordé sa séparation déjà? Ah oui, pour faire l’intéressant, se montrer disponible et vulnérable inconsciemment. Cerveau, je te hais, toi et tes plans foireux!

« C’est… ça ne pèse pas vraiment lourd sur mon âme, mais c’est pas très glorieux comme première expérience de couple. Elle s’appelait Ayumi. On a commencé à sortir ensemble un peu du jour au lendemain. C’était assez soudain, un peu comme si ça allait de soi. Une fille assez chiante quand j’y repense. Toujours à se plaindre, pas très sportive et toujours occupée à raconter des saloperies sur tout le monde. (MAIS POURQUOI JE RACONTE TOUT CA, MOI!?)* Elle s’est mise à me mettre la pression pour qu’on couche ensemble. Une semaine après qu’on l’ait fait, elle me larguait, le jour de mon anniversaire. Mes 15 ans, en fait. Elle m’a quittée devant tout le monde en prétendant que j’étais mauvais au lit à cause de mon trop petit engin. Ils se sont mis à se moquer de moi et… j’ai dû baisser mes pantalons sur la table de la cuisine pour qu’ils ferment leur gueule. »

Eiki se rend soudainement compte qu’ils tenaient fermement ses genoux avec ses mains. Il arrête donc subitement et tente de reprendre un air plus détendu. La petite voix pseudo psychologue dans son crâne recommence son analyse. Cet épisode l’a bien plus traumatisé qu’il ne voudrait l’admettre. Sinon, pourquoi ce serait-il crispé ainsi et pourquoi il ressentirait le besoin d’en parler, finalement? Le jeune homme relève les yeux pour regarder Alanna en se disant qu’elle doit surement penser qu’il est un pauvre loser.


*pensées de Eiki.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Lun 10 Juin - 20:48


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


Le jeune homme en face de moi, Eiki, eut un mouvement de recul face à mon accusation et il se mit à agiter ses mains entre nous comme si ces dernières étaient en feu. Il commença à s’expliquer maladroitement en exposant sa théorie sur le sujet, au final il n’avait que faire de l’orientation sexuelle des autres et c’est tout ce qui importait à mes yeux, ça me rassurait. Il semblait déstabilisé et pensif à la fois, il se perdait surement dans le dédale de son cortex comme j’avais l’habitude de faire moi-même. Je lui souriais pour le rassurer mais je ne trouvais pas les mots à dire, une grimace déforma son visage on pouvait apparenter ça au mépris mais de quoi puis il commença à me parler de son ancienne relation. Une fois qu’il eut finis de m’expliquer je reprenais tout depuis le début pour mieux analyser la situation. Bien qu’il avait certifié au début de son monologue que cette histoire ne l’affectait pas vraiment la gestuel d’Eiki disait le contraire. A la fin de son récit il était comme à terre, balayé par une bourrasque, les yeux fixés vers le bas, totalement crispé. Il reprit le dessus et me fixa avec les mêmes yeux que le chat potté dans Shrek. De la main gauche j’allais cherché sa main droite en l’attrapant par l’épaule pour redescendre vers sa main qu’il avait plaqué un instant plus tôt sur ses cuisses, j’avais presque du m’allonger sur la table pour aller le chercher, puis je m’asseyais de nouveau. Je ne savais pas si c’était la bonne chose à faire avec lui à cet instant présent et en fait je m’en foutais un peu j’avais juste envie de l’aider et lui faire comprendre que c’étaient des choses qui faisaient partie du jeu. J’espérais juste qu’il n’avait pas eu l’occasion de plonger son regard dans mon décoté bandé, peu probable le col du t-shirt était fin. J’affichais un léger sourire en coin clairement gêné et je continuais de lui tenir la main.

"Tu sais Eiki, ce sont des choses qui arrivent tous les jours. Les premières expériences de couple ne sont jamais trop glorieuses, on appelle ça des erreurs et les erreurs sont faites pour apprendre … Ayumi c’est jolie comme nom … dommage que ce soit celui d’un fruit pourrie. Tu sais l’homme est compliqué de nature mais il y a des stéréotypes prédéfinis, et elle en fait surement partie. Le fait qu’elle aime se moquer des autres prouve qu’elle est terriblement seule et qu’elle n’a aucune attache à ce monde alors elle tente de se persuader par des actes forts qu’elle peut avoir un point d’encrages … mais à quinze ans … car j’imagine qu’elle avait le même âge que toi …."

Je fixais la main d’Eiki et je réalisais que j’avais glissé mes doigts entre les siens, je refermais le poing et je lui souriais.

"C’était une gamine qui cherche sa place dans ce monde et elle t’a utilisé comme un préservatif, déballé, consommer, jeter … Je sais que ça fait mal, trop mal surtout la façon avec laquelle elle t’a recyclé, je sais ce que c’est en partie vue que ça m’est arrivée quelques fois, mais ce n’est pas une raison pour s’arrêter d’avancer. Elle cherche juste de façon maladroite sa place dans ce monde sans comprendre qu’elle peut faire mal, mais tu sais, un jour elle récoltera la monnaie de sa pièce, tant qu’elle ne comprendra pas elle ne sera qu’un ombre inexistante, une plaie qui cicatrise et que l’on oublie avec le temps."

Je le fixais toujours puis je réalisé que quoi qu’il arrive j’avais comme seul et unique objectif de jouir de ma vie, puis je venais moi-même de le dire les erreurs sont faites pour apprendre, pourquoi ne pas prendre le risque de me bruler les ailes une fois de plus. L’idée était séduisante prendre le risque ou pas … comme si la vie était un long fleuve tranquille alors elle ne valait pas la peine d’être, autant mettre un peu de courant et de remous dans tout ça. Je glissais de nouveaux mes doigts entre ceux du garçon en face de moi mais de façon totalement consciente cette fois et je lui souriais, un beau sourire avant de lui lancé sur un air enjoué.


"Il y a tellement de choses à faire dans une cuisine, surtout sans pantalon ! J’ai bien envie d’essayer quelque chose avec toi ! Moi ! Nous ? … Tu me plais, mais donnons-nous un peu de temps pour mieux nous connaitre non ?"


Je réalisais que ce n’était pas vraiment clair et net comme demande mais il était un peu tard pour ça. j'appréhendais sa réponse, après tout j’étais différente et plus vieille que lui.



Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Ven 14 Juin - 19:19


Eiki fut surpris de son initiative. Alanna, pour lui prendre la main, avait été dans l’obligation de s’étaler sur la table. Il ne l’en empêcha pas, même si c’était légèrement inattendu. Elle se replaça confortablement sur sa chaise. Ce qui suivit le fit sourire. Elle essayait de lui remonter le moral? À l’écouter, il avait l’impression d’entendre sa mère… Non pas qu’il les compare, mais quand les gens se mettaient à analyser des situations et à essayer de le réconforter, il ne pouvait empêcher ce lien de se faire dans sa tête. Il l’écouta attentivement, tout en sachant très bien tout cela. Ayumi… il ne la considérait pas comme une erreur, mais plutôt comme une expérience qui aurait mal tournée, un apprentissage nécessaire. Il perdit le fil de ce qu’elle disait quand les doigts de la jeune fille vinrent s’enlacer aux siens. Il jeta une œillade, s’assurant que ce n’était pas seulement son imagination. Il sentit son cellulaire vibrer dans sa poche, mais il n’osa pas regarder, en fait, il n’en avait pas envie. Pour ça, il aurait fallu qu’il se détache d’elle. Ses doigts se fermèrent de nouveau dans la sienne et ses oreilles se remirent à entendre ce qu’elles disaient. Hein? Quoi? Comment avait-on passer de paroles réconfortantes à des activités ludiques nues dans une cuisine? Il comprenait l’allusion, mais ne savait pas quoi en faire. C’était assez confus comme discours. Eiki devait-il comprendre que c’était une déclaration, maintenant, si tôt? Elle avait tout de même précisé qu’elle préférerait apprendre à se connaitre avant. Avant quoi? Il ne savait pas comment interpréter tout ça, et il voyait bien qu’elle attendait une réponse de sa part.
 
« Euh… Je suis pas sûr de comprendre, mais… si tu penses à vouloir me connaitre davantage et voir si on est compatible pour plus que de l’amitié… je veux bien! …Si c’était pas le cas, oublie ce que je viens de dire. »
 
Je lui souris, mais je n’eus pas le temps d’apprécier sa réaction, parce qu’une voix derrière moi me fit comprendre pourquoi mon cellulaire avait vibré dans ma poche quelques instants plus tôt.
 
« Eh bah, Eiki, tu chômes pas. »

Je me retournai et aperçut mes copains qui semblaient sur le point de commander des glaces. Je regardai mon copain et il haussa les épaules avec une moue désolée sur le visage. Kaito était celui qui avait échappé ce commentaire. Il ne lâcherait pas l’affaire, hein? Alanna avait heurté son orgueil, mais ça n’était pas leur problème. Ses autres copains lui envoyaient des pouces en l’air, des sourires moqueurs envoyés dans sa direction. Il leva les yeux au ciel et retourna son attention vers Alanna.
 
« Tu veux marcher un peu? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Sam 15 Juin - 15:16


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


Dans les histoires il y a souvent des rôles pour plusieurs entités, Je ne faisais pas beaucoup d’effort pour ma part, je restais vague et indécise, j’hésitais entre prendre le risque d’une nouvelle relation qui pouvait mal se finir une fois de plus mais pas nécessairement ou au contraire rester et demeuré seule pour ne pas me faire utiliser comme une femme objet et souffrir de cela. Je ne sais pas ce que je préférais en fait. Il fut un temps où je pensais pouvoir m’accommoder avec des subsistance physique que l’on pouvait acheter, mais même tout l’argent qu’un fou peu lâcher pour garder une cruchasse comme moi ne m’intéressait pas, en fait je crois que malgré un matérialisme certain qui faisait partie intégrante de mon être, ça ne pouvait pas combler le sentiment que j’avais, celui d’être seule et de le rester pour toujours, comme si cette foutue planète n’était pas la mienne et que j’avais était exilée ici pour un terrible crime. Bon ok je joue peut être trop à certain jeux vidéo. J’avais largué Eiki avec mes questions et ma réflexion, je l’avais confus et au final quand je repensais à ce que je venais de lui dire … je ne me comprenais pas non plus. Par chance mon interlocuteur avait était dans la mesure de comprendre ce que je voulais lui dire, j’allais lui répondre mais tous mes songes s’écrasèrent sous le poids de la colère. Qu’est ce qu’il foutait là lui ? Il voulait une paire de gifle sur sa face de poulpe ou quoi ? Et … c’était quoi ce commentaire qu’il nous alignait. Le contexte venait de changer et je me demandais si je devais prendre la première chaise qu’il venait pour lui casser sur la tête, bien que la rancœur que j’éprouvais pour ce gamin me pousser à le faire je savais que je n’avais pas suffisamment de force pour le tuer sur le coup, ce qui était fortement regrettable. Je lâchais la main d’Eiki, je fermais le poing, je fermais la soupape de la cocote minute. Malgré la pression qui montait, je m’efforçais de garder un sourire et d’inhiber mes pulsions meurtrières. Je tuerais du noob sur un mmo ce soir pour compenser.

Eiki me proposa de marcher un peu, il était claire qu’il souhaitait éviter à tout prix la confrontation, c’était presque sans regret que j’acceptais, j’étais persuadée que je pouvais encore enfoncer Kaito à grand coup, mais ce dernier semblait bien trop puéril pour comprendre la leçon. Nous abandonnions une nouvelle fois le groupe d’amis d’Eiki, je me disais que si nous en venions au fait d’une relation, je devrais surement apprendre à les connaitre et me coltiner la chose du nom de Kaito, pas très réjouissant, enfin je pouvais toujours m’excuser envers lui mais pour le moment ce n’était pas vraiment une priorité. Après avoir pris un peu de distance avec le groupe, je relançais le dernier sujet abordé.


"Oui, c’est ce que je voulais te demander, trainer ensemble dans un premier temps … la suite on verra plus tard … Je suis surprise que tu aies compris de quoi je voulais parlée, enfin j’imagine qu’il y a plus adapté comme proposition mais … je ne suis pas adapté à la normale, je sors un peu du moule."


Nous étions à présent loin des autres et je poussais Eiki d’un petit coup d’épaule tout en regardant de la direction opposé à la sienne et en l’ignorant, genre mais non je t’ai pas poussé tu délires complet. J’avais toujours la caméra dans une main puis dans l’autre, par moment je regardais celle de mon compagnon en me demandant s’il serait raisonnable de la prendre, il ne devait surement pas y penser.


"Dis-moi ? Est-ce que tu aimes trainer des heures dans les rayons d’un magasin de fringues ?"



Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Mer 26 Juin - 21:12

Eiki entendit ses copains siffler dans son dos quand il partit avec Alanna, les laissant seuls avec cet orgueilleux de Kaito et leurs glaces. Il laisse un sourire poindre sur ses lèvres. D’un côté, il les trouvait vachement chiant, mais d’un autre côté, ne venaient-ils pas, elle et lui, de sous-entendre un potentiel « toi + moi »? C’était peut-être un peu précipité après l’expérience plutôt étrange qu’il avait eue, mais, ils prendraient tout leur temps. Enfin… si c’était bien ce à quoi la jeune femme faisait référence tout à l’heure, sinon… Il devrait user de ses charmes jusqu’à ce qu’elle succombe! Bref… maintenant qu’ils marchaient ensemble dans la ville tous les deux, il attendait qu’elle réponde à son commentaire précédent. Après le défilement de ses pensées, il était un peu nerveux, un peu comme s’il venait directement de la demander en mariage et qu’elle pouvait très bien lui dire non et lui lancer son verre de champagne en plein visage. Après un moment, lorsqu’ils furent suffisamment éloigner du groupe de skateurs, elle approuva son impression. C’est vrai que ce n’était pas très clair et sans l’énonciation d’un « Nous? », Eiki n’aurait surement pas compris l’allusion… mais voilà, elle était attirée par lui et lui par elle, donc tout allait bien! Il hocha la tête quand elle lui dit qu’elle sortait un peu du moule. Ça, il l’avait bien remarqué, et c’était loin de lui déplaire. Le jeune sportif voyait beaucoup trop de sosies d’Ayumi à son goût.

La jeune fille lui donna un petit coup d’épaule avec un petit air nonchalant, regardant à l’opposé. Il poussa un petit « hey » surpris avant de lui donner un petit coup d’hanche en retour. Elle pouvait bien regarder les nuages si ça lui chante, il n’avait pas besoin de don psychique pour savoir qu’elle était coupable. Eiki sentait qu’il allait bien s’amuser avec elle, mais aussi… se prendre un peu la tête de temps à autre. Alanna semblait tout aussi puérile qu’il pouvait l’être. Et, il y avait deux possibilités, soit ça jouait à leurs avantages, soit ils allaient finir par se lancer des assiettes en pleine tête.
"Dis-moi ? Est-ce que tu aimes traîner des heures dans les rayons d’un magasin de fringues ?"

Eiki faillit s’étouffer. Il en avait passé des heures dans des magasins de fringues avec Ayumi. Elle essayait absolument tout ce qui tombait sous sa main et lui tendait toujours des questions pièges pour le rendre mal à l’aise. Il n’aimait pas trop ces endroits-là, surtout les cabines d’essayage. Au risque de paraître incroyablement cliché dans son rôle de mâle, il répondit honnêtement.

« Je déteste ça. C’est long, il y a pas grand-chose à faire et la plupart du temps, je me fais piéger, alors… »

Il avait remarqué que son regard se portait de temps à autre vers sa main. Il la prit dans la sienne et lui sourit.

« Mais si tu as envie de faire un tour dans les magasins, je peux t’accompagner, ça ne me dérange pas. Juste…. Pas pendant cinq heures, ok? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ariale A.Omiko
Geek Inside ♥ ♥ ♥

Féminin
Messages : 459
Age du perso : 10010 - 18 en binaire quoi ...
♥ Côté coeur : Eiki ?

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 3em
♣ Colocataires: Ulrich Kirschten, Dylan Person
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Mer 26 Juin - 23:53


Ariale A.Omiko Geek Inside ♥ ♥ ♥
----
---
-


En posant cette dernière question j’avais mis le doigt sur un point qui semblait plutôt sensible, à l’évocation du sujet Eiki avait perdu sa belle couleur de peau caramel pour prendre en quelques teintes seulement la couleur poudreuse du cachet d’aspirine broyé. Comme tout homme normalement constitué et « saint d’esprit » le lèche vitrine de vêtements n’était pas vraiment une passion et à part pour les homosexuels clichés que l’on voit dans les séries américaine. En vraie ils ne sont pas comme ça ! La dernière partie de sa phrase me laissait sur ma faim et soulever ma curiosité, que voulait-il dire par « me faire piéger » après une courte réflexion je décidais de mettre cette histoire de piège sur le dos de son ex … Pour le moment je stockais ça dans un cluster de ma cervelle et je le ressortirais plus tard, dans un moment plus opportun. Revenons-en à nos moutons « béééé » J’avais plus pour projet de faire des idioties dans les magasins que d’essayer tous les rayons. Il me prit la main tout en me souriant, je répondis à son sourire par une mimique puis nous continuions à marcher mais main dans la main comme une couple de tourtereaux. Eiki accepta de faire un petit tour dans les magasins, je me devais de lui exposer mon idée plus en détail.

"En fait, je ne compte pas vraiment rester trop longtemps, normalement on se fera jeter au bout de cinq minutes, dix si les vendeurs dorment … J’ai plus pour idée de m’amuser et de faire du grand n’importe quoi du genre faire criser un vendeur d’une boutique de luxe en lui demandant si on peut prendre un crédit pour une paire de pompe … pourquoi pas te faire essayer un soutiens gorge … idéalement, il faudrait un bon gros matou qu’on affublerais d’une robe pour fillette puis filmer le vendeur en train de courir après le chat pour récupérer la robe … Les fringues, c’est pas mon trop mon truc … ça ce vois non je suis pas en jupe ou un truc du genre, je suis bien comme ça moi … à la limite ce qu’il me tenterais bien c’est de la lingerie mais il y a rien comme ensemble à ma taille … Je préfère largement les magasins de jeux vidéo, de bande dessinés ou même de sport … bien que les activités physique ne soient pas mon fort … hormis la natation quoi de plus normale pour une baleine ! L’avantage des magasins de sport c’est qu’on peut faire des singeries avec les trampolines et une partie de baseball improvisée."

Je me demandais bien ce qu’il allait pouvoir dire à ce genre de choses, surement qu’il n’allait pas approuver mais au final je m’en moquais totalement c’était juste une proposition comme ça.

"Ecoute, moi je veux juste prendre du bon temps et te connaitre un peu … beaucoup … plus (+). Si tu as une meilleur idée je sous ouverte à toute proposition"

Enfin je disais toute proposition mais ce n’était pas vraiment le cas, il y avait bien quelques options que je rejetterais, comme prendre un verre ou un endroit blindé de monde, en fait un endroit calme m’intéressait d’avantage … pourquoi pas un jeu de défi ! En fait je ne sais pas !


Geek Inside♥ ♥



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hey Invité ! On joue ?!




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eiki Murakami


Masculin
Messages : 26
Age du perso : 15 ans

Carte d'identité
♣ Année scolaire: 1ere
♣ Colocataires: n°XX avec ---, --- & ---
♣ Relations:

MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   Mer 3 Juil - 4:17

Eiki trouvait la jeune fille un peu sur la défensive quand elle lui parlait. Elle avait cette tendance à s’expliquer et il ne voyait pas pourquoi. En même temps, avec ses commentaires machos, ce n’était pas la première fille qui n’aimait pas être perçue comme toutes les autres pimbêches de l’univers, des pimbêches comme Ayumi, tiens… Au fond, c’était une bonne chose. Alanna ne voulait pas être perçu comme une pimbêche tout simplement parce qu’elle n’en était pas une et que, dans la société nippone et comme dans bien d’autres, les filles en portent la croix. Elles doivent aimer le rose, les tutus, les aliments sucrés et être de petites choses fragiles et délicates, sinon, c’pas normal. …Et depuis quand il réfléchissait comme un psy? Il en toucherait deux mots à sa mère dès qu’elle lui ferait l’un de ses sempiternels appels de parents inquiets pour son poussin. Alanna obtint toute l’attention du jeune homme quand elle parla de magasin de sports. Stéréotype ou pas, c’était bien les seuls types de magasins dans lesquels il pouvait s’attarder un peu. Il ne supportait toujours pas d’y passer des heures, mais une heure, ça se faisait bien. Enfin, tout dépendait du sport, la natation… (Baleine? Mais c’est quand la dernière fois qu’elle s’est regardée dans une glace celle-là?) c’était pas trop son truc. Il préférait les magasins de skate ou de snow, et parfois, il passait une demi-heure devant un rayon de souliers pour choisir ceux qui seraient le plus appropriés pour ses joggings matinaux. Peut-être qu’il pourrait inviter Alanna à l’accompagner, rien qu’une fois? Enfin, elle ne se disait pas trop sportive, alors, faudrait pas trop espérer.

"Ecoute, moi je veux juste prendre du bon temps et te connaitre un peu … beaucoup … plus (+). Si tu as une meilleur idée je sous ouverte à toute proposition"

« Tu aurais dû le dire plus tôt que c’était pour embêter les vendeurs! Et si tu veux du défi par-dessus le marché, je te propose quelque chose. Le premier qui se fait jeter dehors gagne! Ça te dit? »

Eiki regarda un peu autour de lui. Ils étaient dans une rue commerçante ce qui leur laissait plusieurs cibles. Il y avait une épicerie, un magasin à la mode pour filles, un magasin à la mode unisexe, un magasin de disques et quelques plus petits commerces indépendants.

« Je te laisse choisir notre cible! »

Il se tourna vers la jeune fille avec un sourire qui disait clairement peu importe ce que tu choisis, c’est moi qui vais gagner.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Don't think. Feel! »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Skatepark - We fly, so high (w/ Ariale)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Jeu de pirates : Legend of the high seas ?
» A cold sweat high-headed believer ? 01/02 - 08:43
» M.I.High agents spéciaux
» HAWKEYE ; danger, high voltage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MATSUYAMA :: » Centre-ville :: « Parc-